Droits des femmes, la lutte continue


Rédigé par - Angers, le 09/03/2013 - 21:28 / modifié le 09/03/2013 - 23:52


Elles n’ont rien à voir avec les féministes des années 60, ou plus près de nous les « Femen » dont les actions volontairement provocatrices visent à attirer l’attention des médias, les militantes du collectif « d’égal à égales », rejointes désormais par des hommes, étaient sur la place du Ralliement hier soir à Angers pour rappeler, dans le cadre de la journée des droits des femmes, que les lois votées il y a maintenant cinquante ans, ne sont toujours pas appliquées.



Des hommes ont rejoint les mouvements féministes, démontrant que l'égalité est possible
Des hommes ont rejoint les mouvements féministes, démontrant que l'égalité est possible
la rédaction vous conseille
Malheureusement nos revendications n’ont pas beaucoup changé par rapport aux années précédentes », dénonçait hier soir Gaëlle Thébaud, coordinatrice du collectif Angevin « d’égal à égales ». « Même si les égalités salariales sont inscrites dans la loi, on ne progresse pas beaucoup. Sur certains aspects de l’égalité homme-femme on régresse. C’est le cas de la répartition des taches de travail domestique. Il faut ajouter à cela la fermeture de plus de 200 centres d’IGV en France ».

Même si la liste des revendications est longue, la représentante du collectif Angevin, qui regroupe 14 associations et mouvements syndicaux et politiques, reconnaît quelques avancées et notamment la contraception gratuite pour les mineures. « Mais il reste encore beaucoup à faire et la lutte doit continuer ».

Peu nombreuses hier, sans doute à cause des vacances d'hiver, les femmes avaient, avec l’aide de soutiens masculins, dressé leur longue banderole des inégalités sur laquelle étaient accrochés des signes de sexisme au quotidien que chaque femme a noté tant dans sa vie professionnelle que familiale.

« Aujourd’hui c’est, dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes, une opération de visibilité. Mais notre action se poursuit tout au long de l’année », ajoutait la militante, rappelant au passage que de journées « d’égal à égales », ont lieu depuis 3 ans en octobre, c'est-à-dire en dehors de cette date du 8 mars qui célèbre les grands moments des combats féministes du début du siècle dernier aux USA et en Europe.

« Cette année, justement, nous aurons une action spécifique sur les femmes au travail, car c’est plus que nécessaire », précisait Gaëlle Thébaud, « mais on essaie de se mobiliser tous les jours au quotidien pour dénoncer les actes de sexisme qui perdurent ».

A noter que ce sont des hommes qui tenaient la banderole des inégalités, pour montrer comme le rappelait la représentante du collectif, que l’on peut être un homme et être féministe. Ce n’est pas une requête spécifique, ce sont des hommes engagés qui reconnaissent que les femmes doivent avoir les mêmes droits qu’eux ».

Battue, violée, maltraitée, sous-payée, la femme qui est l’avenir de l’homme, comme chantait Jean Ferrat, est encore loin d’être son égale.

Pour prolonger cette journée de revendication, le film « We want sex equality » sorti en 2011, lequel retrace l’histoire d’une ouvrière anglaise qui se battra, en 1968, pour tenter d’obtenir l’égalité des salaires entre les hommes et les femmes, sera projeté le lundi 11 mars, à 20 h 15, au cinéma les 400 coups à Angers.

Cette projection sera suivie d’une rencontre avec Annie Dussuet, maître de conférences en sociologie à l’université de Nantes et Roselyne Bienvenu, directrice du CIDFF (Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles). Entrée en prévente à 3 € à l’espace Femmes, rue Saint Saint-Exupéry à Angers.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Restons Zen le 11/03/2013 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,

Bravo pour ce sujet qui soutient les revendications féminines. Je travaille avec des femmes moins bien payées que moi et je ne trouve pas ça normal. Mon patron dit que c'est parce qu'avec leurs momes elles ont plus d'absentéisme. C'est faux, certains hommes ne sont pas mal dans le genre.

Je suis votre site depuis quelques temps et j'y glisse de temps à autre des commentaires. je trouve que vos journalistes font un très bon boulot, et qu'on y trouve des choses que les autres jou...








Angers Mag