Emmanuel Adely : l’heure du bilan


Rédigé par Catherine NEDELEC - Angers, le Mercredi 30 Novembre 2011 à 11:30


Après deux mois passés en résidence d’écrivain à Angers, Emanuel Adely a fait le point hier, lors d’une conférence de presse donnée à la bibliothèque des Hauts de Saint-Aubin. Satisfait de son séjour, il a estimé l’aboutissement de ses deux missions, puis, les textes produits dans ses ateliers d’écriture ont été mis en voix au cours de la soirée ; jeudi, il lira son propre texte, inspiré de l’Apocalypse de Saint-Jean, « Le Volume de la vie ».



Anne Lebeugle, Conseillère municipale, Emmanuel Adely et Christine Tharel, de la médiathèque Toussaint
Anne Lebeugle, Conseillère municipale, Emmanuel Adely et Christine Tharel, de la médiathèque Toussaint
la rédaction vous conseille
Paul Valéry affirmait que « ce n’est point sous les espèces du vocabulaire et de la syntaxe que la Littérature commence à nous séduire », rappelant les moments délicieux des chansons et des contes de l’âge tendre, temps comptés qui s'évaporent avec la scolarisation. C’est bien à ce moment là en effet, que les chemins divergent, quand les premiers signes d’essoufflement à l’apprentissage de la lecture peuvent provoquer, selon Daniel Pennac ; « un accouchement de chaque syllabe. Le sens du mot perdu dans l’effort même de sa composition ».

Après deux mois de résidence d’écrivain à Angers, c’est l’heure du bilan pour Emmanuel Adely (Les Cintres, Génèse, Sommes…). Jeudi soir, il lira une dizaine de pages produites sur son temps de liberté créatrice, un texte écrit autour de la tenture de l’Apocalypse, un exercice « dangereux » au regard de l’écriture mystérieuse de Saint-Jean, « de son approche démonstrative, que je ne partage pas» précise Emmanuel Adely. Pour l’écrivain au style épuré, un défi de taille se posait : adapter le texte mystique de l’apôtre, 2000 ans plus tard, l'ancrer dans l'ère contemporaine, plus proche mais tout aussi pessimiste de Russel Banks.

Après Rennes, Nantes, Saumur…, Emmanuel Adely est allé à la rencontre des Angevins, avec un savoir et une écriture marquées par ses expériences. Ouverts à tous, notamment à des personnes aidées par l’association Lire Ecrire Compter, ses ateliers d’écriture visaient à dépasser la page blanche inhibitrice. Refusant l’approche didactique voire professorale, l’auteur se défend d’avoir une méthode, mais lit beaucoup ; il a donc matière suffisante pour aider tous ceux qui ont lâché Victor Hugo ou Voltaire, à renouer avec ce formidable outil de communication, outil de la conscience.

Et certains si sont laissés prendre, en témoignent les pages écrites au long des séances studieuses qui ont créé une dynamique productrice, textes mis en voix mardi soir à la bibliothèque des Hauts de Saint-Aubin par l’association Paq la Lune. Avec une écriture personnelle dite proche de l’oralité qu’il a transmise le temps d’un travail incitatif, Emmanuel Adely donne une image très actuelle de la littérature, une attente peut-être vers la réconciliation d’avec « les joies du voyage vertical » de Pennac. Qu’en restera-t-il ? Une écoute nouvelle, une oreille qui s’adapte peu à peu à la musicalité des mots, vers l’abondance d’œuvres magnifiques, fierté de notre patrimoine culturel ?

Lecture du texte « Le Volume de la vie »
Jeudi 18 h 30 au château d’Angers

Le blog de la résidence









1.Posté par céline le 06/12/2011 08:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Paul Valéry poète mérite la gloire d'un Baudelaire ou d'un Verlaine !
"Le sens doit être caché dans les vers comme la valeur nutritive dans les fruits" écrit-il.

http://www.youtube.com/watch?v=YZkNFkttUHU
http://www.youtube.com/watch?v=89jqHmzCyxo

Des grenades aux narcisses sa poésie est merveilleuse








Angers Mag