Francis Huster, seul en scène pour la traversée de Paris


Rédigé par - Angers, le 20/06/2010 - 14:42 / modifié le 22/06/2010 - 23:17


Samedi soir, malgré le vent frais qui soufflait dans la cour du château du Plessis-Macé, Francis Huster a offert une interprétation épatante du texte de Marcel Aymé : La traversée de Paris.



Francis Huster réalise une performance en interprétant, seul sur scène, plus d’une dizaine de personnage.
Francis Huster réalise une performance en interprétant, seul sur scène, plus d’une dizaine de personnage.
Pour la troisième soirée de cette édition 2010, les polaires et gros pulls étaient de rigueur. « C’est la première fois que les conditions météorologiques sont identiques dans la salle et dans la pièce. », s’amuse Francis Huster en arrivant devant le public.

Entretien avec le public angevin
Avant d’interpréter la pièce, Francis Huster s’entretient avec les spectateurs, pendant près d’une heure, afin de leur exposer le contexte du texte choisi. L’objectif est de rétablir le texte original de l’auteur dans son intégralité, contrairement à ce qui en ressort dans « La traversée de Paris », réalisé par Claude Autant-Lara en 1956, avec Jean Gabin et Bourvil. Tourné en comédie, ce film ne respecte pas l’histoire en totalité et opte pour une fin heureuse : Grandgil repartant avec ses valises et Martin libéré par la police.

Origine du texte de la pièce
Cette pièce est tirée d’un texte de Marcel Aymé, « Le chemin des écoliers », écrit en 1942. Il raconte l’histoire de deux adolescents, dont l’un a un père collaborateur du régime nazi, qui font le marché noir. L’héroïne, une jeune femme juive, est déportée dans un camp de concentration. Paru en 1945 et présenté au prix Goncourt, cet ouvrage n’a pas obtenu de récompense. L’auteur en a donc tiré une nouvelle, « La traversée de Paris », dans laquelle il a changé les noms et l’âge de ses deux héros.

Francis Huster, seul en scène pour la traversée de Paris
13 personnages et un comédien
Francis Huster démontre ici que personne n’est fait pour interpréter un personnage en particulier, suivant son physique, son caractère. « Le sens du théâtre est de se jouer à deux : un partage entre le public et la scène. L’acteur est un instrument à émotions, la notion de personnage n’existe pas. », explique-t-il avant de poursuivre, « Le pari de ce spectacle est que des œuvres littéraires puissent vous parvenir. C’est vous qui allez l’interpréter, pleurer, être émus. » En jouant lui-même les rôles de l’ensemble des protagonistes de la pièce, treize au total, le comédien illustre parfaitement ses propos, passant du « bistrotier » saoul au personnage autoritaire et directif, du rire expressif aux larmes de peur, sans décors, ni costumes.

Pendant une heure quinze que durent « La traversée de Paris », le comédien passe effectivement d’un personnage à l’autre avec une aisance époustouflante. Un moment particulier, pour une performance épatante.


















Angers Mag





REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS