Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour "fautes graves"


Rédigé par La rédaction d'Angers Mag - Angers, le 05/12/2016 - 15:00 / modifié le 06/12/2016 - 19:13


Trois semaines après la suspension provisoire de Christophe Reineri, le directeur de sa filiale angevine, le groupe Keolis annonce ce lundi avoir procédé à son licenciement pour des "fautes graves". Et fait part de son intention de porter plainte. Mais officiellement, toujours aucune précision sur la nature de ces faits.



Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour "fautes graves"
la rédaction vous conseille
Il y a encore quelques jours, des employés de Keolis Angers, le gestionnaire du réseau de transports urbains d'Angers, nous confiaient le grand flou qui continuait d'entourer, à leurs yeux, les raisons de la suspension de leur ancien directeur, Christophe Reineri.

Ancien, le mot semble pouvoir désormais s'imposer. Dans un communiqué, la direction du groupe de transports annonce ce lundi en effet avoir procédé à son licenciement. "Une mission d’audit réalisée dans le cadre de l’exercice du contrôle interne au sein du Groupe Keolis ayant mis à jour des faits pouvant mettre en cause la gestion de sa filiale Keolis Angers, la Direction Générale du Groupe Keolis avait pris la décision, le 9 novembre dernier, de suspendre provisoirement son Directeur, M. Christophe Reineri, de ses fonctions, afin que des investigations supplémentaires puissent être menées de la façon la plus sereine possible" recadre d'abord le communiqué.
Un dépôt de plainte étant bien en cours"   
"Cet audit a révélé des fautes graves, qui ont finalement conduit au licenciement, le 1er décembre, de M. Christophe Reineri. Ces mêmes faits ont causé un préjudice important au Groupe Keolis qui, dans ce contexte, a saisi un avocat, dans la perspective de porter plainte. Ce dernier étudie actuellement en détail le dossier, avec pour mission de mettre en œuvre toute action judiciaire visant à défendre les droits et les valeurs de Keolis. Le Groupe Keolis précise que seuls ses intérêts ont été lésés, et en aucune façon ceux de son autorité délégante, Angers Loire Métropole."

Et Keolis de préciser pour conclure qu'un nouveau directeur sera nommé pour sa filiale angevine "début janvier 2017" : "Dans l'intervalle, c'est M. Etienne Fougeray qui poursuit sa mission de transition au sein de la filiale Keolis Angers." En dépit de nos relances, il n'a pas été possible d'en savoir plus sur la nature des faits reprochés à Christophe Reineri. "Il n'y aura pas d’autres détails sur la nature des fautes évoquées, un dépôt de plainte étant bien en cours" se contente lundi soir la direction de la communication du groupe.

Rappelons que cette affaire manifestement interne au groupe Keolis intervient dans un contexte politique particulier, Angers Loire Métropole renégociant actuellement les marchés passés avec le groupe de transport. Ces marchés représentent une manne publique annuelle de plus de 40 millions d'euros et portent sur les bus et le tram (dont le contrat arrive à échéance à la fin 2019), mais aussi sur la gestion de l'aéroport Angers Marcé et le transport des personnes à mobilité réduite. 

Christophe Béchu, le président de la communauté urbaine, avait évoqué pour la première fois il y a quelques mois la possibilité de ne pas renouveler ces délégations de service public jugées très avantageuses pour l'opérateur. 












Angers Mag








REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS