La librairie : de la réalité …au rêve


Rédigé par Catherine NEDELEC - Angers, le Jeudi 16 Juin 2011 à 14:08


Il y a près de 30 ans, la loi Lang instaurait le système du prix unique du livre en France. Samedi 18 juin, les librairies d’Angers se mobiliseront afin de sensibiliser les lecteurs sur une règle qui a contribué au maintien de la plupart de librairies indépendantes, où la parfaite connaissance des livres et le conseil priment.



Brigitte Biderre et Thi Nguyen : libraires passionnées
Brigitte Biderre et Thi Nguyen : libraires passionnées
la rédaction vous conseille
Réunis au sein de Librairies passion, huit libraires d’Angers ont souhaité attirer l’attention des acheteurs sur le métier qui est le leur ; une activité très professionnalisée comptant de nombreuses formations permettant, selon Thi Nguyen, secrétaire de l’association et responsable du Repaire des héros, « d’avoir une vision panoramique de la filière pour bien comprendre les subtilités du métier ». Outre le conseil, Il faut savoir gérer des stocks importants qui s’écoulent de façon variable selon les mois, effectuer une sélection subjective et avisée des titres, sachant que selon Brigitte Biderre, responsable de La Luciole, « 80 % des ventes sont réalisées sur le fond de la librairie, c'est-à-dire sur les parutions de plus de 2 ans ».

Pourquoi une loi sur le prix du livre ?

En créant cette loi en août 1981, Jack Lang, alors ministre de la culture, refusait de considérer le livre comme un produit marchand banalisé soumis aux critères de rentabilité immédiate, soulignant qu’à long terme, la pratique du discount entraînerait une raréfaction du nombre de titres disponibles, la vente étant orientée sur des ouvrages à "rotation rapide", tels que les guides et best-sellers, au détriment des œuvres de création originale ou des rééditions de titres plus difficiles.

Ainsi, le prix unique signifie que le livre doit être vendu au même prix par tous les détaillants, quelle que soit la période de l'année concernée ; une remise légale de 5 % déterminée par l’éditeur pouvant être accordée. La loi sur le prix du livre permet ainsi de garantir un réseau décentralisé très dense de distribution, et de soutenir la diversité dans la création et l'édition, en particulier pour les ouvrages plus spécifiques.

Les libraires d’Angers dressent un constat positif de cette loi : « en 30 ans, on est passé de 15000 livres édités par an à plus de 70000 aujourd’hui, pour près de 500 millions d’exemplaires vendus. On compte en France près de 2500 librairies indépendantes et 6000 éditeurs ; un grand nombre d’entre eux n’existeraient plus sans la loi Lang ».

Aller à la rencontre des lecteurs

En les préservant de l’achat d’impulsion, la loi Lang n’est peut-être pas la seule protection pour la sauvegarde de la profession. Conscients que les lecteurs ont changé, les libraires d’Angers se sont souvent regroupés en associations, avec Chemins à lire en 1987, qui entrainait librairies et bibliothèques dans des manifestations à la faveur de la lecture. Précaire, l’intention a retrouvé son essor en 2004, grâce à l’initiative des 3 lectures (librairie aujourd’hui disparue), afin de créer une dynamique autour du livre. « Sortir de sa boutique et rencontrer les lecteurs », telles sont les motivations des libraires. S’associant volontiers aux manifestations littéraires telles que La fureur de lire, puis A vous de lire, ils ont participé en octobre dernier au festival "Pas[s]age", une invitation à la lecture pour les 9-13 ans.

Samedi 18 juin, les libraires indépendants d’Angers - Thi Nguyen (Au Repaire des Héros), Romain Ollivier (Azu Manga), Anne Lise Mazet (Chrysalide), Georges Maximos (Contact), Pierre Benzerara (Itinérances), Philippe Lhériau (Lhériau), Brigitte Biderre (La luciole), Pierre Richer (Richer)- fêteront, avec quelques jours d’avance, un anniversaire qui leur est cher. Ce sera aussi pour eux l’occasion de faire connaître leur métier, qu’ils défendent via un service de qualité dont le conseil à la clientèle, précédé de nombreuses heures de lecture, et la capacité d’orienter le lecteur selon ses goûts ou ses recherches. La librairie reste en tout cas un endroit à part où il fait bon flâner et… rêver.












Angers Mag