Le Frais’tival, un drôle de festival


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 20/07/2010 - 21:14 / modifié le 22/07/2010 - 17:35


Organisé par l’association la « Basse Cour », à Saulgé l’hôpital, une petite commune située au Sud d’Angers, le « Frais’tival » est un événement décalé qui mérite le détour, pour peu que l’on s’intéresse à la musique, aux arts de la scène et à la création plastique et audiovisuelle. Si vous voulez rompre avec la morosité ambiante, le Frais’tival est fait pour vous !



Le frais'tibar, un point boisson où les fraistivaliers se rassemblent à la nuit tombée
Le frais'tibar, un point boisson où les fraistivaliers se rassemblent à la nuit tombée
la rédaction vous conseille
Dix ans déjà qu’une bande de jeunes de la région de Saulgé l’Hôpital, une petite bourgade située entre Brissac-Quincé et Doué la Fontaine, à moins de trente minute d’Angers, ont décidé de remplacé la traditionnelle fête de la fraise de leurs parents, par un événement culturel ouvert à tous. Le 28 Août prochain, ils remettent le couvert, pour une édition qu’ils promettent encore meilleure que les autres.

L’équipe organisatrice répond au nom déjà peu commun de « Basse Cour », un endroit où selon nos sources poulettes et poulets aiment à se retrouver pour de « grands moments de délire » comme ils disent entre eux. Attention ils ne se retrouvent pas pour boire et fumer des substances illicites, mais plutôt pour imaginer ce que sera leur prochain village «Frais’tival ». Et si pendant cet événement atypique, ils ont la tête dans les étoiles ou plutôt dans les chênes centenaires du parc de loisirs de Saulgé l’Hôpital, ils savent tout même garder les pieds sur terre.

Construit comme un petit village gaulois, avec ses boutiques, ses chapiteaux, ses scènes et ses lieux de rassemblement de la population, le tout ceint d’une palissade, mais là s’arrête la comparaison, le village Frais’tival est un lieu pas tout à fait comme les autres. En ce lieu éphémère se mélangent toutes les générations, venu de l’Anjou et bien au delà, dans l’espoir de passer une soirée mémorable, sans prise de tête, tout en dégustant la succulente fraise au vin rouge.

Car c’est ainsi au Frais’tival. Si la musique, l’art de rue, le théâtre et les spectacles sont de bon niveau, chacun doit y trouver son compte, qu’il ait 12 ou 70 ans. Et on le crie haut et fort, dans le village inventé de toutes pièces par les jeunes de la Basse Cour, la culture n’est pas réservée à l’élite, bien au contraire elle est enfin accessible à tous. C’est dans cette manière d’opérer, plutôt bon enfant que le Frais’tival tire son énergie et sa perpétuelle envie de faire découvrir de nouvelles formes d’art ou de façon de vivre, plutôt zen, à tous ceux qui fréquentent le village. Ca fait dix ans que ça dure et ce n’est pas près de s’arrêter si l’on en croit les organisateurs.

En attendant, le « teasing » imaginé par les organisateur donne le ton : « Dix ans après avoir posé le pied à Saulgé, il revient... Plus mystérieux que jamais... Il est l'inventeur de la Fraise au vin, l'ancien maire de Frais'tival... Mais qui est-il ? Quelles sont ses origines ? Personnage réel ou héros mythique ? La recherche s’organise … ».

Rendez-vous est donc donné à Saulgé l’Hôpital le 28 Août 2010 à partir de 17h.

Et pour se faire une idée de l’ambiance, un petit clic vers la vidéo réalisée par les créatifs de la Basse-Cour s’impose.

Infos/renseignements: 06 84 20 37 70 (Matthieu) ou sur www.myspace.com/bassecour ou www.facebook.com/fraistiman

Tarif : 8 euros. Gratuit moins de 12 ans. 4 euros 12- 18 ans.

Restauration et " désaltération " sur place.
Covoiturage pour le Fraistival sur www.covoiturage.fr. Zone « dodo » sur place




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag





REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS