Le Goncourt 2013 à "Au revoir là-haut", de Pierre Lemaître


Rédigé par - Angers, le Lundi 4 Novembre 2013 à 14:40


Il était le favori du Goncourt, ce qui n'est pas forcément un avantage. Mais la force du propos d'"Au revoir là haut" a fini de convaincre les jurés réunis chez Drouant : Pierre Lemaître, maître es polar, est le lauréat du prix Goncourt. Son roman est inspiré du travail universitaire de Bruno Cabanes, longtemps professeur d'histoire contemporaine à l'Université catholique de l'Ouest.



Le Goncourt 2013 à "Au revoir là-haut", de Pierre Lemaître
la rédaction vous conseille
Pierre Lemaître signe avec "Au revoir là-haut" un roman dur, ingénieux, qui aborde la Première Guerre mondiale sous un angle méconnu. L'histoire, c'est celle d'Albert, le brave et d'Edouard, l'artiste riche mais incompris, réunis dans le feu des tranchées et de la barbarie.

Pendant que d'autres s'enrichissent sur le dos des morts de la Grande Guerre, les deux rescapés, délaissé et gueule cassé, montent pour survivre une audacieuse et amorale arnaque aux monuments aux morts. 50 premières pages de pure littérature, une maîtrise telle qu'elle confine au talent, Lemaître a composé une œuvre crépusculaire, mais lumineuse.

Parmi ceux qui l'ont inspiré, des écrivains bien sûr - Genevoix, Barbusse, Romains - mais aussi et surtout des universitaires issus de la même famille de pensée sur la Première Guerre mondiale : Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette et Jean-Jacques Becker, et Bruno Cabanes, longtemps professeur d'histoire contemporaine à la Catho d'Angers et désormais titulaire d'une chaire d'histoire à l'université de Yale, aux Etats-Unis.

"Ma dette est plus spécifique, bien sûr, vis-à-vis de Bruno Cabanes et de son passionnant ouvrage "La Victoire endeuillée" (Seuil, 2004)".

Extrait : "La terre est si lourde, presque plus de lumière, juste encore les soubresauts de la terre fracassée par les obus qui là-haut continuent de pleuvoir, après quoi plus rien n'entre en lui. Rien. Seulement un râle. Puis une grande paix l'envahit. Il ferme les yeux. Il est pris d'un malaise, son coeur s'effondre, sa raison s'éteint, il sombre. Albert Maillard, soldat, vient de mourir."

Ed Albin Michel, 22,50 €
Le Goncourt 2013 à "Au revoir là-haut", de Pierre Lemaître




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag