Le feu d’artifice d’Angers a bien été tiré


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 14/07/2010 - 11:18 / modifié le 19/07/2010 - 10:16


Malgré toutes les incertitudes qui pesaient sur l’organisation du feu d’artifice prévu sur les bords de la Maine à Angers, celui-ci a bien eu lieu, pour la plus grande satisfaction de plusieurs milliers d’angevins massés sur les quais. La fête nationale s’est poursuivie du coté de la Savatte avec l’ouverture de Tempo Rives.



Aura-t-il lieu, oui, non ? Jusqu’au dernier moment les agents de maitrise de la Ville d'Angers, appelés aussi « encadrants de proximité », puis les élagueurs, ont défié la municipalité, menaçant l’organisation même de ce spectacle très populaire s’ils n’obtenaient pas satisfaction. Après plusieurs jours de bras de fer, une partie des revendications a trouvé une issue favorable. Seuls les élagueurs ont maintenu deux banderoles dans les arbres situés aux abords de la zone de tir. Mais cela ne gênait en rien le travail des artificiers de la société nantaise « Féérie », chargée de l’organisation du spectacle.

A 23h tapante les lumières de la ville, aux abords du château et du Quai Tabarly, se sont soudainnement éteintes pour laisser la place au spectacle pyrotechnique lancé depuis des barges positionnées au centre de la rivière. Alors que les premières gerbes lumineuses se déployaient dans des cieux angevins chargés de nuages menaçants, sous les yeux ébahis de plusieurs milliers de spectateurs installés sur les berges, la municipalité d’Angers invitait « une fois n’est pas coutume, à danser en regardant le feu d’artifice ». Ne voulant sous aucun prétexte se faire prendre une place acquise de haute lutte depuis au moins deux heures, les angevins ne se sont pas levés pour danser. Ils se sont contentés de frapper dans les mains au rythme d’une musique endiablée, sous une pluie de lumière aux couleurs du drapeau français, rappelant si besoin était que nous sommes le 14 Juillet, jour de fête nationale.

La musique électro remplace les flonflons du bal à papa

Le feu d’artifice d’Angers a bien été tiré
Après une demi-heure de tir incessant et de torrents de lumière sur la rivière, le château et le pont de la Basse Chaine, le bruit assourdissant de ce feu d’artifice qui ne devrait pas rester dans les annales, s’est tu, pour laisser la place à la première scène Tempo Rives installée sur la cale de la Savatte voisine.

DJ Shantel et le « Bucovina Club Orchestra » assuraient la suite de la fête sous les cris de plusieurs centaines de fêtards répondant aux accents tsiganes remixés électro-pop de ce groupe transeuropéen très énergique.

Avec les cuivres, accordéons et violons du groupe Bucovina, Shantel, Stefan Hantel de son vrai nom, DJ allemand bien connu outre Rhin, a littéralement enflammé cette première scène de Tempo Rives. On était bien loin du bal à papa sous les lampions, la tonalité de la musique et son niveau sonore ayant largement dépassé ceux des bals musette traditionnellement donnés lors des soirées de fête nationale. Le monde évolue, la musique aussi, nul ne s’en plaindra, même si parfois la musique allemande sauce Balkans atteint parfois des sommets difficilement audibles.

Heureusement, dans les rues avoisinantes du quartier de la Doutre plusieurs bars avaient invité quelques accordéonistes afin de prolonger en chansons bien « franchouillardes », la tiédeur de cette soirée de 14 Juillet.



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag





REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS