Les bailleurs sociaux donnent une autre image des HLM


Rédigé par - Angers, le 11/06/2013 - 16:35 / modifié le 14/06/2013 - 12:05


Les HLM ne sont plus ce qu’elles étaient. Profitant d'une semaine nationale de communication, les huit bailleurs et deux aménageurs angevins l'ont répété ce mardi matin en organisant une visite groupée de leurs parcs de logement. Des logements en perpétuelle évolution, à l'image de la résidence en « accession abordable - Les 5 jardins » à Saint Barthélémy d’Anjou, où nous nous sommes rendus.



Les représentants des bailleurs, sociétés d'aménagement et acteurs de l'habitat lors de la visite de ce matin
Les représentants des bailleurs, sociétés d'aménagement et acteurs de l'habitat lors de la visite de ce matin
la rédaction vous conseille
Eau chaude solaire et chauffage au gaz naturel pour des bâtiments BBC (Bâtiments Basse Consommation) qui permettent aux propriétaires de maitriser leur consommation énergétique, les appartements et maisons individuelles proposés aux couples les plus modestes dans la zone habitable des 5 jardins, à Saint Barthélémy d’Anjou, une des villes satellites d’Angers, sont accessibles financièrement (*) sans négliger pour autant la qualité des prestations.

Et c’est bien la volonté des bailleurs sociaux angevins - Angers Loire Habitat, Soclova, Groupe Gambetta, Val de Loire, Logis-Ouest, Toit Angevin, Maine-et-Loire Habitat, et les aménageurs Sara et Sodemel - réunis pour la première fois pour une visite du parc de logements sociaux de l'agglomération angevine, dans le cadre de la semaine nationale des HLM.

« Nous voulons valoriser l’image de l’habitat social en gommant les idées reçues », déclarait ce matin Jean-Michel Hivert, d’Angers Loire Habitat. « Désormais les logements sociaux sont beaux, voire plus beaux que ceux du parc privé », et surtout moins chers.

Et de rappeler chacun que dans un contexte de précarité accrue et d’inflation en matière de coût du logement, une personne sur six se retrouve, en location, ou en accession à la propriété, dans une habitation à loyer modéré. Alors autant faire en sorte que cette tranche de population vive dans des logements décents, moins énergivores et moins prégnants pour leurs fins de mois.

« Ca crée une émulation entre les bailleurs et ça favorise la qualité »

L'intérieur d'un logement en accession abordable aux " 5 jardins"
L'intérieur d'un logement en accession abordable aux " 5 jardins"
Pour cette grande première, les bailleurs sociaux ont, sous l’impulsion de l’Union sociale pour l’habitat, décidé d’engager une politique commune en matière de logement, en accord avec les collectivités locales, allant dans le sens de l’amélioration de la qualité de l’habitat tout en favorisant la cohésion sociale. « En clair, nous voulons développer le principe de l’habiter mieux et du bien vivre ensemble, tout en respectant l’intimité de chacun », appuie Jean-Michel Hivert.

Pour cela les bailleurs sociaux et les aménageurs doivent prendre en compte des exigences environnementales, esthétique et architecturales de primo accédants multiples : jeunes couples, familles nombreuses, personnes à mobilité réduite, personnes âgées, famille monoparentale etc...

Faire beau, pas trop cher, tout en tenant compte de la réglementation et des normes en vigueur, de prime abord l’affaire n’est pas simple. D’où l’idée de se concerter et d’apprendre à travailler en collaboration, même si la plupart de ces structures sont concurrentes sur le marché de l’habitat.

« Nous sommes obligés de répartir les 25% de logement sociaux exigés par la loi entre tous les bailleurs sociaux. Autant qu’ils travaillent en bonne intelligence », explique Freddy Durandet de la Sodemel, la société d’aménagement du territoire et de l’habitat de Maine et Loire. « Pour l’agglomération d’Angers ça fonctionne plutôt bien, ça crée une émulation entre les bailleurs et ça favorise la qualité. Dans certaines opérations nous avons même un seul architecte pour plusieurs bailleurs, pour la cohérence architecturale ».

Alors, ringard, banal, bruyant, triste, sans âme, entassés, mal isolés, énergivore le logement social ? Pas vraiment. Ce matin les bailleurs sociaux; qui faisaient visiter leurs réalisations tant urbaines que périurbaines; en ont fait la démonstration. « Même si ça s’améliore, ce n’est pas le cas dans toutes les villes. Nous avons cette chance, en métropole angevine de pouvoir proposer des logements d’un bon niveau de prestations », conclut Jean-Michel Hivert

(*) A titre d’exemple, un logement T3 dans la zone des 5 Jardins à Saint Barthélémy d’Anjou est proposé à 168 K€ pour 61 m2 et 189 K€ pour 71 m2 avec une terrasse de 25 m2. (source Groupe Gambetta)




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag








REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS