Médiathèque d’Angers : Emmanuel Adely en résidence d’écrivain


Rédigé par Catherine NEDELEC - Angers, le Mercredi 12 Octobre 2011 à 10:25


La médiathèque d’Angers innove. Chaque année désormais, elle accueillera un écrivain en résidence. Emmanuel Adely en est le premier invité. Durant son séjour, il partagera son temps entre l’écriture personnelle et les rencontres avec le public.



Emmanuel Adely « Ecrire est donné à tous »
Emmanuel Adely « Ecrire est donné à tous »
la rédaction vous conseille
« Je ne me suis pas reconnu dans ce que j’entendais, à propos des choses sur lesquelles tout le monde était d’accord ». Le ton est donné. Emmanuel Adely ne veut pas entrer dans le moule. En témoigne sa longue bibliographie faite de récits, de textes, parfois critiques, de pièces radiophoniques. En permanence, il travaille sur l’actualité, le discours, sur beaucoup de sujets en somme « Avoir sa propre opinion est le plus important ».

Sa vie, c’est l’écriture. « Tout jeune, j’ai su que je serais écrivain. A cause de ma défiance vis-à-vis de l’oralité, je ne pouvais m’exprimer que par l’écrit ». Esprit bouillonnant, il semble être voué à l’expérimentation permanente, au risque d’être un peu provocateur, avec un agenda comptable (J’achète), un livre sans ponctuation (Mad about the boy) ou un récit énigmatique autour de l’œuvre de Roman Opalka (Sommes). Mais rien n’est fait sans une idée bien précise : « convaincre que l’écriture est en nous, quelque soient les livres lus ou l’enseignement reçu ».

S’il considère que le roman Les liaisons dangereuses représente l’acmé de la langue française, « son évolution est tout aussi intéressante. La poésie en est le plus bel exemple ». Ainsi, un texte sans ponctuation permet à chacun « d’y mettre un souffle, d’y trouver l’émotion qui lui convient », une façon de ne rien imposer mais de créer une rencontre avec le lecteur, par un effet miroir.

On retrouve, cette liberté sous une autre forme avec Sommes, « un livre que j’ai fait autour du principe mais pas directement sur Roman Opalka ». Succession de personnages créés en quelques lignes, ce récit « façon puzzle » offre au lecteur la possibilité d’y trouver un sens propre, sans être guidé par l’auteur – l’écriture est objective.

Pendant deux mois, Emmanuel Adely partagera sont temps entre l’écriture personnelle et la création d’un court texte sur l’Apocalypse, et un temps de lectures, rencontres et ateliers, ces derniers étant mis en place à l’attention d’associations d’Angers. « Une expérience passionnante», qui donnera aux participants « la liberté de s’exprimer, de se représenter eux-mêmes dès lors qu’ils ont envie de sortir de la norme, souvent véhiculée par les médias ».

Pour tous, deux rencontres auront lieu le jeudi 20 octobre à 19 heures à la bibliothèque Haut-de-Saint-Aubin et le samedi 26 novembre à 10 heures, à la bibliothèque des Justices.

Le site d’Emmanuel Adely












Angers Mag