Monplaisir, une ambition éducative à construire


Rédigé par - Angers, le 28/03/2017 - 07:55 / modifié le 28/03/2017 - 02:21


"Faire de la réussite éducative, la colonne vertébrale du projet de renouvellement urbain de Monplaisir." Ainsi, le maire d'Angers Christophe Béchu a t-il fixé lundi soir l'ambition du projet que porte la Ville pour son quartier nord-est. Ministère de l'Education, Région et Département sont dans la boucle du protocole adopté à l'unanimité par le conseil. Adjoint aux affaires scolaires et proviseurs du lycée Emmanuel Mounier, Ahmed El Bahri en fixe les enjeux.



Ahmed El Bahri, adjoint aux affaires scolaires de la Ville d'Angers, est aussi directement concerné par le projet en tant que proviseur du lycée Emmanuel Mounier.
Ahmed El Bahri, adjoint aux affaires scolaires de la Ville d'Angers, est aussi directement concerné par le projet en tant que proviseur du lycée Emmanuel Mounier.
la rédaction vous conseille
Quel est l'enjeu de la délibération votée par le Conseil municipal d'Angers ce lundi soir ?

"Il s'agit d'un engagement des collectivités, un cadre politique pour permettre une véritable restructuration pédagogique et éducative au sein du quartier Monplaisir qui va connaître une rénovation urbaine. C'est un engagement fort de chacune des collectivités mais aussi de l'Education nationale pour, à la fois, rénover les bâtiments, amener les établissements à faire converger leurs projets et mobiliser l'ensemble des acteurs pour consolider les parcours scolaires des enfants du quartier."

Pourquoi cette ambition est-elle si prégnante pour Monplaisir ?

"Parce que jusqu'ici, les projets de rénovation urbaine se sont très essentiellement limités à refaire les murs, travailler l'urbain et l'environnement. Mais il n'a pas été adjoint de véritable projet éducatif ancré à ces chantiers. Et on le voit bien aujourd'hui, à la Roseraie par exemple, il y aurait bien besoin d'une réflexion d'envergure soit menée sur le plan éducatif."

Pour Monplaisir, le protocole ne parle pas que d'intention. Il fait référence à la création d'un nouveau campus scolaire...

"Absolument. Le but est de permettre aux entités scolaires (école, collège, lycée) d'exister par eux-mêmes, certes, mais de travailler en parfaite cohérence. Afin de le rendre plus lisibles, plus abordables et plus orientées vers les enfants du quartier." 

Quid du collège Jean Lurçat ?

"Notre volonté est de faire en sorte que tous les élèves du quartier aspirent à y aller. Qu'il soit attractif et fasse réussir d'avantage les élèves. En d'autre termes, qu'il puisse leur permettre de poursuivre leurs études dans de bonnes conditions que ce soit à Emmanuel Mounier ou Henri Dunant. C'est le cas aujourd'hui mais peut-être pas pour tous les élèves."
Le but ? "Il est de faire en sorte que les écoliers, dès qu'ils rentrent à l'école, puissent avoir une visibilité suffisamment forte, grande et certaine, pour prendre conscience du potentiel de leur quartier."

Et le lycée Emmanuel Mounier, que vous dirigez ? Ses résultats sont bons mais ne profitent pas suffisamment, en clair, aux jeunes du quartier ?

"Parce que l'essentiel de sa population vient de la péri-urbanité. Très peu d'élèves du quartier y sont finalement scolarisés. L'objectif n'est pas de transformer complètement Mounier, qui n'est pas un établissement en difficulté, mais que celui-ci puisse faire réussir l'ensemble des élèves et aussi ceux du quartier. En commençant par les aider à y entrer déjà, en participant à leur parcours scolaire."

Quel espoir fondez-vous dans ce projet, vous, l'adjoint aux affaires scolaires ?

"Il est de faire en sorte que les écoliers, dès qu'ils rentrent à l'école, puissent avoir une visibilité suffisamment forte, grande et certaine, pour prendre conscience du potentiel de leur quartier. Et être en mesure de construire un projet d'études solide, et donc envisager une insertion économie et sociale réussie. C'est ça, le but."

Quel calendrier pour la création de ce nouveau campus scolaire ?

"Nos sommes pour le moment en phase d'étude. Nous ne sommes pas en train d'inscrire des établissements dans des projets imposés, il s'agit de travailler à partir d'un cadre. Dès l'instant où le projet de rénovation urbaine sera établi, il est prévu dans les phasages d'y refondre la cité scolaire Lurçat-Mounier avec l'idée de l'ouvrir d'avantage sur la place de l'Europe, laquelle sera entièrement rénovée. Pour le calendrier, nous sommes tributaires de l'ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine".




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag





REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS