Nadine Pelloquet, c’était hier…


Rédigé par Catherine Nedelec - Angers, le Lundi 11 Avril 2011 à 08:59


« Il était une fois…L’école hier… », un titre qui annonce la teneur du livre Nadine Pelloquet. En quelques pages, l’auteure retrace la vie de ses parents alors qu’ils étaient encore enfants, et plus largement, la vie dans son village.



la rédaction vous conseille
Un ouvrage à partager
Un ouvrage à partager
Bien souvent, nous aimons écouter nos parents raconter leur enfance. Nadine Pelloquet, quant à elle, en a écrit le récit afin de transmettre ce précieux témoignage aux plus jeunes. L’histoire se situe à la veille de la seconde guerre mondiale. Elle nous fait découvrir la vie dans les villages, le travail, l’école, les fêtes, les hivers rudes et les repas équilibrés mais peu couteux.

Si l’on peut toutefois regretter l’absence de style au profit d’une structure très didactique, il faut au moins reconnaître que ce récit à l’avantage de pouvoir être lu facilement par les écoliers. Ce langage ancien s’avère aussi tout à fait approprié par rapport à l’époque, où l’on s’appliquait à construire ses phrases…

Vite lu, ce petit livre de moins de cent pages, est un témoignage sérieux et convaincant d’une vie qui nous est bien lointaine. Pourtant, ce sont les souvenirs des parents de Nadine Pelloquet qui ont nourri ce récit. Et cet océan qui semble nous séparer de cette époque ne se résume qu’à une génération, voire deux pour les plus jeunes. D’où l’intérêt particulier de ce livre qui nous montre les progrès…en tout.

Ce récit, sans véritable histoire, est une suite de chapitres évoquant les conditions de vie très spartiates de la campagne à cette époque, ainsi que les journées d’école, les travaux du jeudi, jour de repos scolaire à l’époque mais pas de oisiveté pour ces enfants, les repas, le sport, très rudimentaire et les fêtes organisées par les religieux. Cest un témoignage authentique, livré en toute sincérité. Il était une fois…L’école hier est un livre à la portée sociologique que l’on peut aisément lire à nos enfants, afin de leur faire découvrir un époque bien différente, où la plainte n’avait pas sa place.

Aux éditions Bénevent












Angers Mag