Paix au Mali : des associations angevines se mobilisent à Jean Vilar


Rédigé par - Angers, le 05/06/2013 - 08:33 / modifié le 05/06/2013 - 19:54


Où en est le Mali, ce grand pays d’Afrique dont Bamako, la capitale, est jumelée avec Angers depuis près de 40 ans ? Si la communauté internationale semble se désintéresser du conflit qui agite le pays, ce n’est pas le cas de la diaspora malienne d’Angers et de toutes les associations locales qui interviennent régulièrement au Mali. Samedi 8 juin, elles organisent un après-midi de soutien au peuple malien à la maison de quartier Jean Vilar à la Roseraie.



Les représentants des associations qui participent à l'événement du 8 juin, devant les bureaux de l'OCIA
Les représentants des associations qui participent à l'événement du 8 juin, devant les bureaux de l'OCIA
la rédaction vous conseille
Aux dernières nouvelles, le Mali est toujours en guerre, l’armée malienne tentant de reprendre la ville de Kidal (nord-est du Mali) occupée par la rébellion touarègue du MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad). Mais peu d’informations filtrent sauf peut-être entre les ressortissants maliens dont 300 d’entre-eux vivent ou étudient à Angers.

« Nous avons toujours des contacts avec les associations locales, mais nous ne pouvons pas envoyer des membres des structures angevines sur place, c’est encore trop risqué », déclare Nicolette Dauver, présidente de l’OCIA (Office de Coopération Internationale d’Angers), structure qui organise régulièrement des chantiers de coopération entre Angers et Bamako. La ville d’Angers a apporté un soutien financier de 50 000 en deux fois à sa jumelle, preuve s’il en est que le pays n’est pas tout à fait abandonné à son sort, tout au moins pas par Angers.

« Des populations du Nord Mali sont déplacées depuis le début du conflit et notamment des femmes violées par les rebelles et rejetées ensuite par leurs familles », ajoute la présidente qui s’émeut, comme tous les bénévoles qui aident le Mali, de cette situation insoutenable.

Une association locale, le CO.FE.M (Collectif des Femmes du Mali) intervient pour prendre en charge ces femmes. L’OCIA et une vingtaine d’associations angevines qui interviennent au Mali, ont décidé, à la demande des Maliens d’Angers (associations Benso, ADG, Fasso Denw) d’apporter également un soutien psychologique et matériel dans le cadre d’une opération appelée « Projet Tombouctou ».

« Ce projet a pour objectif de contribuer à la réinsertion économique de ces femmes et plus particulièrement dans la région de Tombouctou, afin qu’elle puisse retrouver leur famille, leurs enfants restés sur place et leurs activités », poursuit Nicolette Dauver.

Un après-midi de sensibilisation et de soutien

C’est pour soutenir ce projet et faire en sorte que ce pays avec lequel la ville d’Angers a réussi à tisser des liens privilégiés puisse retrouver la paix que toutes ces associations ont décidé d’organiser le samedi 8 juin, à la maison de quartier Jean Vilar à Angers un événement solidaire permettant de venir en aides aux populations déplacées et aux réfugiés victimes de la guerre au Mali.

« Sans entrer dans la polémique et prendre parti, nous souhaitons tout simplement que ce pays retrouve la paix et que nous puissions continuer à travailler ensemble comme nous le faisions précédemment », affirment les organisateurs.

Cet événement qui débutera à 15h autour d’un thé malien sera organisé autour de plusieurs temps forts : des témoignages de femmes autour d’une mise en situation du déplacement telle qu’elle fut constatée sur place par Annie Coulibaly, la Malienne blanche de l’association Benso. Cette intervention sera clôturée par un mur de paroles, un drap blanc sur lequel chacun pourra inscrire un message à l’attention de ces femmes déplacées. Dans le même temps, des ateliers de marionnettes seront proposés aux enfants.

A 17h, deux conférenciers, Mme Aminata Boune-Konaté, présidente depuis 1998 des Routes du Futur, une association de développement local et cofondatrice du FOJIM Forum aux identités multiples et Abdoulaye Ba, président de l’association IDA (Intégrer, Développer, Agir) et de l’Alliance Patriotique Souveraineté du Mali, interviendrons pour rebondir sur la causerie précédente et parler plus particulièrement de la problématique des réfugiés.

La soirée se poursuivra par un repas fait de plats maliens proposé par l’association des Maliens d’Angers et une soirée musicale, à partir de 20h30 avec les groupes « The High Sausages », « Koreduga » et « Soroké », ce dernier proposant un spectacle dynamique, savant mélange de chants, musiques et danses revisitant les traditions du Mandé profond.

Entrée gratuite à la causerie, aux ateliers et conférences. Plats maliens + boisson : 10 €. Soirée musicale : 10 €, formule plat + concert : 18 €. Les bénéfices de cette soirée seront intégralement reversés au projet Tombouctou.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag