Précarité : des chiffres pour l'illustrer

LA PRÉCARITÉ, UNE RÉALITÉ ANGEVINE 3/6


Rédigé par - Angers, le 01/03/2017 - 07:40 / modifié le 02/03/2017 - 08:38


Suite de notre dossier sur la précarité, avec des données statistiques, glanées auprès des collectivités qui se saisissent de cette question. S'il faut prendre garde à tout analyser au regard des chiffres, certains d'entre eux montrent tout de même la réalité de la pauvreté à Angers, et la disparité de la situation des habitants de la ville, d'un quartier à l'autre.



la rédaction vous conseille
Du bon usage des statistiques...
 
"Il y a un véritable enjeu de politiques publiques dans la construction et la connaissance des statistiques sociales, car celles-ci viennent arbitrer les pratiques d’accompagnement social, légitimant ou décrédibilisant certains professionnels au profit d’autres. La condition de production de ces chiffres du social doit être analysée en permanence pour en déterminer l'utilisation et potentiellement la validité. Pour faire simple, les chiffres du social, de ce point de vue, ne sont absolument pas des rendus compte factuels, mais des données potentiellement instrumentalisables."
 
Richard Gaillard, maître de conférences en sociologie à l'Université d'Angers


Angers touchée par la pauvreté

Les chiffres publiés par l'Insee font apparaître clairement que le taux de pauvreté sur Angers est bien supérieur à celui des autres collectivités. L'écart se renforce même en ce qui concerne les jeunes de moins de 30 ans.
L'analyse des besoins sociaux publiée par le Centre communal d'action social de la Ville d'Angers, en 2015, relève que "la comparaison des revenus fiscaux par Unité de consommation entre Angers et la France métropolitaine souligne l'intensité de la pauvreté de la ville (...) Les 10 % des Angevins les plus pauvres sont encore plus pauvres que les 10 % des Français les plus pauvres."

Au sein même de la ville, de grandes disparités apparaissent entre les quartiers

L'analyse des besoins sociaux réalisée pour le compte du Centre communal d'action sociale (CCAS) en 2015 indique "une différenciation dans l'évolution des revenus entre les Angevins les plus riches et les Angevins les plus pauvres : les 10 % des Angevins les plus pauvres ont une évolution négative de leurs revenus sur ces dernières années (entre 2006 et 2011, cette catégorie de population  a perdu 24 €/mois) (...) Les quartiers de Belle-Beille, La Roseraie et Monplaisir connaissent une pauvreté plus accentuée que sur le reste de la Ville".
 

15 512 foyers bénéficiaires du RSA, dans le Maine-et-Loire, au 30 septembre 2016

Depuis 2009, le nombre de foyers bénéficiaires est en constante progression, avec un pic historique de 16 107 bénéficiaires enregistré fin 2015. Pour la première fois depuis début 2012, et à l'instar de la tendance enregistrée au niveau national, le nombre de foyers bénéficiaires est cette année en baisse de 3,7 % mais demeure sur le niveau élevé de 2014. (Source : Conseil départemental de Maine-et-Loire)




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag








REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS