Premiers Plans : la veine Dardenne et une compétition singulière


Rédigé par - Angers, le Mercredi 14 Décembre 2016 à 08:24


Le voile se lève toujours un peu plus sur la 29e édition du festival Premiers Plans, qui se déroulera à Angers du 20 au 29 janvier 2017. Le cinéma des frères Dardenne y sera largement à l'honneur, avec, aux côtés des réalisateurs belges, de nombreux comédiens qui les ont accompagnés depuis 30 ans. Côté compétition, le jury présidé par Lambert Wilson composera avec une sélection de premiers films européens explorant quelques territoires encore peu connus à Premiers Plans.



la rédaction vous conseille
Les sillons noirs d'un 33 tours posé sur une platine, une gâchette facile dans un décor de désert, le regard hypnotique de Claudia Cardinale, puis celui si sincère d'Olivier Gourmet... la bande-annonce du festival Premiers Plans réussit à nouveau le petit exploit de condenser en 80 secondes chrono la densité artistique et émotionnel d'un événement chaque année plus riche dans sa programmation.

Sur la musique Nobody Can Think du duo parisien Outkeen, on voit défiler en accéléré ce à quoi pourrait ressembler les dix jours de la 29e édition, du 20 au 29 janvier 2017.
Mais avant de détailler par le menu les gens de cinéma présents, les rétros et autres temps d'échanges prévus, arrêtons nous un instant sur ce qui fait "le cœur du festival", selon son délégué général et directeur artistique, Claude-Eric Poiroux : la compétition des premiers films de réalisateurs français et européens.
 
La compétition
Depuis le mois de septembre, le programmateur Arnaud Gourmelen et ses équipes ont visionné pas moins de... 2165 longs ou courts-métrages, pour n'en livrer, le temps du festival, que la substantifique moelle, 80 films répartis dans les six sections de la compétition. Et le constat est clair, pour cette levée 2017, concernant les "longs" : "Nous avons une plus grande palette de genres que d'habitude", résume Claude-Eric Poiroux. "Il y a un certain essoufflement du naturalisme parmi les jeunes réalisateurs, l'envie de quitter cette veine incarnée par les Pialat ou Kechiche", complète Arnaud Gourmelen. "Les jeunes réalisateurs citent aujourd'hui volontiers des gens comme Dario Argento ou Sergio Leone comme des références : ils tentent de raconter, dès leur premier film, des histoires autrement".

Illustration par l'exemple avec, au sein de la compétition des "longs", un polar espagnol, un film de super-héros italien ou une proposition grecque "qui sort des sentiers battus". Bref, du film de genre, pas si courant dans la grande histoire de Premiers Plans. Et pour départager tout cela, un jury présidé par Lambert Wilson, mais dont les autres noms ne seront révélés qu'à la toute fin de l'année 2016. C'est ce qu'on appelle du teasing...

Si ce jury professionnel dressera son palmarès, de nombreux prix publics seront également décernés, dont un nouveau venu : le prix Jean-Claude Brialy. On sait les liens (personnels et professionnels) qui unissaient l'interprète du Beau Serge de Chabrol à l'Anjou : mais l'ancien patron du Festival d'Anjou est aussi "un acteur qui a tourné avec tous les réalisateurs de la Nouvelle Vague en France", énonce Claude-Eric Poiroux. "Pour deux raisons : à l'époque il ne coûtait pas un rond, et il était très bon ! Il nous semblait en tout cas cohérent que ce prix soit réservé à un premier long-métrage français."

L'affiche de la 29e édition, signée Benjamin Baltimore, emprunte son image à "L'enfant", le film réalisé par les frères Dardenne en 2004, avec Jérémie Rénier.
L'affiche de la 29e édition, signée Benjamin Baltimore, emprunte son image à "L'enfant", le film réalisé par les frères Dardenne en 2004, avec Jérémie Rénier.
Hors compétition : les Dardenne en famille
Voilà pour la compétition, qui dévoilera aux yeux du public quelques films directement inspirés du cinéma de deux réalisateurs multi-récompensés à Cannes : les frères Dardenne.
Nous vous l'annoncions dans ces colonnes au tout début du mois d'octobre : les cinéastes belges feront l'objet d'une large rétrospective, lors du festival Premiers Plans. Ils seront eux-mêmes présents durant deux jours, mais leurs films -citons seulement "La Promesse", "L'enfant" (qui offre son affiche à cette 29e édition) ou "Rosetta"- seront également "défendus" par leurs acteurs (Olivier Gourmet, Déborah François et Adèle Haenel pour le sûr, Emilie Dequenne et Jérémie Rénier sont espérés), mais aussi par leurs techniciens.

Une rétro complétée par une exposition au Grand théâtre et à l'université des photographies de plateau prises, depuis leurs débuts, par Christine Plénus. Deux autres "rétros" resteront également dans la "famille" Dardenne, avec la venue des réalisateurs roumain et britannique Christian Mungiu et Andrea Arnold. Eux aussi multirécompensés à Cannes, "leur style, leur sujet, leur rapport au monde les rapprochent des Dardenne", relève Claude-Eric Poiroux.

La tentation de l'exhaustif est vaine lorsqu'il s'agit d'évoquer la programmation de Premiers Plans, mais citons encore la "rétro" consacrée à la comédienne Emmanuelle Devos, qui jouera, pendant la durée du festival, "Bella Figura" de Yasmina Reza, au Quai d'Angers ; une sélection de films d'animation polonais (Quand la Pologne s'anime) et deux rétros thématiques : l'une concernera L'Altro Cinema, qui regroupe les cinéastes qui, en parallèle aux maîtres italiens (Antonioni, Fellini et consorts- se sont emparés du cinéma de genre (western, péplum) pour créer un répertoire populaire dans les années 60 et 70. Le plus connu d'entre eux ? Sergio Leone.
L'autre thema s'intitule "Face aux pouvoirs" : du "Dictateur" de Chaplin aux "Navigators" de Ken Loach, en passant par "L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller, ou "Amen" de Costa-Gavras (présent lors du festival), Premiers Plans parlera de pouvoir, "mais sans le limiter au politique : il sera aussi questions de pouvoir religieux, avec des films comme "Osama" de Siddiq Barmak ou "Habemus Papam" de Nani Moretti", note Claude-Eric Poiroux.

Festival européen par essence, Premiers Plans s'ouvrira encore un peu plus au monde avec de fortes délégations venues de Chine, mais également d'Austin (avec la présence du compositeur David Wingo (films de Jeff Nichols ou David Gordon Green) et d'Alger.

International, européen, novateur, évocateur, nostalgique, avant-gardiste, curieux... le festival et sa 29e édition ne se résumeraient-ils pas finalement en un seul adjectif, depuis sa création ? Singulier.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet du festival.

Les frères Dardenne seront présents durant deux jours, lors du festival Premiers Plans.
Les frères Dardenne seront présents durant deux jours, lors du festival Premiers Plans.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Cornu le 15/12/2016 22:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les Dardenne se sont les meilleurs








Angers Mag