Prix de la nouvelle de la Ville d’Angers


Rédigé par Catherine Nedelec - Angers, le Mercredi 27 Octobre 2010 à 13:07


Le Prix 2010 de la nouvelle de la Ville d’Angers sera décerné vendredi 3 novembre à la bibliothèque municipale Toussaint. Le recueil primé sera édité aux éditions Siloé.



Joël Glaziou est à l’origine de l’association « Nouvelles R » et du prix de la nouvelle d’Angers qui permet de récompenser un auteur en publiant son recueil. Il est lui-même l'auteur de L'Alphabet du passeur
Joël Glaziou est à l’origine de l’association « Nouvelles R » et du prix de la nouvelle d’Angers qui permet de récompenser un auteur en publiant son recueil. Il est lui-même l'auteur de L'Alphabet du passeur
la rédaction vous conseille
La nouvelle est un genre méconnu de la littérature et pourtant. Faisant suite au prix Harfang, qui récompensa pendant 10 ans l’auteur d’une nouvelle, le prix de la Ville d’Angers met à l’honneur l’intégralité d’un recueil. Celui-ci sera publié dans sa totalité et vendu dans les librairies. Pour Joël Glaziou, qui gère ce prix depuis le début, « Il est difficile pour un auteur d’être édité pour un recueil de nouvelles. Celles-ci paraissent plus facilement dans des revues, isolées. Certains auteurs sont déjà primés plusieurs fois et paradoxalement, ils n’ont sorti aucun livre ».

Le recueil primé entrera donc dans le circuit classique de distribution et les amateurs du genre pourront le découvrir plus facilement. Avant cela, un parcours sans concession attend le manuscrit de chaque candidat. « Cette année, les membres du jury ont reçu 110 recueils qui correspondent à plus de 1000 nouvelles et 9000 pages. En deux mois, ils ont effectué leur sélection pour ne retenir que six finalistes ». Ce lourd travail permet à ses organisateurs l’exigence, d’autant que les propositions affluent de toute la France. La lecture est anonyme et ce n’est qu’au dernier moment que le jury découvre le nom du lauréat.

Le nom du gagnant sera donc révélé le 3 novembre à 18 h 30, à la bibliothèque Toussaint, en présence d’Emmanuelle Urien, lauréate en 2004.












Angers Mag