Protection de l'enfance : un cocon et un point d'interrogation


Rédigé par - Angers, le 14/04/2017 - 07:45 / modifié le 15/04/2017 - 07:47


Alors que les travaux du nouveau Foyer départemental de l'enfance (Village Saint-Exupéry) vont bon train, à Avrillé, l'appel à projets Enfance conduit par le Département livre ses conclusions. Mais ne laisse pas d'inquiéter.



Christian Gillet, le président du Conseil départemental, ici en compagnie de Florence Dabin, vice-présidente en charge des ressources humaines et du patrimoine, et de l'architecte du nouveau Village Saint-Exupéry, Laurent Ménétrier
Christian Gillet, le président du Conseil départemental, ici en compagnie de Florence Dabin, vice-présidente en charge des ressources humaines et du patrimoine, et de l'architecte du nouveau Village Saint-Exupéry, Laurent Ménétrier
la rédaction vous conseille
"C'est le plus important investissement du Conseil départemental pour 2017". En visite de chantier, fin mars sur le Plateau de la Mayenne, à Avrillé, le président du Conseil départemental, Christian Gillet, n'a pas manqué de rappeler les quelque 14 millions d'euros investis pour la construction du Village Saint-Exupéry (VSE). Le Foyer départemental de l'enfance, installé rue de Frémur depuis plus de 30 ans, déménagera à la rentrée scolaire 2018 dans un espace où le principe de maisonnées est prégnant, afin de mieux répondre aux besoins des 67 enfants qui seront accueillis ici.
Autre nouveauté, une Maison des Familles est intégrée à l'ensemble, un lieu d'intimité fondamental pour que les enfants restent en contact avec leurs parents.
 
Pour le VSE, il s'agit bien d'une petite révolution, qui ne pourra se faire sans un travail de fond sur l'environnement. Les agents du Village et du Département vont devoir notamment recréer un réseau éducatif fort, des liens avec les écoles environnantes, pour accueillir les enfants : à l'heure actuelle, le VSE travaille avec 18 groupes scolaires du centre angevin... Or, seules deux écoles figurent en proximité du nouvel équipement.

Si personne ne conteste la nécessité d'un nouveau Village Saint-Exupéry -avec, sur 9 500 m2, des jardins privatifs , sa construction s'inscrit néanmoins dans un contexte qui n'est pas simple, pour l'Aide sociale à l'enfance (ASE), dans le Maine-et-Loire. Et la réalité du VSE le montre bien. Le foyer départemental de l'enfance est en théorie un dispositif d'accueil provisoire ou d'urgence, qui accueillent des enfants le temps d'évaluer leur situation et leurs besoins, avant de choisir l'orientation la plus adaptée : retour au domicile familial, placement dans une famille d'accueil ou dans une maison d'enfants à caractère social (MECS). Seulement, là où les services du Département avancent un séjour moyen de 6 mois au sein du VSE, son bilan d'activités indique plutôt une moyenne de 20 mois. "Et c'est un chiffre qui évolue", note, pour le syndicat majoritaire Sud, Dominique Radin. "Et dans le groupe dont je m'occupe, la moyenne est plutôt à 33 mois..."

En clair, le VSE n'est plus un dispositif d'urgence, mais tend, dans les faits, à devenir une MECS. "En 2012, l'accueil de moins de 6 mois représentait 41 % du volume global. Ce chiffre est tombé à 25 % en 2015. De la même manière, 41 % des enfants sont sortis du dispositif en 2012, contre seulement 20 % en 2015", cadre Dominique Radin. "Cela montre que l'ensemble du dispositif d'Aide sociale à l'enfance est grippé. Et on sait bien, à l'autre bout de la chaîne, que des décisions de justice ne sont pas exécutées à cause de cet engorgement."
En bref, la construction du nouveau VSE, si elle doit améliorer sensiblement la qualité d'accueil des enfants de l'ASE, ne résout pas tout.

Arrêtés le 3 mai pour l'appel à projets sur la protection de l'enfance

L'autre révolution, dans le champ de la Protection de l'enfance, c'est l'appel à projets inédit qui a été lancé par le département du Maine-et-Loire pour les 583 places d'accueil en établissement des enfants confiés au service de l'Aide sociale à l'enfance. Un appel à projets décliné selon l'âge et le secteur géographique. Un classement préférentiel a été établi à la fin du mois de mars, qui devrait rebattre singulièrement les cartes de ce secteur d'activités lorsque le président du Conseil départemental prendra les arrêtés d'attribution des places, début mai. 15 associations ont répondu aux différents appels d'offres, dont 5 extérieures au Département. Parmi elle, les Apprentis d'Auteuil apparaît très haut dans plusieurs classements, quand l'ASEA, acteur historique de la Protection de l'enfance au niveau local, se situe parfois en retrait.

Conséquence attendue : la suppression de postes pour certaines associations. "Mais il y a un engagement des associations retenues à reprendre le personnel des structures en difficultés", assure Christian Gillet.
Attaqué sur son intention de privilégier le moins disant au mieux disant, l'élu se défend : "45 % de la note repose sur la qualité du projet éducatif", rappelle-t-il (et 40 % sur sa qualité financière NDLR). Cet appel à projets -qui deviendra désormais la règle pour tout placement atrribué- a obligé les associations à innover, mutualiser, faire des économies de gestion".

Et permis au Département de faire "quelques millions d'euros d'économie", lui qui met chaque année 100 M€ sur la table pour la Protection de l'enfance.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag








REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS