Quand l’âme des jardins des bords de Loire livre ses secrets…


Rédigé par Catherine Nedelec - Angers, le Jeudi 26 Février 2009 à 15:51


En cette fin d’hiver, le livre de Guillaume Pellerin et Florence Clément apportent un souffle de renaissance, propice à nous faire oublier les frimas d’un hiver toujours trop long. Leur texte documenté et leurs magnifiques illustrations sont une incitation à poser un regard différent sur l’héritage des jardins des bords de Loire, afin qu’ils nous livrent leurs secrets.



la rédaction vous conseille
Quand l’âme des jardins des bords de Loire livre ses secrets…
« C’est tout au long de la Loire, que, dès le 15e siècle, l’on trouve les meilleurs héritiers des jardiniers des rois et des princes, exigeant la perfection, et qui jouèrent un rôle majeur dans leur renommée. La Loire, le climat et ses grands jardiniers ont donné aux jardins des bords de Loire une identité unique qui évolue cependant le long du parcours du fleuve ». Dans leur ouvrage, dont le riche texte est entrecoupé de photos lumineuses et d’aquarelles à l’image des planches botaniques, Guillaume Pellerin et Florence Clément descendent pour nous le cours de la Loire jusqu’à l’estuaire de Nantes, pour mieux nous raconter l’histoire des richesses des jardins.

Le récit ne serait toutefois pas complet sans l’évocation du fleuve qui traverse la Haute-Loire, le Loiret, le Loir-et-Cher, l’Indre-et-Loire, le Maine-et-Loire et la Loire-Atlantique. Guillaume Pellerin et Florence Clément commencent leur livre par un cours rappel sur les mouvements de la Loire, dont les digues et les levées ont permis de lutter contre les crues, de parer à ses effets imprévisibles et à ses conséquences. (Rappelons qu’à Saint-Mathurin, la Maison de la Loire est un lieu totalement réservé à l’explication de la vie des vallerots). Leur regard se pose aussi sur les bancs de sable blonds, sur les phénomènes climatiques qui apportent une variété végétale allant de la plus classique à la plus méditerranéenne.

Les pays de la Loire : premiers dans le classement de communes fleuries

Les deux auteurs flânent dans les jardins potagers, de ville et de campagne, nous rappelant qu’autrefois, les mûriers, l’anis et la réglisse étaient fréquents dans les jardins ligériens, leur culture étant réservée à la fabrication de produits locaux. (Notamment le fil de soie au Coudray-Macouard). Qu’aujourd’hui, la vigne est omniprésente, que les asperges et les cucurbitacées sont des grands classiques du potager. (A l’automne, on fête ces derniers à Saint Rémy la Varenne). Les hêtres, charmes, chênes et noyers gagnent dès le début du 15e siècle les parcs ligériens, une tradition qui viendrait de René 1er Duc d’Anjou, dont on fête cette année le 600e anniversaire de sa naissance. Mais c’est à Amboise que fut planté le premier oranger.

Nos auteurs se sont arrêtés aussi dans les jardins publics, que les citadins ont découverts au 17e siècle pour la détente et la flânerie. On y apprend qu’ils ont joué un rôle prépondérant dans l’introduction et la diffusion de nouveaux végétaux. Certains sont même spécialisés dans la culture des plantes médicinales, qui venues de Nantes, ont fait la particularité de la région de Chemillé notamment. Le tour des paysages ligériens ne serait pas complet sans l’évocation de la faune car depuis toujours, c’est dans les pâturages et les plaines saturées d’eau mais aussi dans les jardins clos que viennent se reposer les canards de sarcelles, les oies cendrées, les vanneaux huppés et les pluviers dorés lors des migrations.

L’âme des jardins des bords de Loire est un livre passionnant sur une histoire et un environnement à découvrir pas à pas dans le calme et la beauté des paysages ligériens.

Architecte-paysagiste DPLG, Guillaume Pellerin réalise des jardins en France comme à l'étranger. Passionné de plantes de l'hémisphère austral, il les acclimate avec bonheur dans son jardin botanique de Vauville.

Diplômée de l'École Boulle, Florence Clément travaille dans l'illustration et le graphisme depuis 2000, aussi bien dans la communication visuelle et la signalétique dans le monde de l'environnement et de la protection de la nature que pour l'édition grand public ou scientifique.

L’âme des jardins des bords de Loire Editions Ouest-France
22X22 120 pages 40 photos 18 €

Dans la même collection : l’âme des maisons de bords de Loire

Quand l’âme des jardins des bords de Loire livre ses secrets…
Dans le même esprit, Marie Le Goaziou pour les textes, Bernard Galéron pour les photos et Piotr Candio pour les illustrations, ont souhaité relater le quotidien des habitants des bords de Loire, nous rappelant qu’il n’y a pas si longtemps, « c’était grâce à la Loire que s'écoulaient les marchandises : les vins, les faïences, la pierre ou l'ardoise que l'on produisaient ici. On les exportaient très loin et elles ont apporté une prospérité responsable en grande partie de la douceur de vivre sur les rives du fleuve ».

Environnement, matériaux, habitats, vie quotidienne, pêche et boule de fort tout est repris ici pour nous présenter l’art de vivre et les talents des habitants de la Loire.

Marie LE GOAZIOU est journaliste à Ouest-France et auteur de plusieurs livres sur les régions françaises comme L’âme des maisons bretonnes, Les îles de la Bretagne ou La Normandie des jardins aux Éditions Ouest-France.

Bernard GALÉRON photographie depuis plus de vingt ans les maisons pour les revues de patrimoine et de décoration. La majorité de ses photos proviennent de la photothèque de la revue VMF( Vieilles maisons françaises).

Piotr CANDIO s'est attaché à " croquer " chaque détail des bâtiments les plus simples pour expliquer la vie quotidienne dans ces maisons.


L’âme des maisons des bords de Loire Editions Ouest-France
22X22 120 pages 80 photos 80 dessins 1 carte 18 €



LES TAGS : lire










Angers Mag