Rentrée scolaire : « un crayon pour toi, un pour moi » avec la Sadel et le Secours Populaire


Rédigé par - Angers, le 09/08/2013 - 14:55 / modifié le 09/08/2013 - 17:44


Quatre ans déjà que le Secours Populaire Français s’associe à la Sadel à Angers pour aider les familles en difficultés à subvenir aux besoins de base lors de la rentrée scolaire. À l’aube de la prochaine rentrée, ce soutien, qui augmente chaque année, devrait bénéficier à 500 enfants scolarisables en Maine et Loire.



Stéphane Lepage (SPF) et Georges Maximos (Sadel), présentant quelques fournitures de première nécessité
Stéphane Lepage (SPF) et Georges Maximos (Sadel), présentant quelques fournitures de première nécessité
la rédaction vous conseille
Si la plupart des enfants prennent plaisir à retourner, dès le début septembre, sur les bancs de l’école avec un cartable rempli de fournitures neuves, ce n’est pas le cas de ceux dont les parents peinent à boucler les fins de mois. « La rentrée scolaire c’est une période souvent mal vécue par certaines familles, celle-ci pouvant représenter 50% de leur budget », souligne Stéphane Lepage, le responsable du Secours Populaire (SPF) de Maine et Loire. « La scolarité, bien que gratuite, induit des coûts assez lourds pour certaines familles, et ceci malgré l’Allocation de rentrée scolaire (ARS (*)».

Mais comment venir en aide à ces familles que le SPF connaît bien pour les suivre toute l’année ? En s’associant avec une structure distribuant des fournitures scolaires, à l’exemple de la Sadel (Société Angevine d’Édition et de Librairie), un acteur majeur de l’économie sociale et solidaire qui partage lui aussi des valeurs d’humanité et de solidarité. De cette rencontre, en 2010, est née l’opération « rentrée solidaire », laquelle permet de récolter des fournitures et des fonds destinés aux familles en difficultés, en complément de l’ARS.

« Le principe est simple. Nous avons constitué un « kit » de fournitures essentielles. Nos clients peuvent les acheter pour les glisser dans un gros cartable – urne situé à l’entrée du magasin », explique Georges Maximos, le directeur du magasin Sadel de la rue de Vaucanson et de la librairie Contact d’Angers. « C’est une opération de solidarité. Il ne s’agit pas d’obliger nos clients, mais de les sensibiliser. Cette action permet aussi de favoriser la prise de conscience des enfants dans la cour de l’école ».

Pas besoin d’être clients de la Sadel pour participer, les Angevins qui le souhaitent peuvent amener les fournitures de l’an dernier, en bon état, voire même envoyer un don financier au Secours Populaire.


« Ce qui fait plaisir, c’est le sourire des enfants »

Grâce à cette aide, 500 enfants de familles correspondants aux critères de ressources établis par le SPF, pourront effectuer leur rentrée dans des conditions similaires aux autres écoliers, collégiens ou lycéens. Sadel et SPF s’engageant sur le nombre. « Si nous n’avions pas monté cette opération, certains enfants n’iraient pas à l’école. Les gamins qui n’ont pas le matériel de base partent perdants », précise Stéphane Lepage, ajoutant même « qu’il ne s’agit pas d’une opération de charité, mais bien de solidarité, » les parents contribuant également à une part du financement à hauteur de 10 à 15%.

Chaque kit de rentrée scolaire, dont le montant moyen s’élève à 30 €, est complété par un apport financier du Secours Populaire et de la Sadel qui négocie aussi avec certains fabricants pour redistribuer des produits ayant parfois un petit défaut d’aspect. « Nous ne gagnons rien, pour nous c’est une opération blanche», tient à préciser Georges Maximos.

À ces fournitures s’ajoute un soutien aux activités sportives et notamment l’aide à l’inscription dans un club sportif, grâce à une marque de produits alimentaires. « Au fil des ans cette expérience nous fait réfléchir. On innove avec un soutien à l’accès au sport, demain on envisage de se pencher sur les assurances scolaires », concluent les deux partenaires. « On aurait aimé que cette opération ne dure pas, malheureusement elle ne semble pas prête de s’arrêter. Mais ce qui fait plaisir, c’est le sourire des enfants lorsqu’on leur remet leur kit de rentrée scolaire ».


(*) L'allocation de rentrée scolaire (ARS) est versée chaque année à la fin du mois d’août, sous conditions de ressources, aux familles ayant au moins un enfant scolarisé et âgé de 6 à 18 ans (sur justificatif de scolarité ou d'apprentissage pour les jeunes de 16 à 18 ans). Elle permet d'aider les familles à financer les dépenses de la rentrée scolaire. Pour la rentrée 2013 son montant s’élèvera à 360,47 € pour les enfants de 6 à 10 ans, 380,36 € pour les enfants de 11 à 14 ans et 393,54 € pour les enfants de 15 à 18 ans (source service-public.fr)




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par maximus le 09/08/2013 15:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Désolé ce commentaire a été modéré pour non respect de la charte éditoriale du site www.angersmag.info.








Angers Mag