Stéphane Le Foll en terres agricoles et républicaines


Rédigé par Patrick TOUCHAIS - Angers, le 16/01/2015 - 06:00 / modifié le 16/01/2015 - 22:35


Double mission pour le ministre de l’Agriculture en visite hier en Anjou. Il a d’abord échangé avec les agriculteurs sur le Sival, le salon professionnel des productions végétales, clos jeudi soir. Il a ensuite porté la bonne parole républicaine aux lycéens du Fresne.



Le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, a trouvé jeudi au Sival des responsables syndicaux remontés, et sur plusieurs sujets...
Le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, a trouvé jeudi au Sival des responsables syndicaux remontés, et sur plusieurs sujets...
la rédaction vous conseille
C' est le ministre » glisse une lycéenne à son voisin. « Ça fait bizarre de le voir en vrai ». En bon politique, Stéphane Le Foll, le ministre en question leur serre la main avec force sourire. D’autres ont moins le sourire. Ce sont les leaders des syndicats agricoles. Ils sont même assez remontés face au ministre de l’Agriculture, en visite pendant deux heures hier au Sival à Angers, le salon des cultures végétales spécialisées qui a fermé ses portes jeudi soir.

Il faut dire que les arboriculteurs, les maraîchers, les horticulteurs sont en pleine crise dans leurs diverses productions. Plusieurs sujets ont donc tendu les échanges entre le ministre et les responsables agricoles en rencontre informelle sur le stand de l’association Légumes de France.

Les producteurs de fruits et légumes estiment ne pas pouvoir se battre avec les mêmes armes que leurs voisins européens. « Il y a du dumping social », s’est plaint le président des producteurs de fruits, Luc Barbier, en montrant du doigt l’Espagne, dont les salaires des saisonniers sont plus bas qu’en France. Salariat toujours avec une doléance supplémentaire - comme tous les employeurs - sur le compte pénibilité, que les agriculteurs n’ont pas envie de mettre en place dans les exploitations.

Les produits phyto en question

Stéphane Le Foll, interpellé sur le stand de Végépolys (*) par le président du pôle de compétitivité, Jacques-Antoine Cesbron.
Stéphane Le Foll, interpellé sur le stand de Végépolys (*) par le président du pôle de compétitivité, Jacques-Antoine Cesbron.
Mais, c’est sans doute sur le dossier de l’utilisation des produits phytosanitaires que le ministre s’est voulu le plus mordant. Face à une Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA, très remontée sur l’interdiction de certaines molécules, il a indiqué qu’un deuxième plan national de réductions de phytos serait présenté le 30 janvier. Car le bilan du premier n’est pas bon. « La France s’est lancée dans ce programme, mais sur les années 2012 et 2013, les produits utilisés ont progressé de 9 % », a souligné Stéphane Le Foll. « En revanche, ce qui est positif, c’est que dans le réseau des 2 000 fermes expérimentales Déphy, les doses ont diminué de 12 %. Ces modèles doivent être reproduits ».

Surtout, le ministre de l’Agriculture s’est fait le chantre des techniques alternatives pour diminuer les phytos sans mettre à mal les cultures, en particulier le bio-contrôle. Il s’agit de techniques basées sur la protection naturelle des plantes. Par exemple, le développement d’insectes prédateurs (les coccinelles contre les pucerons). « Il y a là une filière à développer pour les entreprises françaises, dont certaines sont déjà en pointe, mais doivent monter en puissance », a conclu le ministre avant le filer pour une autre mission.

Après avoir tenté de rassurer des agriculteurs pas franchement convaincus, il s’est rendu au lycée agricole du Fresne, pour un tout autre discours. En tant que responsable de l’enseignement agricole, il a porté la parole républicaine auprès de l’ensemble des lycéens suite aux évènements de la semaine passée, et de la réaction parfois hostile de certains élèves.

 

(*) Acteur majeur du SIVAL, le pôle de compétitivité VEGEPOLYS qui compte 350 adhérents issus des filières du végétal spécialisé, des filières de l'agroéquipement et de l'agrofourniture correspondantes (horticulture ornementale, arboriculture et maraichage, semences, viticulture, plantes médicinales, champignons, ..) était implanté au coeur du salon. A ce jour, le pôle qui accompagne les entreprises et laboratoires dans la réalisation de leurs produits de R & D (Recherche et Développement), a labellisé plus de 250 projets depuis 2005.









1.Posté par sarthois le 16/01/2015 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M le foll, élu breton en Sarthe, est moins enclin à aider les producteurs légumiers et fruitiers du Val de Loire (dont fait partie notre département) que ses compatriotes (filière agro-alimentaire bretonne).
pour les uns, des millions d'euros d'aide pour les autres, des promesses. mais c'est vrai qu'ici, les gens ne cassent rien...

2.Posté par Agriculteur le 16/01/2015 22:25 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@sarthois en fait, les agriculteurs de toute la France ont reçu les mêmes aides : des effacements de charge sociale basés sur leur baisse de chiffre d'affaire !

3.Posté par sarthois le 17/01/2015 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@agriculteur
Je n'ai pas la même impression que vous. Ou alors les agriculteurs de France n'ont pas reçu tous le même traitement médiatique..















Angers Mag





REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS