Valéo, le conflit se poursuit sur le terrain et au tribunal


Rédigé par Justine Montauban - Angers, le 27/02/2014 - 09:37 / modifié le 01/03/2014 - 07:50


Insatisfaits des négociations salariales menées au siège de l'équipementier automobile à Bobigny, les grévistes de l'usine Valéo d'Angers poursuivent leur mouvement. 18 d'entre eux seront poursuivis en référé jeudi pour entrave.



Valéo, le conflit se poursuit sur le terrain et au tribunal
la rédaction vous conseille
Spécialisée dans la production de systèmes d'éclairage pour l'automobile, l'usine Valeo située sur la zone industrielle d'Ecouflant, est quasiment paralysée depuis lundi. A l'appel de la CGT et de Force Ouvrière, plusieurs dizaines d'ouvriers se relaient pour bloquer les entrée et sorties du site. En cause, des revendications salariales.

Lire "Chez Valéo, mouvement d'humeur autour des salaires" (24/02/2014)

Mardi, les négociateurs syndicaux rencontraient la direction de l'équipementier auto au siège du groupe à Bobigny, afin de tenter de trouver un accord pour satisfaire chaque parti. Mais leurs revendications n'ont manifestement pas été entendues.

En effet , la direction leur propose une majoration de vingt euros de leur prime, mais pas d'augmentation salariale, selon Gilles Mapelli (CGT). Ce dernier considère que la direction a "contourné les réclamations des ouvriers" - 100 euros mensuel de plus pour tous - en proposant d'autres avantages, et que cela ne fait "qu'encourager la poursuite du blocus".

Sur le terrain, une certaine confusion règne, la direction se refusant à toute nouvelle discussion tant que le site angevin reste bloqué, mais les quelque 150 ouvriers mobilisés ne semblent pas vouloir relâcher la pression. Trois camions ont pu quitter le site aujourd'hui, selon les syndicats, mais 18 salariés sont attendus au tribunal jeudi matin à 9h pour entrave à la circulation de marchandises.













Angers Mag