VéloCité + : la vélo-attitude à Angers


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 21/03/2011 - 18:11 / modifié le 22/03/2011 - 13:05


Agréable la petite balade à vélo organisée ce lundi après-midi dans le centre ville d’Angers et surtout beau coup médiatique pour faire connaître aux angevins le nouveau système de vélos en libre service, « VéloCité + ». Après Paris, Bordeaux, Lyon et de nombreuses métropoles impliquées dans des modes de déplacements écologiques, Angers a désormais ses « Vélib ».



Le groupe de cycliste circulant sur le boulevard Foch en toute quiétude
Le groupe de cycliste circulant sur le boulevard Foch en toute quiétude
Ceux qui déambulaient sur les boulevards Bessonneau et Foch en ce bel après midi de printemps n’en sont pas encore revenus. 24 cyclistes invités par la Ville d’Angers ont inauguré le nouveau service de vélos en libre service « Vélocité + », en parcourant le centre ville, depuis la place Leclerc vers la gare SNCF où ce nouveau service est mis en place. Un tel peloton, encadré par la police municipale, également à vélo, ça ne pouvait pas passer inaperçu.

C’est Bernadette CAILLARD-HUMEAU, première ajointe au maire, chargée de la voirie et des déplacements, qui ouvrait la marche. « Les avantages du vélo ne plus à démontrer. Ce mode de déplacement est l’un des points forts de la politique de la Ville d’Angers. Le vélo est économique, plus rapide que la voiture et bon pour la santé », commentait l’élue, en arrivant à la gare d’Angers où est désormais installé le service automatique « VéloCité + ».

48 bornes avec autant de bicyclettes aux couleurs d’IRIGO, le service de mobilité de la métropole angevine, attendent désormais les utilisateurs sur l’esplanade de la gare Saint Laud. Ils permettront aux touristes, aux hommes d’affaires, mais aussi à tous les angevins d’emprunter un vélo sur place et de le ramener au même endroit en fin de journée.

La mise en place de « VéloCité + » s’inscrit dans le cadre de la politique de la ville en matière de circulation des cycles, selon trois axes : des infrastructures qui répondent aux besoins des usagers et notamment l’aménagement de voies spécifiques et l’anticipation du démarrage aux feux, la sécurisation des stationnements avec des vélos parcs dans plusieurs parkings et surtout le développement de la « culture vélo » chez les angevins. Ce dernier point est l’un des vœux pieux de Bernadette Caillard-Humeau, laquelle est depuis des années une adepte de la bicyclette pour ses déplacements urbains. Elle aimerait bien que le angevins découvrent à leur tour les vertus du vélo en ville. On peut en penser ce que l’on veut, mais voici au moins une élue qui montre l’exemple. Et à voir son dynamisme à toutes épreuves on à vraiment envie de se mettre au vélo.

« VéloCité + », comment ça fonctionne ?

Le parc VéloCité + à la gare Saint Laud
Le parc VéloCité + à la gare Saint Laud
Les vélos sont disponibles sur des bornes d’accrochage, 7 sur jours sur 7 et 24h/24, à la Gare Saint Laud. Pour commencer il faut adhérer au service. A l’aide de sa carte bancaire, posée sur le lecteur de la borne, l’utilisateur choisie sa durée d’adhésion : 1 jour pour 1 €, 7 jours pour 5 € ou encore, à partir de Juin, 1 ans pour 30 €.

Une fois l’adhésion réalisée, il suffit de sélectionner la durée d’utilisation et d’entrer le N° du vélo choisi. La location commence dès que le vélo est décroché de son support. Géré par la SARA stationnement, comme les parkings auto, le prêt coûtera 2 € jusqu’à 5h, 4€ de 5 à 10h et 10 € de 10h à 24h. Les tarifs permettent ainsi de faire le tour de la ville, pour moins cher qu’une course en taxi.

Attention, en cas de dégradation du vélo, un forfait de 200€ pourrait être prélevé directement sur le compte de l’utilisateur. Il conviendra alors de bien vérifier le vélo avant de l’emprunter afin d’éviter que l’on vous impute une dégradation. En cas de problème, la SARA dispose d’un numéro de téléphone disponible lui aussi 24h/24 et 7j/7, le 02.41.24.13.40

« Si le système fonctionne, d’autres points de mise à disposition de cycles pourraient voir le jour », concluait Bernadette Caillard-Humeau, ravie d’avoir pu démontrer les effets du vélo, un jour ensoleillé comme ce lundi, premier jour du printemps. Et si Angers n’est pas Amsterdam, les vélos commencent à y fleurir comme les tulipes.



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag





REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS