Yves-Gérard Branger : humaniste au service du cinéma


Rédigé par Répliques - Angers, le 22/01/2012 - 12:16 / modifié le 22/01/2012 - 12:30


Ancien proviseur du lycée Chevrollier d’Angers, le nouveau président de l’association Premiers Plans se livre et nous raconte les dessous du festival angevin.



Yves-Gérard Branger, Président de l'association Premiers Plans
Yves-Gérard Branger, Président de l'association Premiers Plans
la rédaction vous conseille
Vendredi, 10h30, hall du centre de congrès d’Angers, c’est un homme affairé qui s’avance vers nous. Un pas décidé, les bras chargés de dossiers il nous emmène dans un endroit calme. Le président semble pressé, l’interview se tient dans une salle de conférence, où les bénévoles s’affairent encore.

D’emblée il se présente doublement comme un humaniste et comme « le Poulidor de Premiers Plans », un festival dont il parle avec fierté. L’ancien proviseur n’hésite pas à mettre en avant l’équipe de Premiers Plans, à louer leur travail et notamment « l’investissement de Claude-Eric Poiroux et Xavier Massé sans lesquels rien n’aurait été possible. ». Et d’insister : « Ce sont des hommes passionnés en qui j’ai une confiance aveugle ».

Nous avons réussi à fidéliser nos sponsors

Outre la mairie d’Angers qui joue un rôle prépondérant dans l’organisation du festival, ce sont surtout les organismes privés qui apportent aujourd’hui leur soutien au festival. Parmi ces acteurs il cite « le Groupe Hervé », « Oléane » ou encore « Coignard », des soutiens en adéquation avec l’esprit du festival, humains et marqués par une identité forte.

Sur ce fond de crise économique, Yves-Gérard Branger nous rassure quant à la santé financière du festival : « nous préparons avec la mairie d’Angers une belle surprise pour la 25e édition », une surprise qui devrait vraisemblablement faire entrer le festival dans une nouvelle dimension.

Le cinéma me colle à la peau

Lorsqu’on évoque avec lui le cinéma Yves-Gérard Branger devient intarissable. Véritable « boulimique » d’œuvres cinématographiques en tous genres, il vit sa passion au point de collectionner divers objets tels que d’anciennes pellicules 16 millimètres, des bobines et autres caméras. Pour lui, être « mordu » de cinéma c’est la meilleure manière de présider le festival.

Les jeunes c’est toute ma vie

Après dix minutes passées avec l’homme, le mot humaniste prend de l’épaisseur. Personnage au grand cœur, il a conservé une âme d’enfant, émerveillé par les écrans comme par ceux qui les animent. Son humanité la destine surtout aux jeunes.

Le président de l’association Premiers Plans dirige avec bienveillance presque paternaliste les 300 bénévoles et toute l’équipe du festival. Son but permettre aux autres, mais plus particulièrement aux jeunes, d’avoir accès à la culture. Il loue la jeunesse angevine en qui il fonde beaucoup d’espoir.

Notre rencontre se termine par une anecdote, racontée avec pudeur et une pointe d’émotion : le sauvetage du cinéma de Chemillé menacé de fermeture. Ému aux larmes, il nous confie avoir mené ce combat par amour de la culture et de ceux qui la font vivre.

François Boulard – Gwénaël Pilorget




















Angers Mag





REPORT'CITÉ trace sa route

21/06/2017 - Report'Cité

Ouest eMedia Presse a été placée en liquidation judiciaire

21/06/2017 - L'équipe d'Angers Mag : Yves BOITEAU, Sébastien ROCHARD, Patrick TOUCHAIS