Festival Confolens : soirée d’ouverture en dix photos

Lounes

Le jeudi 11 août a marqué le début du festival de folklore de Confolens. Durant cette première journée, on a pu assister à des bandas, des ateliers de danse et des concerts improvisés dans les du . Le soir, le traditionnel gala d'ouverture a eu lieu, marquant le début des festivités et permettant de découvrir les différentes cultures représentées.

Le pont- de Confolens, qui date du 12ᵉ siècle, est un véritable symbole de la ville. Il traverse la Vienne et est l'un des lieux emblématiques du festival. Autrefois, cet ancien pont à péage comportait trois tours, maintenant ce sont les drapeaux des pays participants qui flottent à cet endroit.

Pendant toute la durée du festival, les Halles de Confolens accueillent exposition de costumes des quinze pays représentés lors de cette 65ᵉ édition. Une photo présente des costumes typiques des danseurs et danseuses folkloriques de Moldavie.

Avant le filage du grand gala d'ouverture, les artistes se retrouvent dans les coulisses du théâtre des Ribières. C'est là que les danseurs et danseuses du groupe letton DA Perle se rencontrent pour la première fois du festival. Ce groupe, créé en 2010, est aujourd'hui l'un des meilleurs ensembles folkloriques de Lettonie.

Lors de la cérémonie d'ouverture, les pompiers de l'Urgence internationale basés à Limoges ont été invités à allumer la flamme du festival. Certains d'entre eux sont revenus tout juste de Grèce, où ils ont aidé leurs homologues lors des méga-feux.

Pour cette 65ᵉ édition, le groupe folklorique turc a ouvert le gala en hommage aux victimes du séisme survenu en Turquie en février dernier. Certains danseurs ont malheureusement perdu des proches lors de ce drame.

Avant de monter sur , les artistes et leurs guides partagent des moments pour évacuer le stress. Par exemple, les bénévoles qui suivent le groupe indonésien apprennent à exécuter la danse traditionnelle indonésienne appelée « Saman ».

Les danseurs et danseuses de la argentine de Santa Cruz ont ouvert le bal avec leurs différents tableaux de tango, boleadoras et malembo, des danses folkloriques traditionnelles.

Pour mettre de l'ambiance, le groupe chilien Toŋariki a également enflammé la scène avec ses danseurs et danseuses. Le nom du groupe fait référence au plus grand monument archéologique de toute la Polynésie.

Enfin, le gala s'est terminé avec le groupe indonésien de l'université de Krida Budaya à Jakarta. Avec près de vingt-et-un costumes différents, ces artistes reflètent la devise indonésienne « unité dans la diversité » qui met en avant la variété des paysages et des peuples issus des 14 000 îles que compte le pays.

Le festival se poursuit jusqu'au 15 août avec de nombreux concerts et animations à venir. Le programme complet est disponible en cliquant sur le lien.