Réforme constitutionnelle prévue pour la Corse d’ici 2024

Lounes

C'est la fois depuis l'adoption du rapport sur l'autonomie par l'Assemblée de Corse en juillet dernier qu'un ministre aborde le sujet. Lors des journées parlementaires du groupe Liot en Guadeloupe, Gérald Darmanin a annoncé que le nouveau statut de la Corse serait inscrit dans une réforme constitutionnelle d'ici fin 2024.

La rencontre s'est déroulée mardi 5 septembre en Guadeloupe. Devant les députés du groupe Liot présents, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a évoqué l'avenir institutionnel de la Corse. Le chef de l'État envisagerait une réforme d'ici la fin de l'année 2024, en dehors de la révision constitutionnelle liée à la loi électorale de la Nouvelle-Calédonie.

La semaine , Gerald Darmanin sera en visite en Corse. « Le propos a été d'officialiser sa venue les 13 et 14 septembre avant la venue du président de la pour les 80 ans de la Libération de la Corse. Il a insisté sur le fait qu'il y aurait un discours du président de la République concernant la Corse dans la réforme constitutionnelle. Ce qui semble ressortir, c'est que l'on n'est pas au de l'offre du gouvernement et de l'État de la réforme constitutionnelle de 2018, on serait plus haut. Néanmoins, pour l'instant, nous restons vigilants », indique Jean-Félix Acquviva, député de la 2e circonscription de Haute-Corse.

« Personne n'a intérêt à ce que ce rendez-vous soit manqué »

C'est la première fois depuis le vote de l'Assemblée de Corse, le 5 juillet, sur l'autonomie qu'un membre du gouvernement s'exprime sur le sujet. Les attentes sont nombreuses, dans un communiqué Femu a Corsica : « La venue de Gérald Darmanin doit être l'occasion de présenter aux Corses la réponse envisagée par le gouvernement et l'État à la délibération du 5 juillet. Personne n'a intérêt à ce que ce rendez-vous soit manqué. »

Une première rencontre en tête-à-tête entre Gérald Darmanin et Gilles est prévue lors du voyage des 13 et 14 septembre. Ensuite, Emmanuel Macron pourrait se en Corse les 28 et 29 septembre dans le cadre des commémorations liées aux 80 ans de la Libération de l'île, une séquence politique devant accompagner la séquence mémorielle.