Sable du Sahara : cocktail chaud de particules, aggravant la pollution de l’air

Lounes

Depuis le 4 septembre, les ont apporté des particules de sable du jusqu'au ciel de Nouvelle-Aquitaine, en particulier dans le département des Pyrénées-Atlantiques. La préfecture a pris des mesures, notamment des limitations de vitesse sur les routes.

Le nuage de sable du Sahara, annoncé depuis plusieurs jours, est désormais bien visible en Aquitaine. Le ciel est voilé, le a apparence lunaire et ce spectacle ravit les photographes.

Cependant, ce nuage a des conséquences sur l'atmosphère, en particulier dans le sud de la région. Julie Gault, chargée de communication à ATMO Nouvelle-Aquitaine, explique qu'il y a un pic de pollution aux particules grossières, appelées PM10, dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Cette pollution se traduit par des brumes particulières, sans pour autant être teintées comme lors des précédents épisodes venteux venus du Sahara.

Les observations ont commencé le 4 septembre et les concentrations de particules grossières continuent d'augmenter, selon Julie Gault.

L'institut de surveillance de la qualité de l'air annonce que la masse d'air chargée en poussières sahariennes devrait stagner sur le département des Pyrénées-Atlantiques. Ces poussières contribuent à la pollution aux particules grossières en altitude et sur les reliefs pyrénéens.

Les causes de cette pollution sont les fortes chaleurs et les poussières en provenance du Sahara. On ne sait pas combien de temps cela va durer, car il y a des vents très faibles et pas de pluie annoncée, précise Julie Gault. Elle rappelle que cet épisode n'est pas sans risque pour la santé, car plus les particules en sont petites, plus elles sont dangereuses. Les particules visibles, comme le sable, sont arrêtées par les barrières naturelles du corps et ne vont pas très loin.

ATMO estime que le phénomène sera persistant au moins jusqu'au 6 septembre en raison des conditions météorologiques défavorables à une dispersion des de l'air. Les indices de qualité de l'air seront moyens à dégradés sur les autres départements de la région Aquitaine en raison des particules grossières PM10 et de l'ozone.

En attendant, la pollution stagne sur le département des Pyrénées-Atlantiques, ce qui a poussé le préfet à prendre un arrêté pour limiter la vitesse sur les routes : 110 km/h sur les portions d'autoroutes normalement limitées à 130 km/h, 90 km/h sur les portions d'autoroutes et de rapides normalement limitées à 110 km/h, et 70 km/h sur les routes limitées à 80 ou 90 km/h.

Le reste de l'arrêté préfectoral concerne les industriel et agricole, et les dérogations à l'interdiction de brûler les déchets verts à l'air libre sont suspendues.