A droite aussi, on roule à 30...


Rédigé par - Angers, le 25/04/2017 - 07:41 / modifié le 25/04/2017 - 07:41


Le conseil municipal a adopté lundi soir en séance une délibération établissant, sur l'ensemble de la ville, les zones de circulation à 30 km/h. Une liste de quelque 900 rues établie avec l'appui des conseils de quartier et qui concerne, pour la première fois, la rive droite de la Maine.



A droite aussi, on roule à 30...
la rédaction vous conseille
En attendant l'apaisement des voies sur berges, annoncé de longue date, la municipalité conduite par Christophe Béchu s'est penchée depuis le printemps 2016 sur les zones 30. Non pas qu'elles n'existent pas déjà, sur le territoire angevin. Mais le maire d'Angers n'a pas manqué de rappeler en quoi le bât blesse autour de cette question. D'une part, les zones 30 dont l'existence n'est pas expressément notifiée par un marquage au sol ne sont "que de la pure com" et n'ont ainsi aucun caractère contraignant, du point de vue légal. D'autre part, et jusqu'alors, si on roulait dans pas mal d'endroits à 30 km/h sur la rive gauche, il n'en était rien sur la rive droite.
 
Finie la ville coupée en deux. Après qu'un travail a été mené avec les dix conseils de quartiers "afin qu'ils nous donnent un avis consultatif sur les zones à passer à 30, à conserver à 50, mais également les points noirs en terme de vitesse et de circulation", les services ont travaillé avec un bureau d'études avant de rendre leur copie, il y a quelques semaines.
 
Quoi retenir de la nouvelle carte de circulation de la ville d'Angers. "Les liaisons interquartiers, c'est 50 km/h ; les rues, c'est 30", résume Christophe Béchu, qui s'appuie sur la délibération -flanquée de l'avis des conseils de chaque quartier- pour justifier le travail collaboratif mené avec les instances citoyennes.
Instaurées pour "faire baisser le nombre d'accidents, inciter à se déplacer en vélo ou à pied et renforcer les liens de proximité", les zones 30 seront mises en place dans les différents quartiers jusqu'au mois de septembre.

Lundi soir, lors des débats qui ont précédé le vote (unanime) de la délibération, Jean-Marc Verchère, l'adjoint ad-hoc, a insisté pour rappeler que le ralentissement de la circulation était un "chantier permanent, jamais achevé" mais "gagnable par la signalisation, par le civisme et par nous mêmes".

Au sein de la minorité, Vincent Dulong (EELV), qui a voté la délibération comme l'ensemble de son groupe, a fait référence à la chanson "L'opportuniste" de Jacques Dutronc pour rappeler qu'une partie des élus de la majorité avaient, en son temps, critiqué les efforts de la précédente municipalité pour adoucir la circulation : "Cette délibération n'est pas une nouveauté mais la finalisation de notre plan sur les trois derniers quartiers de la ville" (non concernés jusqu'alors). "7 minutes pour nous dire que vous êtes d'accord avec nous, c'est plutôt "Et moi, et moi, et moi", a rétorqué, un brin cinglant, Christophe Béchu, Il s'agit simplement d'appliquer vraiment dans ses rues les règles de circulation qui vont avec et qui n'étaient pas signalées comme il faut." 

Frictions autour de la politique culturelle
Trois délibérations ont remis le sujet sur la table. Elles portaient d'une part sur la modification des statuts de l'EPCC Le Quai-Centre Dramatique National et, d'autre part, sur l'adhésion de la Ville et sa convention de soutien à l'EPCC Anjou-Théâtre - qui porte notamment le Festival d'Anjou. Pour la minorité, qui réclamait (en vain) une place dans les conseils d'administration des deux structures, la municipalité déshabille l'un pour habiller l'autre. Sans retour suffisant à son goût -pour Angers- de la part du Conseil départemental de Maine-et-Loire.
"Nous demandons que le Conseil départemental puisse participer au financement d'activités par exemple du Quai" a plaidé Antony Taillefait, après un long plaidoyer en faveur de la culture. Grand Théâtre, Cloître Toussaint... Alain Fouquet, l'adjoint à la culture, a rappelé l'apport concret désormais du Festival d'Anjou - "en partie désormais le festival d'Angers" - pour la ville. "La réalité, c'est que la Ville en signant le Pacte Culturel s'est engagé à ne pas baisser son budget culturel global pendant trois ans. Qu'à l'intérieur de ses budgets, il y ait des modifications, oui. Mais la somme globale est bien la même et vous voulez donnez le sentiment qu'on la diminuée" a reproché Christophe Béchu. La minorité n'a donc pas voté les trois délibérations en question.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Bernard le 24/04/2017 19:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
enfin Angers rejoint le club des villes 30 !
voir la liste et bien plus sur www.ville30.org

2.Posté par chris le 05/05/2017 07:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il était temps enfin je suis d'accord avec bernard un belle effort de fait par la municipalité.
reste à faire de nouvelle rues piétonnes des pistes cyclables et arrêter de couper autant d'arbres sans replanter et vous allez être bon!















Angers Mag