"Ai-je été influencé par Syngenta ? Non, bien au contraire" (Serge Bardy)


Rédigé par - Angers, le 04/02/2016 - 19:17 / modifié le 06/02/2016 - 23:52


Député de la 6e circonscription de Maine-et-Loire, Serge Bardy se retrouve depuis mardi soir au centre d’une polémique initiée par la diffusion, sur France Télévisions, d'un documentaire traitant des dangers des pesticides. Montré du doigt, le parlementaire angevin se défend de cautionner les pratiques des multinationales de l’agro-chimie.



Le député Serge Bardy dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale
Le député Serge Bardy dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale
la rédaction vous conseille
Diffusée à une heure de grande écoute, mardi 2 février sur France 2, l’émission animée par la journaliste Elise Lucet, Cash Investigation, a fait du bruit dans les chaumières, jusque dans la campagne angevine. Dans cette édition qui traitait du danger que présente pour les enfants l'usage intensif de produits phytosanitaires dans l'agriculture, on y apercevait le député (PS) de la 6e circonscription de Maine et Loire, Serge Bardy, à table avec les dirigeants de la société Syngenta. Soit, avec Bayer ou Monsanto, l'un des poids-lourds de l'agro-chimie.

Comme elle en a l’habitude dans cette émission qui se veut sans concession, la journaliste et son équipe se sont invitées à un repas organisé au Procope, un restaurant parisien, le 9 juin 2015, par le Club de l’Europe et la firme Syngenta Une bouteille d’eau du robinet souillée par de l’atrazine, un composant de nombreux pesticides, à la main, elle a interpellé le PDG de la société Syngenta et l’a invité à boire un verre de cette eau. Plusieurs parlementaires participaient à ce repas, dont le député Serge Bardy que l’on aperçoit brièvement devant Elise Lucet lors d’un plan montrant la journaliste.
 
Cette présence qui pose question a été relevée par des internautes qui ont publié une capture d’écran sur les réseaux sociaux et ont interpellé le député par courriel.
 
 « Je ne connaissais pas particulièrement la société Syngenta. Il est bien sûr que si j’avais vu l’émission d’Elise Lucet, dont j’apprécie le travail, avant d’aller à ce repas, j’aurais décliné l’invitation », déclare le député joint par téléphone. « Il m’arrive souvent de participer à ce genre de rencontre car c’est une source d’information plus riche que lors d’une audition à l’Assemblée nationale. »
 
Pour le parlementaire connu pour ses travaux sur les circuits courts, l’agro-écologie et l’économie circulaire, « ce genre de rencontre n’a rien d’illégale ». « Il m'arrive de participer à des rencontres avec des experts, des responsables économiques, associatifs cela ne m'engage pas à leur égard, j'exprime mes points de vue, mes contradictions sans compromission », poursuit le député.
 
« Comme d’habitude j’avais l’intention d’écouter l’entreprise puis de faire part de ma position lorsqu’elle nous aurait expliqué ce qu’elle commercialisait »

« Je fais partie des premiers signataires de la proposition de résolution du député Germinal Peiro et du sénateur Joël Labbé demandant un moratoire sur les pesticides de la famille des néonicotinoïdes », justifie le parlementaire. « J’ai également interpellé directement le Ministre de l’agriculture sur les dangers de l’exposition des agriculteurs au glyphosate, l’un des pesticides les plus cancérigènes ».

Serge Bardy pendant le repas avec Syngenta (extrait de l'émission Cash Investigation - France Télévisions)
Serge Bardy pendant le repas avec Syngenta (extrait de l'émission Cash Investigation - France Télévisions)
Si le député Bardy avoue ne pas avoir été assez prudent sur cette invitation, il affirme être resté sur sa faim. « Nous avons eu juste le temps de nous présenter avant l’intervention d’Elise Lucet. J’avais l’intention d’écouter l’entreprise puis de faire part de ma position après qu'elle nous ait expliqué ce qu’elle commercialisait. Ne pouvant pas sortir, j’ai continué mon repas, mais dès l’incident terminé, je m’en suis expliqué auprès des organisateurs et j’ai quitté la table », poursuit le député. Celui-ci affirme que, comme dans la fable, on ne l’y reprendrait plus.  « A l’avenir je serais plus prudent en demandant plus d’informations sur l’entreprise invitée ».
 
C'est de notoriété publique, les industriels de l’agro-chimie tout comme ceux du tabac, envoient des lobbyistes auprès des institutions européennes pour promouvoir leurs produits et influencer les décisions des parlementaires. Le Club de l’Europe qui propose régulièrement aux grandes entreprises de rencontrer des parlementaires et eurodéputés français, des membres de cabinets ministériels et des administrations centrales. D'ailleurs, le Club de l’Europe est géré par Euro Politic, un cabinet d’influence (lobbying en Anglais), dont la principale activité consiste à mettre en relation des entreprises et des élus qui pourraient peut-être être sensibles à leurs intérêts.
 
« Ai-je été influencé par Syngenta ? Manifestement non, bien au contraire », appuie Serge Bardy. « Le sujet publié sur France 2 renforce mes convictions en la matière et je continuerai à voter contre l’utilisation de pesticides ».
 
Selon Cash Investigation, le département de Maine-et-Loire serait l’un des départements français les plus consommateurs de pesticides, derrière la Loire-Atlantique. Le député Bardy aura donc fort à faire sur le terrain lors de ses prochaines sorties, certains administrés risquant sans doute de l’interpeller sur le sujet. Mais le député se veut confiant. « Même si je connaissais mal cette entreprise invitée, c'est mon rôle de confronter mes idées, d'argumenter pour contredire et pouvoir ainsi faire partager plus largement mes positions envers une agriculture respectueuse de notre environnement ».
 
Serge Bardy est membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire à l’Assemblée nationale.

Le repas organisé par le Club de l'Europe, auquel participait Serge Bardy avait pour thème : du champ à l'assiette : quels rapports les français entretiennent-ils à leur alimentation ?  Participaient à ce repas des réprésentants du Ministère de l'Agriculture, de l'INRA, des sociologues, des universitaires, des agriculteurs, des parlementaires et ... la société Syngenta.
 




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Lucie le 05/02/2016 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Je m'adresse à la rédaction. Avez-vous posé la question suivante : a-t-il oui ou non payé son repas ?

On est tous pour le débat et je trouve bien que nos députés se confrontent aux lobbyistes. Je suis convaincue du bien fondé de la démarche du député Bardy. Mais la règle du jeu devrait être : je ne suis en aucun redevable à l'un de ces groupes (pas de cadeaux, pas d'invitation et donc pas de repas payé). Les députés sont indemnisés pour exercer leur mandat. Dont acte.

2.Posté par Yannick Sourisseau le 05/02/2016 09:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Lucie,

Non il n'a pas payé son repas. Je peux vous l'affirmer, je lui ai posé la question. Le député Bardy n'était pas invité par l'entreprise comme certains pourraient le penser, mais par le CLUB DE L'EUROPE. Cette structure organise des rencontres entre les entreprises et les parlementaires. C'est cette structure qui invite les entreprises et les parlementaires et règle les repas. Bien sûr, en fonction des entreprises et des risques de s'afficher à leur coté, les parlementaires peuve...

3.Posté par bernard le 06/02/2016 14:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour
Votre réponse est très premier degré. L'entreprise qui organise le Club de l'Europe (Europolitic) a comme client les entreprises (comme Syngenta). Ce sont ces clients qui indirectement payent les repas des invités (notamment politiques).
Voir sur le site de l'entreprise Europolitic: www.europolitic.fr
"Lors de chaque événement, une entreprise adhérentese voit proposer de rencontrer des parlementaires français, des eurodéputés français,..."
"Ainsi, l’entreprise, qui peut se faire représen...

4.Posté par Yannick Sourisseau le 06/02/2016 23:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bernard,
Merci de votre contribution au débat. Europolitic, par l'intermédiaire de son club de l'Europe, favorise la mise en relation entre les lobbyistes et les politiques. C'est même son principal objectif. C'est ce que nous avions écrit dans notre sujet. Seule chose, est un incident momentané, ou est-ce voulu, (je vais les interroger à ce sujet), la page "Partenaires" fait l'objet d'un lien brisé.

5.Posté par Ivan le 09/02/2016 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et si j'invite un député pour lui faire part de mon point de vue, il accepte, il me répond...? Je crois que la réponse est dans la question. Même chose s'il s'agit d'une association. Franchement, vouloir faire croire que cette démarche est de la "prise d'information" relève de l'insulte à notre intelligence. Quant à se prétendre, quand on est député, favorable à l'agro écologie, et même être frondeur, sans savoir qui est Syngenta relève de l'incompétence. Cet évènement illustre à merveille to...















Angers Mag











Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30



cookieassistant.com