Alimentation bio, dans quelles conditions et à quel prix ?


Rédigé par - Angers, le 02/06/2013 - 08:00 / modifié le 03/06/2013 - 22:53


Invité de la Coopérative d'alimentation biologique d'Angers (Caba) samedi à Mûrs-Erigné, l'écrivain et journaliste Philippe Baqué est venu mettre en garde les consommateurs sur les dérives du marché du bio. Des dérives mises en lumière dans un livre-enquête dont il a dirigé la rédaction, "Le Bio, entre business et projet de société".



Alimentation bio, dans quelles conditions et à quel prix ?
Cahiers des charges allégés, pressions sur les prix et donc les paysans, productions à moindre coût social comme en Andalousie où par milliers, des ouvrières roumaines se retrouvent à travailler dans des serres sans fin... Aussi vertueux soit-il en apparence, le marché du bio n'échappe pas aux dérives qui ont touché avant lui l'agriculture conventionnelle.

Paradoxalement, ce phénomène est lié à sa crise de croissance, l'offre n'étant pas toujours en rendez-vous de la progression de la demande en France. Traversée par toutes ses interrogations, la Caba qui chapeaute les trois magasins Biocoop d'Angers, Mûrs-Erigné et Avrillé, a profité de son assemblée générale samedi, pour ouvrir le débat en public autour du journaliste Philippe Baqué.

Depuis quand constate-t-on ces "dérives du bio" ?

"C'est une logique qui s'est mise en place depuis une dizaine ou une quinzaine d'années à partir du moment ou la grande distribution, les coopératives agricoles et l'industrie agroalimentaire se sont rendues compte que le bio pouvait être un marché à profit. Elles ont mis en place une logique qui continue de prendre de l'ampleur."

Comment peut-on la résumer en deux mots ?

"On est dans une agriculture de marché où les agriculteurs ne sont plus des paysans mais ils sont intégrés dans un système économique où ils perdent peu à peu leur autonomie. D'ailleurs la réglementation européenne n'est plus décidée par des paysans mais par des politiques et des techniciens, alors qu'avant les producteurs en étaient les principaux acteurs."

La France est-elle plus ou moins exposée ?

"Sans doute, un peu plus. Car la demande y progresse de manière assez forte et, paradoxalement, l'offre a du mal à se développer parce qu'il n'y a pas d'aides et de politique publique suffisamment courageuse pour cela. De fait, c'est un climat plus favorable à un bio industriel qu'à une production bio paysanne. Mais les enjeux sont les mêmes que dans d'autres pays."

Quel est l'intérêt pour vous d'intervenir auprès des consommateurs aujourd'hui ? Informer et faire réagir ?

"Je suis journaliste et citoyen. Le but, avec ce livre, c'était d'ouvrir des portes, de poser des questions et de susciter des débats. Sur ce plan, ça été plutôt une réussite car il s'est vendu à près de 6 000 exemplaires et j'ai fait plus d'une centaine de conférences depuis sa parution. Avec, à chaque fois, des débats très riches. J'ai appris beaucoup en l'écrivant, au contact de paysans, de citoyens que ce soit en France ou ailleurs. Et je continue à apprendre dans ces rencontres mais ça dépasse la question du bio, il s'agit de la société dans laquelle on veut vivre."

Où situez-vous l'enjeu pour les citoyens ?

"C'est d'être acteur de leur vie tout simplement. Si on ne fait rien par exemple au niveau des semences, une poignée de multinationales auront entre leurs mains le sort de l'humanité, puisque c'est eux qui décideront des semences nécessaires à une agriculture totalement transgénique. Et c'est malheureusement ce qui se passe de plus en plus, avec une alimentation soumise aux lobbys financiers, qui échappe aux citoyens et s'industrialise un peu plus chaque année. Le but, c'est que tout le monde se réapproprie son alimentation. Car s'interroger sur son alimentation, c'est se poser forcément de bonnes questions au niveau agricole, social, politique et environnemental."

"La Bio, entre business et projet de société", éditions Agone, 22€





Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00



cookieassistant.com