Angers : Roselyne Bachelot faite Chevalière de la Légion d’Honneur


Rédigé par - Angers, le 24/11/2013 - 07:49 / modifié le 24/11/2013 - 12:01


C’est l’ancien Premier ministre François Fillon qui a remis ce samedi à la collégiale Saint-Martin à Angers, la croix de Chevalier de la Légion d’honneur à l’ex-ministre de l’Environnement, des Sports, puis de la Santé, Roselyne Bachelot-Narquin, en présence de quelques personnalités, amis et membre de sa famille politique.



Roselyne Bachelot-Narquin recevant la distinction des mains de François Fillon
Roselyne Bachelot-Narquin recevant la distinction des mains de François Fillon
la rédaction vous conseille
Même si elle a tourné la page de sa vie politique en devenant chroniqueuse de télévision, la sémillante Roselyne Bachelot-Narquin, n’a rien perdu de sa verve et de son franc parler. Un défaut ou une qualité, c’est selon, que n’a pas manqué de lui rappeler son compagnon de route à l’UMP, ancien Premier ministre et voisin sarthois : François Fillon, avant de lui remettre la précieuse décoration.

Roselyne Bachelot qu'il appelait « Bianca Castafiore » lorsqu’elle était ministre « c’est un mélange de rigueur et d’audace, de tourment et de rire, de guerre et de charme », a déclaré ce matin François Fillon lors de son allocution. Et d’ajouter : « c’est un privilège que j’ai eu pendant près de 30 ans de compagnonnage politique ».

L’ancien Premier ministre a salué « la femme de conviction qui croit que l’on sert mieux avec franchise et chaleur qu’avec scrupule et discrétion ». Rappelant son attachement à la ville qui l’a vu naitre et grandir et son engagement politique initié très jeune par son père Jean Narquin, conseiller municipal d’Angers et député, François Fillon, n’a pas manqué de souligner « sa maitrise exceptionnelle de l’humour carabin », hérité du milieu médical dans lequel elle a évolué. « Ce sera l’une de tes armes singulières en politique, capable de réduire au silence les tempéraments les plus solides et de dérider les esprits les plus chagrins ».

« Exprimer ma reconnaissance et ma fierté d’avoir servi la France »

Après avoir passé en revue sa carrière politique locale, régionale et nationale, laquelle a « révèlé une suffragette en talons aiguilles qui bouscule les codes politiques et prend à bras le corps les causes du féminisme, parfois à contre-courant de ton propre parti ».

Décrivant « une femme qui cachait sa sensibilité sous les provocations », son compagnon de route a avoué qu’il ne l’avait pas toujours suivie, ajoutant même « je ne te suis toujours pas, même si tes attitudes offraient à notre famille politique la sensibilité et l’originalité qui lui faisait souvent défaut ».

« Jusqu'à aujourd’hui tu soulèves avec courage des questions tabou, tu réclames le droit de te prononcer sur des sujets qui ne sont ni de droite ni de gauche et tu t’insurges contre ceux qui veulent t’étouffer. Tu défends des sujets sérieux en tailleur fuchsia ou avec des sabots en plastique rose », poursuit Fillon provoquant quelques rires dans l’assemblée. « Contrairement à l’image que l’on en a, Roselyne est une politique professionnelle qui peut se révéler implacable dans l’adversité ».

Tout en restant citoyenne engagée, Roselyne Bachelot a tourné le dos à la vie politique en « démontrant qu’il y a une autre vie après », concluait François Fillon. « Convaincue comme Baudelaire que la femme est faite pour subjuguer les cœurs et frapper les esprits, tu rafles maintenant le prix de la meilleure reconversion ».

« C’est une démocrate qui sait respecter ses opposants »

« Les décorations c’est comme les obus, on ne sait jamais où elles tombent », s’est amusée l’intéressée. « Je veux exprimer ma reconnaissance et ma fierté d’avoir servi la France sous ton magistère juste et exigeant » a-t-elle répondu à François Fillon. S’adressant aux personnes présentes, Roselyne Bachelot a affirmé « qu’elles n’étaient pas ici pour une réception mondaine, mais parce qu’à un moment ou un autre, vous avez été à mes côtés pour servir nos concitoyens ».

Parmi ses invités, amis, élus locaux dont Christophe Béchu, gestionnaire des lieux, Michel Bouyer, syndicaliste, qui voue un certain attachement au personnage. « Je l’ai rencontrée deux fois dans l’affaire Thomson, la première fois nous étions en opposition et la seconde elle nous a beaucoup aidé. C’est un personnage atypique, une démocrate qui sait respecter ses opposants, sincère, qui va jusque bout de ses actes. Si le site d’Angers (Thomson) a pu vivre quelques années de plus, c'est en partie grâce à elle ».

Roselyne Bachelot, qui habitait rue Saint-Aubin non loin de la collégiale Saint-Martin où François Fillon lui a remis sa croix de chevalière de la Légion d’honneur, s’est montrée émue de revenir en ces lieux. « C’est ici que nous faisions nos répétitions avec la chorale de l’enseignement libre. C’est mon enfance et mon parcours politique puisque ce bâtiment appartient au Conseil général, souvenir de mon premier mandat ».

Et à propos de son franc-parler, elle s’est étonnée qu’on lui reconnaisse ce mérite. « Ça veut dire que les autres mentent donc tellement. Je sais qu’en politique il faut des compromis, mais j’ai toujours dit que je n’abandonnais pas mes convictions. Je me considère loyale et franche ».




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Medef le 24/11/2013 00:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C.Béchu, il est Fillon ou Copé ?

2.Posté par crazymad le 25/11/2013 08:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A propos de la Légion d'honneur, cette phrase de l'Empereur Napoléon sur sa création : "..c'est avec des hochets qu'on mène les hommes !».

3.Posté par IVC le 25/11/2013 09:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les femmes aussi, faut croire. Ce qui conduit, de plus, à complètement dévaloriser le hochet en question. Aujourd'hui, il vaut mieux, aux yeux de ces gens, être chroniqueur à la télé que pompier...








Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com