Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom
   





Angers-SCO ramène un point au goût bizarre de Dijon (0-0)


Rédigé par - Le Samedi 6 Octobre 2012 à 17:00


Alors, heureux ? Difficile de dire si Angers-SCO a pris un bon ou un mauvais point dans cette partie que les Bourguignons, très ( trop) agressifs ont terminé à 9 contre 11 Angevins.



Hénin, fidèle au poste pour un troisième match sans encaisser de but. (photo d'archive)
Hénin, fidèle au poste pour un troisième match sans encaisser de but. (photo d'archive)
Par le passé, Angers-SCO aurait probablement perdu ce match, mais à Dijon, il n'est pas tombé. Même si cette rencontre faisait partie des chocs auxquels le club angevin doit s'attendre, compte tenu de son désormais statut d’outsider. Les Angevins reprennent, jusqu'au match de Monaco, le leadership du championnat, mais l'Anjou s'habitue au luxe.

Il est vrai qu'on a connu des Angevins plus inspirés, plus en jambes, plus en tout. Mais, les Angevins qui n'ont pas joué à leur niveau, comme le reconnaît Stéphane MOULIN, ont ramené un point. C'est bien le signe des grosses équipes de ne pas perdre, les matchs où l'on est dans l'impossibilité de gagner.

En première période, les Angevins ont été dominés. Toutefois, Grégory MALICKI n'a pas eu à sortir l'arrêt du siècle loin s'en faut. Après une reprise de Caceres au-dessus (2'), il aura fallut attendre la 14ème minute pour voir Malicki capter sereinement une frappe contrée de Mollet.

Angers-SCO se créait, à son tour quelques opportunités, mais Fodé DORE trouvait Reynet (20') ou les nuages (29').

Quelques situations chaudes plus tard, dans la défense Angevine, les deux équipes regagnaient les vestiaires, avec un Stéphane MOULIN mécontent du peu de jeu développé par son club.

La seconde mi-temps à peine reprise et Dijon, plus agressif, parfois trop, se retrouvait en infériorité numérique, suite à un attentat, au centre du terrain de Rémy sur Ravet (54'). Le rythme tombait entre des deux équipes hésitantes sur la stratégie à adopter.

Angers-SCO jouait plus haut mais craignait les contres. Gomez, touché, et El Jadeyaoui, peu inspiré, cédaient leur place. Il fallait la seconde expulsion Bourguignonne pour réveiller le match. La faute à Cissé qui descendait Doré, lancé vers le but.

Angers-SCO prenait alors timidement les commandes du match face à des Dijonnais solidaires et déterminés à préserver le nul. Mais, jamais, à 11 contre 9, par exemple, les latéraux n'ont créé le surnombre ou aidé un milieu qui peinait à tenir le ballon.

Keserü trouvait le poteau, sur coup-franc, d'un Reynet figé (74'), avant de se heurter au portier local, sur une tête à bout portant du Roumain (90'). Reynet avait sauvé le point du nul, Keserü ne cadrant pas sa dernière frappe (92').

Un bon point au vu de la forme angevine du jour.




Correspondant Sport pour Angers Mag - Suit plus particulièrement l'UFAB et parfois le SCO En savoir plus sur cet auteur