Angers Télé affiche sa bonne santé


Rédigé par - Angers, le 23/10/2013 - 17:41 / modifié le 24/10/2013 - 08:49


Rien de vraiment nouveau sur l’écran de la télévision angevine. 8 mois après son lancement Angers Télé a ressenti le besoin de communiquer afin de tordre le cou à la rumeur persistance qui, période électorale oblige, colporterait des fausses informations sur la santé de la chaine. Seule incertitude, l’audience qui ne sera connue que l’année prochaine.



" Le JT de 19h et le sport, géré par Thiérry Lardeux (photo), seraient les émissions les plus suivies ", selon ses dirigeants
" Le JT de 19h et le sport, géré par Thiérry Lardeux (photo), seraient les émissions les plus suivies ", selon ses dirigeants
la rédaction vous conseille
Non, ce n’est pas télévision de monsieur le maire et je ne suis pas le rédacteur en chef », insiste Jean Claude Bachelot, président de la SEM qui gère la chaîne et par ailleurs adjoint au maire d’Angers.

La preuve est apportée par le directeur en personne, Olivier Hamon, dans un clip de présentation des émissions dans lequel on aperçoit par ordre d’apparition à l’écran : Christophe Béchu, Jean Luc Rotureau et curieusement… pas Frédéric Béatse. Volontaire ? « Non c’est un oubli, nous voulons tellement montrer que nous répartissons l’antenne équitablement que nous n’avions pas vu qu’il n’y était pas » précise le directeur en s’empressant de demander à ses techniciens de le rajouter.

« Le CSA ne nous a pas encore donné ses directives concernant la campagne électorale, mais depuis le début nous comptabilisons les passages à l’antenne de chaque politique, même si ce n’est pas obligatoire », ajoute le directeur, qui met un point d’honneur à démontrer que ce n’est pas exclusivement la télévision du maire et du président de l’agglomération, même si les deux structures sont majoritaires au capital de la SEM Angers Loire Télévision.

Sur le plan financier, la télévision locale va plutôt bien. Avec un budget de 800 K€, exclusivement soutenu par la Ville, l'agglo, les clubs sportifs professionnels et quelques entreprises, les dirigeants se montrent sereins. « Nous tiendrons le cap des 50 000 euros de déficit prévus au budget. D’autant que nous avons eu quelques bonnes surprises sur certains contrats».

La télévision qui quadrille le terrain s’appuie sur les grands événements où elle est plutôt bien accueillie par les organisateurs, les matchs de sports, en différé quand les droits sont acquis par les grandes chaines, ou en direct dans le cas contraire.

« Nous jouons également la carte de la mutualisation avec les autres télévisions de la région et du département. TLC (Télé Locale du Choletais) va nous envoyer les matchs de Cholet Basket. Nous allons leur envoyer ceux d’Angers SCO », poursuit Olivier Hamon, lequel veut également s’appuyer sur les quartiers d’Angers et les villages périphériques, en donnant la parole aux habitants dans le cadre d’une émission intitulée « Bienvenue chez vous ». Municipales obligent, ces émissions se feront sans les élus.

Les débats pour les municipales devraient doper l’audience

Comme beaucoup de médias, les recettes publicitaires ne sont pas au beau fixe, surtout en période de crise économique. « Notre budget publicitaire était de 100 K€, pour la première année », précise le directeur. « Nous avons atteint 60% de notre objectif publicitaire ».

Pour la chaine qui emploie 8 salariés, l’incertitude financière due à la publicité est faible, d’autant que ce budget publicitaire intègre des émissions sponsorisées par la CCI et la Chambre des Métiers.

Même si le budget publicitaire est peu important au regard du budget total, difficile de trouver des annonceurs quand on ne connaît pas le nombre de téléspectateurs. « Nous avons lancé une étude Médiamétrie sur 4 mois, nous aurons les résultats que l’année prochaine (NRLR : après les élections). La seule chose que nous pouvons mesurer ce sont les activités sur les réseaux sociaux et les retransmissions sur internet ». 7 000 visites en une journée pour le final du Prostars basket, en septembre dernier, et 30 000 pour les matchs de demi-finale du Hockey sur glace.

« Avec la TNT et les box (Numéricable et Orange), nous avons un potentiel de 400 000 téléspectateurs. Nous savons que tout le monde ne nous regarde pas, mais nous en entendons parler. C’est rassurant ».

Pour les municipales la chaine prévoit d’organiser trois débats publics en collaboration avec les collègues de la presse écrite et radios, pour Angers, et quatre autres dans des communes périphériques. « Çà devrait doper notre audience ». Mais aussi les statistiques Médiamétrie…




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Jean-François le 23/10/2013 22:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le budget d'Angers-Télé étant presque entièrement équilibré par ce que lui verse le contribuable (de la ville et de l'agglo), il n'y avait guère de suspens de ce côté. La question qui demeure est précisément de savoir si ces 740 000 € d'argent public sont utilement dépensés. Voilà pourquoi il est très regrettable - et le mot est faible - qu'on ne puisse même pas savoir avant les élections combien de téléspectateurs regardent cette chaine !















Angers Mag