Angers : le geste solidaire de la Maison Bécam


Rédigé par - Angers, le 19/03/2014 - 07:31 / modifié le 19/03/2014 - 19:10


Alors qu’il constitue la base de notre alimentation, le pain non consommé termine sa vie dans une poubelle. Sensible au gaspillage alimentaire un boulanger angevin, Nicolas Bécam, propose, en collaboration avec le CCAS d’Angers, de distribuer gratuitement ses invendus à des associations d’entraide afin qu’elles puissent en faire profiter les plus démunis. D’autres boulangers pourraient lui emboiter le pas.



Jacques Drolon et Nicolas Bécam lors de la signature de la convention de partenariat entre le boulanger, le CCAS et les associations
Jacques Drolon et Nicolas Bécam lors de la signature de la convention de partenariat entre le boulanger, le CCAS et les associations
Dans mes 6 boutiques d’Angers, nous ne vendons que du pain frais. Chaque jour nous sommes contraints de mettre une centaine de pains et autant de viennoiserie à la poubelle. C’est malheureux », explique le boulanger angevin, Nicolas Bécam de l’enseigne Maison Bécam. « Le pain est un des rares produits de consommation qui se conserve plusieurs jours, sans pour autant nécessiter une chaine de froid ».

D’où l’idée du boulanger de redistribuer gratuitement ses invendus à des personnes qui ont des difficultés à se nourrir. Oui, mais à qui et comment ? « J’ai eu l’occasion de rencontrer Rose-Marie Veron (adjointe en charge de la solidarité à la mairie d’Angers : NDLR). Elle m’a mis en relation avec le CCAS lequel a établi un lien avec deux structures qui distribuent des repas et qui pouvaient être intéressées : les Restos du Cœur et Aide et Accueil », poursuit le boulanger. « Nous avons étudié la logistique à mettre en place pour récupérer ces invendus et ensuite nous avons établi un partenariat entre les différentes stuctures. Mes pains et viennoiseries ont désormais trouvé preneur ».

Pour Nicolas Bécam qui a implanté ses boulangeries dans les lieux les plus commerçants de la ville et sa périphérie, il ne s’agit pas d’une opération de marketing, mais, comme il le revendique haut et fort, « d’une démarche citoyenne qui met en valeur notre travail. Tout le monde doit s’intéresser au gaspillage et j’espère que cela donnera des idées à des collègues, mais aussi à d’autres entreprises alimentaires qui doivent être confrontées à la même problématique ».

" Une action qui permet d’éduquer à la notion de gaspillage "

Chaque association a mis en place, avec ses bénévoles, son propre système de ramassage afin que les pains soient acheminés vers les lieux de service des repas et dans le « Restobus » pour les Restos du Cœur. Nicolas Bécam étudie même la possibilité de céder aux associations un véhicule amorti par sa société.

« Un pain se conserve deux à trois jours maximum et il est toujours possible de le faire griller », poursuit le boulanger. « En plus nous faisons des pains spéciaux. Cela permet à des populations peu habituées à nos pains de découvrir de nouvelles saveurs ».

Pour Jacques Drolon, président de l’association « Aide et Accueil », structure qui accueille depuis 1985 des personnes isolées ou des familles dans des logements disséminés dans la ville, mais aussi qui sert des repas le matin et le midi en ses locaux de la rue de Crimée, cette action « permet d’éduquer à la notion de gaspillage et à une meilleure alimentation. Les gens que nous servons s’alimentent mal quand ils sont abandonnés à eux-mêmes ». Elle permet aussi à l’association de réduire ses achats et de varier ses repas. « C’est un bon complément de notre action ».

« Aide et Accueil » outre les repas qu’elle sert « aux personnes qui se présentent », accueille une trentaine de personnes en hébergement d’insertion et une quarantaine en accueil d’urgence, « pour des personnes en situation régulière », précise le président. Elle dispose également d’une centaine d’appartements principalement gérés par des bailleurs sociaux. Elle gère également une maison relais, sans limitation de durée, de 15 studios à Avrillé. « Nous accueillons surtout une population difficile qui a besoin de se reconstruire », poursuit Jacques Drolon. L’association propose des ateliers de cuisine, d’informatique, d’écriture, afin de préparer à l’insertion.

L’association qui recherche des bénévoles fonctionne avec une trentaine de bénévoles auxquels s’ajoutent 21 salariés dont 15 sont des travailleurs sociaux.

Pour aider l’association et se proposer comme bénévole :
Aide et Accueil
3 rue de Crimée
49100 ANGERS
Tél. 02 41 25 35 60
Courriel : direction@aide-accueil.fr



Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01


cookieassistant.com