Anjou Ailes Rétro : de merveilleux fous volants et un A380


Rédigé par - Angers, le 27/08/2011 - 21:35 / modifié le 29/08/2011 - 08:11


Malgré une météo incertaine le premier jour d’Anjou Ailes Rétro sur l’aéroport d’Angers à tenu toutes ses promesses en matière de spectacle. Du plus vieux au plus récent tout ce qui vole ou presque était présent à ce grand meeting aérien qui continue demain dimanche, des avions de légende au plus récent : l’Airbus A380.



La patrouille Cartouche Doré en formation
La patrouille Cartouche Doré en formation
la rédaction vous conseille
Ils l’avaient déjà vu l’an dernier, mais ils voulaient le revoir une fois encore. L’A380, le mastodonte volant, dernier né la gamme Airbus, en partie conçu non loin d’Angers, à Saint Nazaire, a effectué ce samedi quelques passages au dessus des spectateurs enthousiastes du 10ème meeting aérien Anjou Ailes Rétro.

« Il est tellement beau qu’on ne s’en lasse pas », disait un couple d’Angevins venus tout spécialement pour l’admirer. « Nous l’avions déjà vu l’an dernier, mais quand nous avons su qu’il allait de nouveau effectuer quelques passages, nous n’avons pas hésité un seul instant. Notre plus grand plaisir maintenant c’est de pouvoir voler à son bord ». En attendant d’embarquer ils ont pris quelques clichés souvenir.

Mais Anjou Ailes Rétro qui continue ce dimanche, n’est pas un salon des avions dernière génération. La plupart des modèles exposés ou effectuant des figures dans les cieux sont des engins plutôt anciens, datant pour la plupart des années 30, certains s’étant illustrés lors de conflits. C’est le cas des Piper J3 de reconnaissance utilisés par l’armée américaine pendant la dernière guerre ou des « Flamants » imaginés par l’ingénieur aéronautique Dassault alors qu’il était en camp de concentration et qui ont servi par la suite en Indochine ou en Algérie, mais aussi pour des missions civiles.

Plus de 80 avions appartenant à des pilotes particuliers ou restaurés par le GPPA (groupement de préservation du patrimoine aéronautique angevin), maintenus en état de vol, ont effectués des figures et des numéros de voltige impressionnants aux coté du trio de la patrouille Cartouche Doré de la base militaire de Cognac ou des avions de chasse de la base de Tours. Au sol, comme l’an dernier c’est le C-160 Transall Anjou, basé à Evreux qui a attiré de nombreux visiteurs, curieux de monter dans le ventre de l’engin et de s’asseoir aux commandes.

Jack, la légende vivante du Fouga

Jack Krine, le fondu du Fouga Magister, aux commande de son avion
Jack Krine, le fondu du Fouga Magister, aux commande de son avion
Originaire de Corné, non loin d’Angers, 67 ans, 20 000 heures de vol, trois crashes réussis et les mêmes réflexes qu’à 20 ans, l’âge des pilotes de chasseurs de la base de Tours, Jack KRINE, est un fondu du Fouga Magister CM 170, un avion dont il est tombé amoureux lorsqu’il était pilote dans l’armée de l’air et leader de la célèbre patrouille de France. « C’est un avion fabuleux, sans l’électronique des avions d’aujourd’hui. Il se pilote comme une hirondelle. Il permet de vraies sensations de pilotage. En plus c’est une belle mécanique, comme une Ferrari », commente Jack, heureux propriétaire de la mythique voiture en plus d’une AC Cobra, autre engin de légende.

Ancien commandant de bord sur Airbus mais aussi d’Hercules C130 pour des missions militaires au dessus du Kosovo, l’homme ne passe pas inaperçu sur le tarmac. Longues moustaches, combinaison rouge et santiags, cet original de l’air, prend toujours autant de plaisir à tutoyer les nuages, même s’il est aujourd’hui à la retraite.

« J’espère mourir après avoir fait un bon vol, pas en me crashant car ce serait un échec, mais au sol », poursuit ce fou volant amoureux d’une danseuse : le Fouga, avion de légende pour de nombreux pilotes. « Pour l’instant je fais l’amour avec l’espace, je prends mon pied au commande de cet avion, c’est un plaisir physique, un peu comme un orgasme, une drogue dure », conclut le pilote avant de s’envoler pour une démonstration époustouflante devant un public aux anges.

Meeting Anjou Ailes Rétro
Samedi 27 et dimanche 28 août de 10 h à 19 h
Angers Loire Aéroport - Marcé
Tarif entrée : 8 € - Tarif réduit 4 € (enfants, étudiants, personnes en situation de handicap), gratuit pour les moins de 10 ans.
Renseignements au 02.41.33.04.10 - info@musee-aviation-angers.fr ou sur le site web du Musée de l’Air





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Clode le 28/08/2011 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
[L’A380, le mastodonte volant, dernier né la gamme Airbus, en partie conçu non loin d’Angers, à Saint Nazaire, ]
Tous les Airbus naissent à Nantes.

2.Posté par Yannick Sourisseau le 29/08/2011 08:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vrai, il ne faut pas oublier le site de Nantes.Toutefois, selon Airbus, le site de Saint Nazaire - Gron est le second pôle après Toulouse, spécialisé dans l’assemblage, l’équipement et les essais des fuselages avant et centraux des Airbus, dont ceux de l'A380. Le site de production de Nantes fabrique le tronçon central de l'A380. Ce n'est donc pas faux de dire que les Airbus naissent à Nantes.
Merci de votre collaboration

3.Posté par Gerard Toussaint le 29/08/2011 08:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Facebook
Merci pour les photos du Morane Paris piloté par mon fils Georges Toussaint.

Amitiés à Tous.















Angers Mag