Benoît Hamon : « Nous avons été élus pour réduire les inégalités »


Rédigé par - Angers, le 09/12/2014 - 09:40 / modifié le 31/01/2015 - 11:01


De passage à Angers lundi soir, à l’invitation du député Serge Bardy, l’ex-ministre de l’Éducation nationale et député des Yvelines, Benoît Hamon et le député d’Indre et Loire, Laurent Baumel, ont réaffirmé leur soutien au Parti socialiste, mais pas à la politique néo-libérale conduite par Manuel Valls et de son ministre de l’Economie. L’histoire du PS, à les entendre, ressemble de plus en plus à celle du Titanic.



Benoît Hamon, Serge Bardy et Laurent Baumel, lundi soir à Angers
Benoît Hamon, Serge Bardy et Laurent Baumel, lundi soir à Angers
la rédaction vous conseille
Examiné le 10 décembre en Conseil des ministres, le projet de loi pour la croissance et l'activité dite « loi Macron », du nom du ministre de l’Economie qui la présente, divise au sein même du Parti socialiste et pourrait même le faire imploser. Pour l’heure des parlementaires qui craignent d’y perdre leur âme voteront contre lorsqu’elle sera présentée devant l’Assemblée Nationale, considérant qu’elle est contraire aux valeurs sur lesquelles s’est construit leur parti.   

« Nous sommes face à un gouvernement à la solde du Medef qui se fixe pour objectif de diminuer les charges des entreprises, alors que nous avions voté pour une diminution des impôts pour les salariés. C’est contraire à nos idées et ça rend le discours complètement inaudible auprès de nos électeurs  », affirmaient hier soir les députés Benoit Hamon et Laurent Baumel, invités par le député de Maine-et-Loire Serge Bardy.
 
Résultat personne n’est content ; et les chefs d’entreprises sont dans la rue. « C’est le monde à l’envers » pour des députés bien décidés à infléchir les décisions d’un Président de la République et d’un gouvernement qui n’a qu’une idée en tête « réduire la dette de la France pour satisfaire l’Allemagne et l’Union européenne ».  
 
« François Hollande s’est engagé dans un pari avec le Medef , qui ne marche pas, car ce dernier en demande toujours plus. Mais il est dans une logique de l’honneur et ne changera pas de cap ». Seule solution pour ces députés opposés aux pratiques libérales du Premier ministre et de son ministre des Finances : faire capoter la loi Macron « en votant contre ».  Pour eux c’est une question de survie et un moyen de sauver le quinquennat pendant qu’il en est encore temps.
 
D’autant que « le courant politique de Manuel Valls qui prône l’économie avant les valeurs sociales ne représente que 5% des socialistes », selon les députés réunis désormais en un collectif d’élus et de citoyens : « Vive la Gauche – Agir pour transformer la France ». En plus de voter contre cette loi, « contraire aux fondements mêmes de la gauche », ils comptent bien peser de tout leur poids lors du prochain congrès du PS en juin 2015.
 
« Je suis convaincu que le FN sera au second tour des présidentielles, peut-être même au pouvoir… », Benoit Hamon

« Nous savons que nos choix politiques n’ont pas eu de résultats au début, mais c’est pareil pour tous les partis dès qu’ils arrivent au pouvoir », soulignent les parlementaires, « mais ce n’est pas pour cela qu’il faut se résigner. Nous avons été élus pour réduire les inégalités pas pour faire un cadeau aux entreprises. Nous devons défendre cette idée car nos électeurs n’ont plus confiance ».
 
Pour Benoît Hamon le recul social du PS, dont il ne sent pas responsable, divise le parti et fait le jeu du Front National. « Je suis convaincu qu’ils seront au second tour des présidentielles de 2017 et peut-être même au pouvoir. Cela ne veut pas dire qu’il faut se laisser abattre. Nous nous sommes engagés dans une démarche militante pour redonner du sens à nos valeurs et retrouver de la confiance avant qu’il ne soit trop tard ».
 
Pas résignés, mais inquiets de la catastrophe qui s’annonce pour les prochaines échéances électorales et notamment pour les cantonales et les régionales. Pas question pour autant de faire alliance avec les autres partis de gauche, pas pour l’instant. « Nous n’avons pas décidé de quitter le PS. Il faut tout faire pour que l’attelage fonctionne, d’autant qu’entre deux politiques l’ordonnance est souvent la même, c’est seulement le dosage qui varie », concluait le député Hamon avant de rejoindre les Angevins qui se retrouvent dans leurs idées, à Beaucouzé.
 
Benoît Hamon et Laurent Baumel sont arrivés grippés à Angers, malades, à l’image d’un PS qui aurait bien besoin d’une bonne cure de vitamines pour passer l’hiver.  

 




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51



cookieassistant.com