Campus de Belle-Beille : un tram d'avance...


Rédigé par - Angers, le 10/10/2016 - 08:00 / modifié le 11/10/2016 - 18:43


La mise en service de la 2e ligne de tram et le projet de renouvellement urbain sur Belle-Beille impacteront de fait le campus universitaire. Un campus qui se prépare activement à ces bouleversements.



La Passerelle, dont la surface va quasiment doubler, sera la porte d'entrée de l'Université lorsque la ligne B du tram rejoindra le campus de Belle-Beille.
La Passerelle, dont la surface va quasiment doubler, sera la porte d'entrée de l'Université lorsque la ligne B du tram rejoindra le campus de Belle-Beille.
la rédaction vous conseille
Ce lundi soir, les conseillers communautaires adopteront sans guère de doute six délibérations liées aux financements d’opérations relevant du Contrat de Plan Etat Région (CPER 2015-2020), et qui concernent l’Université d’Angers.
 
Rien de révolutionnaire là-dedans : au mois de mai 2015, ces mêmes conseillers avaient déjà validé la participation de la collectivité, à hauteur de 16 M€ (sur les 66 M€ investis conjointement par l’Agglo, la Région des Pays de la Loire, l’Etat et quelques autres financeurs dans le cadre du CPER 2015-2020) en la matière.
 
Mais si l’on regarde un peu plus dans le détail, la localisation de plusieurs de ces opérations et la fait que la maîtrise d’ouvrage y soit portée par l’Université d’Angers (UA) traduisent « une réelle ambition politique sur le campus de Belle-Beille », relève Stéphane Amiard, le vice-président numérique et patrimoine de l’UA.

Une ambition intimement liée à la question plus large de l’aménagement du territoire. Entre l’arrivée de la deuxième ligne de tram –dont l’un des terminus se trouve sur le campus- en 2022 et le projet de renouvellement urbain (PRU) du quartier de Belle-Beille, d’importants bouleversements sont à venir, auxquels l’Université ne peut être insensible.
« Les flux d’étudiants vont changer avec l’arrivée du tram, qui se fera devant La Passerelle, rue Lakanal. Il va nous falloir modéliser un nouveau portail d’entrée sur cette zone, c’est la raison pour laquelle nous avons recruté, depuis le 1er septembre, une chargée de mission urbanisme », explique Stéphane Amiard.
"Le Projet de renouvellement urbain en cours à Belle-Beille va profondément modifier les déplacements, la mobilité, l’habitat sur cette zone. Il faut que nous ayons la même démarche sur notre propre patrimoine, pour mettre tout cela en cohérence"

L’un des projets de construction financé par le CPER concerne ainsi l’extension de l’actuel bâtiment de La Passerelle. La surface sera quasiment doublée, avec l’intention d’en faire « un bâtiment totem » de l’entrée du campus. Il accueillera, en plus des services d’orientation, du guichet unique international ou des expositions qui s’y posent déjà, le Service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé (SUMPPS), ainsi que l’association de culture scientifique Terre des Sciences.

Stéphane Amiard, vice-président de l'université en charge du numérique et du patrimoine.
Stéphane Amiard, vice-président de l'université en charge du numérique et du patrimoine.
« Il nous faut multiplier les capillarités avec la cité », insiste Stéphane Amiard. La modification de la porte d’entrée de la bibliothèque universitaire, du côté de La Passerelle, va en ce sens. « Nous voulons redesigner ce que j’appelle la porte sud du campus, car il paraît évident que le Projet de renouvellement urbain en cours à Belle-Beille va profondément modifier les déplacements, la mobilité, l’habitat sur cette zone. Il faut que nous ayons la même démarche sur notre propre patrimoine, pour mettre tout cela en cohérence. »

Un courrier officiel est donc parti de la présidence de l’Université, ces derniers mois, en direction de la mairie d’Angers, pour que l’Université soit largement associée à la réflexion sur le PRU. Une démarche participative que l’on retrouve également sur un autre projet porté par l’Université d’Angers, dans le même périmètre que La Passerelle. Un datacenter (ou centre de données…) sera opérationnel en 2018. Née de la relation de confiance établie entre les établissements d’enseignement supérieur du territoire -notamment via le réseau Or-Angers - cette « grosse boîte » de 100 à 150 m2 abritera un centre de données informatiques (calcul, stockage de données…) pour l’heure inexistant sur Angers. « Chacun avait une petite salle blanche énergivore, il n’y aura plus qu’un équipement informatique sur le site de Belle-Beille », se félicite Stéphane Amiard.
 
Présenté dans le cadre d’Angers French Tech, le datacenter a été présenté aux équipes du Conseil départemental et de l’agglo… qui sont devenus clients du projet, comme d’autres partenaires publics. Bref, l’initiative est un succès, à tel point que le bâtiment imaginé n’est potentiellement plus assez grand. Une étude de faisabilité a été lancée sous la forme initiale à 1M€ (500 000 € pour la Région, la même somme pour l’agglo, dans le cadre du CPER), mais également sur « un scénario où l’on pourrait accueillir plus de monde », conclut Stéphane Amiard.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par gaignard le 10/10/2016 20:50 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, Terre des Sciences s''installera avec l''UA sur le site de Passerelle qui va grandir... avec l''accueil des classes et exposer des innovations qui naissent en Anjou

Nouveau commentaire :

Vous pouvez réagir et commenter cet article. Toutefois, si l’éditeur vous donne la possibilité de faire part de votre opinion, votre commentaire ne doit pas contenir des propos haineux, diffamatoires ou des injures caractérisées, inciter aux crimes et aux délits punis par la législation française, contester les crimes contre l’humanité, être offensant envers les chefs d’État, de gouvernement et diplomates étrangers , faire état de fausses nouvelles ou faire l’objet de discrimination raciale ou sexiste.

Au sens de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) la société Ouest eMedia presse éditeur de ce site web est responsable des contenus qu’elle publie, mais aussi des commentaires des internautes s’exprimant sur le sujet. Si la publication est laissée libre, un commentaire dont le contenu est en opposition avec les textes de loi, ou faisant l'objet d'une poursuite, peut à tout moment être modéré par le Directeur de publication.

Dans tous les cas, restez polis et courtois, les lecteurs vous en sauront gré.

Le Comité de Rédaction d'Angers Mag Info










Angers Mag















Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46


cookieassistant.com