Chambres consulaires : le rapprochement jusqu'où ?


Rédigé par - Angers, le 20/01/2015 - 15:49 / modifié le 20/01/2015 - 23:06


Agriculture, commerce et industrie, métiers... comme chaque année depuis trois ans, les trois chambres consulaires de Maine-et-Loire ont présenté leurs voeux ensemble lundi soir. Une manière symbolique d'incarner le dialogue et les collaborations qu'elles conduisent durant l'année. En attendant de se rapprocher un peu plus encore. Le point avec Eric Groud, président de la CCI de Maine-et-Loire.



De gauche à droite : Gérard Aubry (président de la Chambre des métiers), Eric Groud (président de la CCI) et François Beaupère (président de la Chambre d'agriculture).
De gauche à droite : Gérard Aubry (président de la Chambre des métiers), Eric Groud (président de la CCI) et François Beaupère (président de la Chambre d'agriculture).
la rédaction vous conseille
Présenter ses voeux ensemble, ça signifie quoi ?
"Statutairement, nos trois chambres ont des statuts qui se ressemblent. Ce sont des établissements publics gérés par des chefs d'entreprises, chacun dans son domaine certes. Ensuite, nous avons des messages à faire passer ensemble sur les évolutions, sur les difficultés et les mutations du tissu économique. Il est clair que nos messages auront plus de poids s'ils sont évoqués en un même lieu et d'une même voix que si chacun fait sa manifestation dans son coin. On sait aussi que le mois de janvier est chargé en cérémonies et qu'un seul et même événement, ça facilite les choses."

Dans vos pratiques au quotidien, dans vos stratégies, quelle est la réalité de ce travail en commun ?
"On peut prendre quelques exemples pour l'illustrer. D'une part, nos trois chambres travaillent sur la Troisième Révolution industrielle et Agricole (TRIA) pour lesquels nous avons un certain nombre de chantiers en commun comme les usines de méthanisation, les bâtiments, les économies d'énergies et les énergies renouvelables. On travaille ensemble aussi au sein de l'Agence énergie climat qui sensibilise les entreprises aux économies d'énergies. Avec la Chambre d'agriculture, on travaille sur les circuits courts et la gestion du foncier : à chaque fois qu'il y a une implantation d'activité ou de zone industrielle, on se concerte préalablement pour voir son impact sur les terres agricoles. On collabore aussi sur la filière bois pour essayer de mieux l'organiser."

Avec la Chambre des Métiers ?
"Un autre exemple très concret. A Cholet, nous (la CCI) les accueillons dans nos bâtiments de la rue Nationale. Ils nous ont sollicités car ils disposaient de bureaux pas suffisamment bien adaptés. Ce genre de collaboration aussi a du sens. De la même manière, on se concerte sur des filières d'apprentissage qui touchent au bâtiment ou à la mécanique, de telle sorte qu'on ne se fasse pas concurrence les uns, les autres inutilement."
 
"Tout seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin."

De là à imaginer que vous puissiez vous rapprocher très concrètement y compris d'un point de vue juridique, c'est une vue de l'esprit ?
"D'un point de vue législatif, ce n'est pas à l'ordre du jour. Vu sur le terrain, il est évident que les choses bougent. La Chambre régionale des métiers a pris l'option de ne former plus qu'une seule chambre avec des établissements dans chaque département. Nous, on a une chambre régionale avec l'équivalent d'une filiale dans les cinq départements mais qui gardent leur personnalité juridique, dans l'idée de conserver plus de poids localement. Nous pensons que c'est plus pertinent qu'une seule chambre basée à Nantes qui pourrait être plus éloignée dès lors des bassins d'emploi et des adhérents eux-mêmes, à commencer par les Mayennais et les Sarthois. Ca évoluera peut-être de notre côté."

Mais vous avez déjà opéré à un regroupement au niveau régional ?
"Oui, au sein de 909 (ndlr : la somme des chiffres des cinq départements multiplié par trois) qui est représenté dans un certain nombre d'instances du Conseil régional au niveau de la formation des jeunes notamment, ou de l'environnement, pour pouvoir peser plus."

En Maine-et-Loire, par quels autres rapprochements plus forts cela pourrait-il se traduire ?
"On pourrait imaginer des regroupements plus fort notamment dans le domaine de la formation. Il y a aura sans doute choses symboliques à terme. Mais pour le moment, on en est plutôt à une phase de concertation, de dialogue. Bref, de créer les conditions pour être prêt au cas où la législation venait à évoluer. Peu importe les formes juridiques, les réseaux, ce qui est intelligent, c'est de travailler ensemble. J'aime bien cette phrase : "Tout seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin." On voit bien qu'en Allemagne, par exemple, les études montrent que ce sont les territoires qui collaborent le plus, qui se développent le plus."
 




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par sarthois le 21/01/2015 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
N'oublions pas que l'axe Angers-Saumur-Tours est très intéressant, il faut absolument que la CCI 49 développe des coopérations avec la CCI de Tours.








Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com