Château de Montsoreau, un pied dans la Loire, l’autre dans l’art contemporain…


Rédigé par - Angers, le Samedi 20 Juin 2015 à 10:20


Le président du Conseil départemental, Christian Gillet, a levé le voile vendredi sur le nouveau projet retenu pour animer le Château de Montsoreau, au carrefour de l'Anjou et de la Touraine. Sous la férule du collectionneur privé Philippe Méaille, il deviendra, au printemps 2016, un centre d'art contemporain qui fera la part belle à l'art conceptuel. Présentation.



Christian Gillet, président du Conseil départemental, Jill Silverman, commissaire de l'exposition Art&Language, Philippe Méaille et le maire de Montsoreau, Gérard Persin.
Christian Gillet, président du Conseil départemental, Jill Silverman, commissaire de l'exposition Art&Language, Philippe Méaille et le maire de Montsoreau, Gérard Persin.
la rédaction vous conseille
Campagne électorale oblige, il y a eu les bisbilles politiques entre impétrants au Conseil régional de Maine-et-Loire. Avouons-le aussi, il y a eu circonspection, voire railleries, lorsque le Conseil général, devenu départemental depuis le printemps, a annoncé vouloir vendre certains « bijoux de famille » pour renflouer des caisses exsangues.

Et l’art dans tout ça, me direz-vous ?

Eh bien il a fait un retour remarqué vendredi matin, lors de la conférence de presse levant le voile sur l’avenir de l’un de ces « bijoux de famille » : le château de Montsoreau. Evacuons tout de suite une question qui a agité ces derniers temps le landernau saumurois : non, le monument historique ne sera pas vendu.

Plus exactement, le Département en reste propriétaire et signera dans les prochains mois un bail emphytéotique administratif de 25 ans avec son nouveau résident : Philippe Méaille.

Inconnu du grand public, le collectionneur privé, qui réside dans le Baugeois depuis le début des années 2000, est un nom qui compte dans le milieu de l’art contemporain. « C’est le plus gros collectionneur au monde du mouvement Art & Language, l’un des principaux courants artistiques des années 60-70’s », explique le directeur-adjoint de l’Ecole supérieure des Beaux-Arts (ESBA), Didier Larnac, qui sera associé au projet.

Et c’est d’ailleurs autour de cette imposante collection, construite depuis ses plus jeunes années, que se jouera, à compter du printemps 2016, l’avenir du château de Montsoreau. « Il va devenir un centre d’art contemporain », exprime avec une fierté à peine contenue le président du Conseil départemental. « C’est une décision emblématique de la méthode que je souhaite impulser pour la collectivité. »

Quoi comprendre, derrière cette phrase ? Qu’il ne serait pas étonnant de voir des partenariats public/privé se développer dans les années à venir, comme c’est déjà le cas, d’ailleurs, du côté de l’hippodrome du Lion d’Angers.
« Je suis convaincu depuis longtemps que ma collection appartient au monde de l’art et qu’il faut un lieu international pour l’exposer. En dehors de Paris et de la Côte d’Azur, quel choix y a-t-il ? Un château de la Loire. » - Philippe Méaille

L’intérêt pour le Département est clair : ne pas dépenser l’argent qu’il n’a pas (ou plus) dans des monuments en forme de gouffre financier. C’est ce qui a présidé, en plus de l’intérêt culturel du projet présenté par Philippe Méaille, au choix fait par la collectivité, et qui sera validé en session plénière lundi matin. Le collectionneur prendra ainsi à sa charge l’ensemble des (importants) travaux de rénovation à opérer au sein du monument. En contrepartie de quoi, il ne devra s’acquitter que d’un « loyer symbolique » auprès de la collectivité.
 
Le spectre de la vente écarté, le Département a également travaillé sur un projet porté par la Société publique régionale Abbaye de Fontevraud (Sopraf) –« pour faire un château des châteaux », mais « ça n’était pas abouti », avance Christian Gillet, qui vante, avec Philippe Méaille, « un projet d’envergure internationale ».

Créer du lien entre passé, présent et futur

Philippe Méaille, ici dans son manoir de la Bainerie, à Tiercé, en 2006, "entouré d'objets".
Philippe Méaille, ici dans son manoir de la Bainerie, à Tiercé, en 2006, "entouré d'objets".
Quel est-il justement ? Installer sur les trois étages du château et dans ses caves –« elles ont du potentiel mais sont plus difficiles à investir »- une partie de la collection privée de Philippe Méaille en exposition permanente, ainsi que deux à trois expositions temporaires par an. Depuis 5 ans, une grande partie de sa collection est abritée par le Musée d’art contemporain de Barcelone (Macba), qui reçoit quelque 750 000 visiteurs par an. « L’idée, c’est de créer une antenne du Macba à Montsoreau et inversement », imagine le collectionneur installé depuis le début des années 2000 dans le Baugeois. « Je suis convaincu depuis longtemps que ma collection appartient au monde de l’art et qu’il faut un lieu international pour l’exposer. En dehors de Paris et de la Côte d’Azur, quel choix y a-t-il ? Un château de la Loire. »

Le hasard et son goût inconditionnel pour les Puces de Montsoreau ont fait le reste. Etonnant personnage que ce Philippe Méaille, qui explique avoir « tout le temps vécu entouré d’objets. Enfant, je ne savais pas ce qu’était un mur ».

Sur le papier, le risque de voir s’installer un projet hors sol semble réel, mais la nature même de l’art conceptuel –dans lequel s’inscrit Art & Language- et « la générosité de ses artistes » permettraient d’éviter cet écueil. « L’art contemporain est capable de créer du lien entre le moment présent, le passé et le futur », insiste la texane Jill Silverman van Coenegrachts, commissaire de l’exposition « Art & Language », appuyée par Philippe Méaille : « Les artistes auxquels j’ai parlé de ce projet m’ont assuré de leur entière coopération ».

Une histoire mouvementée
La vie du Château de Montsoreau, depuis la première mention de son nom, il y a bientôt un millénaire. L'histoire et la littérature retiendront que sa destinée a notamment inspiré Alexandre Dumas pour sa "Dame de Monsoreau", amputée d'un "t" et romancée à la mode XIXe. L'histoire, toujours elle, a sans doute oublié que durant ce XIXe siècle et jusqu'au début du XXe, l'une des merveilles des bords de Loire était livrée à tout vent, divisée qu'elle était entre... 19 propriétaires. Il a fallu toute l'envie du conseiller général Jean de Geoffre pour sauver le château de la ruine. 

Que deviendra-t-il ensuite ? Pendant 40 ans, de 1956 à 1997, il abritera le Musée des Goums, ces soldats marocains tombés pour la France lors de la Seconde guerre mondiale.

Depuis 2001, une nouvelle chorégraphie -Imaginaire de Loire- imaginée par Grévin Deéveloppement puis reprise par Alfran Tourisme dans le cadre d'une Délégation de service public animait les lieux. C'est la perspective de la fin de cette DSP qui a amené la collectivité a réinterrogé l'avenir du Monument historique. "Avec 30 0000 visiteurs par an les dernières années, contre les 70 ou 80 000 attendus au début, les espoirs n'ont pas été rempli", souligne Christian Gillet. "Et la scénographie n'était plus adaptée à la demande actuelle".
Les terrasses du Château de Montsoreau offrent un panorama à nul autre pareil sur la Loire, à l'endroit exact de sa confluence avec la Vienne.
Les terrasses du Château de Montsoreau offrent un panorama à nul autre pareil sur la Loire, à l'endroit exact de sa confluence avec la Vienne.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17







cookieassistant.com