Chez Valéo, mouvement d'humeur autour des salaires


Rédigé par - Angers, le 24/02/2014 - 23:22 / modifié le 25/02/2014 - 08:44


Plusieurs dizaines d'employés de Valéo à Ecouflant ont engagé un blocus de leur usine lundi pour signifier leur rejet en l'état des propositions d'augmentation salariale de leur direction. Selon eux, le groupe qui a renoué avec d'importants profits cette année, doit en faire bénéficier ses salariés.



Gilles Mapelli (CGT) et Laurent Beaumier (FO) réclament de plus justes augmentations salariales pour les employés de l'usine d'Angers.
Gilles Mapelli (CGT) et Laurent Beaumier (FO) réclament de plus justes augmentations salariales pour les employés de l'usine d'Angers.
la rédaction vous conseille
Cinq ans après, la question des salaires va t-elle de nouveau paralyser l'usine Valéo d'Angers-Ecouflant ?

En 2008, à peu près à la même époque, la CGT, syndicat majoritaire sur le site angevin - premier employeur industriel de l'agglomération (1100 salariés environ) par ailleurs - avait mis à profit la tenue des négociations salariales pour engager un long conflit contre la direction du groupe. Le combat avait duré deux semaines mais s'était soldé au final par un échec pour les grévistes, Valéo ayant refusé jusqu'au bout de négocier sous la contrainte.

Mêmes causes, mêmes effets. Jugeant insuffisantes les premières propositions d'augmentation salariales soumises par leur direction dans le cadre des négociations annuelles, plusieurs dizaines de salariés de l'usine, située sur la zone industrielle d'Ecouflant et spécialisée dans les systèmes d'éclairage automobile, ont débrayé toute la journée lundi, à l'appel de la CGT et de Force Ouvrière. Et bloqué les entrées et sorties du site, aux camions.

"Pour les niveaux 1 et 2 de rémunération, les plus bas échelons (ndlr : une majorité des employés de la production), on nous propose 0,% en augmentation générale et 0,3% en avril, soit 10€ net mensuel pour des salaires qui dépassent tout juste le SMIC, détaille Gilles Mapelli, le délégué CGT du site, Quand on sait que le groupe Valéo a réalisé un résultat net de 439 millions d'euros cette année, en hausse de 18%, ce n'est pas acceptable."

Ce mardi, Gilles Mapelli sera à Bobigny, au siège social du groupe équipementier automobile pour tenter de faire entendre la position de son syndicat lors de la troisième réunion de négociations. Et défendre la proposition faite par les salariés du site angevin, réunis aujourd'hui en assemblée générale : 100€ d'augmentation brut sur le salaire de base. Illusoire ? Indéniablement. Illégitime ? C'est autre chose.

"On connait pas mal de salariés qui travaillent en dehors de Valéo parce qu'ils n'arrivent pas à joindre les deux bouts. Regardez Le Bon Coin (ndlr : le site de petites annonces) et vous verrez tous ceux qui essayent de s'en sortir comme ils peuvent" appuie, Laurent Beaumier pour Force Ouvrière, l'autre syndicat en lutte.

"Le seul moyen pour nous d'augmenter nos rémunérations, c'est d'entrer dans le jeu des primes ou de faire des heures supplémentaires. Si nous n'avions pas notre 13e mois, on serait en dessous des minimas pratiqués dans la métallurgie" insiste un autre salarié. Ce que confirme Didier Testu, le responsable de la branche métallurgie à la CGT de Maine-et-Loire.

Reste à faire entendre ce point de vue à la direction de Valéo, généralement peu encline à discuter ainsi sous la pression. Et pas forcément encline tout court à des efforts salariaux actuellement en France si l'on en croit son patron, Jacques Aschenbroich. "La France représente 19% de nos effectifs, 23% de notre chiffre d'affaires (...), 33% des salaires que nous payons dans le monde et 54% des charges sociales que nous payons dans le monde, ce n'est pas tenable" a t-il expliqué sur BFM TV, le jour de la présentation des (très bons) résultats de son groupe la semaine dernière.

Lundi, Valéo a fait constater par huissier le blocage de son usine angevine, l'un des cinq sites de production de sa division Eclairage en France. Pas forcément un très bon signe.





Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30



cookieassistant.com