Christophe Béchu : "Le temps de l'action est venu !"


Rédigé par - Angers, le 05/04/2014 - 09:37 / modifié le 05/04/2014 - 12:34


Au cours d'un conseil municipal empreint d'émotion et de gravité, Christophe Béchu a été élu maire d'Angers vendredi. Et ses 21 adjoints, désignés dans la foulée. "A nous d'être à la hauteur" a exhorté le successeur de Frédéric Béatse, en invitant sans tarder son équipe à l'action. Et en assurant sa minorité de ne verser à son égard "ni dans la provocation, ni dans la caricature".



Christophe Béchu : "Le temps de l'action est venu !"
la rédaction vous conseille
C'est fait. Et, d'un avis manifestement partagé sur place, "bien fait". Christophe Béchu, le nouveau maire d'Angers, et son nouveau conseil municipal ont été officiellement installés vendredi après-midi au cours d'une cérémonie menée au rythme des nécessités protocolaires d'usage bien sûr, mais dont la tonalité n'aura jamais quitté le registre de l'émotion et de la gravité.

Comment s'en étonner ? Six jours après la défaite sans appel de Frédéric Béatse et de son équipe, le poids de l'Histoire de la ville est venu s'adosser au désir de changement manifesté dans les urnes par les Angevins, nombreux à assister à la cérémonie dans la salle du conseil et, pour les autres, devant l'écran vidéo installé dans le parking souterrain de l'Hôtel de Ville, ou sur internet.

Invisible et silencieux durant la campagne électorale, Jean Monnier, l'ancien maire d'Angers, est là. Invité au premier rang du public. "Heureux" (lire par ailleurs). Et profondément ému, lorsque saluant sa présence après avoir évoqué la mémoire de Jean Turc, Christophe Béchu provoque une ovation dans la salle. Au point de gêner presque l'intéressé. Poids des symboles, poids des mots. "Chacun sait la profonde estime et la grande affection que je lui porte, rappelle le nouveau maire d'Angers, puis s'adressant directement à l'homme qui fit basculer la ville à gauche en 1977 avant d'y régner 21 ans : "Jean, je vais tout faire pour me montrer digne de l'héritage que tu as laissé à Angers et aux Angevins."

Dans la salle, il y a aussi l'ex-ministre Roselyne Bachelot et Dominique Richard, candidats vaincus, respectivement aux élections municipales de 1995 et 2001, dont Christophe Béchu ne manque pas de rappeler "l'engagement". Pas plus qu'il n'oublie "la fidélité" d'André Lardeux, son prédécesseur à la présidence du Conseil Général de Maine-et-Loire. Pour clore ses remerciements, "une fois n'est pas coutume", ses derniers mots sont pour ces proches : Marie-Hortense, son épouse, pour "sa patience, son soutien sans faille, sa bienveillance", ses enfants - Roxanne, Jean et Marin - "qui sont ce que j'ai de plus cher au monde", et ses parents qui "m'ont transmis les valeurs qui font que je suis l'homme que je suis".

"La démocratie a un coût, celle de l'écoute"

Écharpe bleu-blanc-rouge en bandoulière, Christophe Béchu est, à cet instant et seulement depuis quelques minutes, le nouveau maire d'Angers. "J'ai besoin de vivre le moment pour le sentir" nous avait-il confié jeudi à l'Hôtel du Département. Au terme d'un vote présidé avec simplicité et un brin d'humour par le doyen d'âge de l'assemblée, Michel Baslé, les 43 voix de sa majorité se sont portées sur son nom. Les douze membres de la nouvelle minorité ont voté blanc. Et feront de même au moment de désigner les 21 adjoints du nouveau conseil municipal.

La minorité, Christophe Béchu ne l'a pas oubliée. Et pris bien soin à son égard de se placer d'entrée dans le camp du "respect mutuel". Frédéric Béatse en tête, dont il salue "au-delà de la tradition républicaine, l'élégance", pour avoir pris l'initiative de proclamer à ses côtés les résultats officiels de l'élection dimanche. Et pour avoir veillé à assurer une bonne "transition". Applaudissements là aussi.

La nouvelle minorité du conseil municipal d'Angers. Au premier rang (de gauche à droite) : Gilles Mahé, Rose-Marie Véron et Frédéric Béatse.
La nouvelle minorité du conseil municipal d'Angers. Au premier rang (de gauche à droite) : Gilles Mahé, Rose-Marie Véron et Frédéric Béatse.
"Je souhaite que nos débats à venir restent empreints de ce respect mutuel, insiste Christophe Béchu, Nous pouvons faire savoir nos désaccords, nous pouvons défendre des idées et des projets radicalement opposés, nous pouvons critiquer telle ou telle prise de position, mais nous devons nous respecter. La démocratie a un coût, celle de l'écoute."

"Vous n'aurez pas face à vous, Monsieur le Maire, une opposition systématique usant d'obstructions ou s'opposant à tout (...), lui a répondu Frédéric Béatse, Vous aurez un groupe d'élus de gauche engagés dans une minorité constructive, l'intérêt général d'Angers et des Angevins l'exige. Mais vous aurez également une minorité vigilante et combative."

Rythmes scolaires, audit financier : des décisions dès le 14 avril

Fin des échanges, place à l'action ! "Écoute, dialogue, concertation : la méthode est claire", appuie Christophe Béchu, indiquant que dès le 14 avril, date du prochain conseil municipal, "les élus prendront leurs places dans les commissions et les différents organismes qui composent le dispositif municipal". Ce même jour, sera lancé le Grenelle des Rythmes Scolaires et l'audit financier promis durant sa campagne.

Enfin, avant l'été, confirme le nouveau maire d'Angers, une décision de modification budgétaire sera votée pour permettre "de dégager les premières mesures d'économie" et "engager le plan d'urgence pour la voirie et la propreté". Idem pour la première heure gratuite de stationnement, autre mesure du programme porté par l'ex-candidat, devenu désormais feuille de route de son projet municipal.

Comme le veut la tradition, le nouveau maire d'Angers, une fois élu, est allé déposer une gerbe devant le Monument aux Morts de la ville.
Comme le veut la tradition, le nouveau maire d'Angers, une fois élu, est allé déposer une gerbe devant le Monument aux Morts de la ville.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17



cookieassistant.com