Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Vendredi 21 Novembre 2014







Circulaire Guéant : la Fé2A interpelle le préfet


Rédigé par - Le 08/12/2011 - 16:54 / modifié le 08/12/2011 - 17:29


Signée le 31 mai par Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, et Xavier Bertrand, ministre du Travail, la circulaire qui vise à réduire l’immigration professionnelle et à renvoyer les étudiants étrangers dans leur pays, n’en finit pas de faire des vagues. La Fédération Étudiante des Associations Angevines (Fé2A) vient d’adresser une lettre ouverte au Préfet de Maine et Loire à Angers.



Circulaire Guéant : la Fé2A interpelle le préfet
La circulaire du 31 mai 2011, émanant du Ministère de l’Intérieur encourageant les préfets à limiter le nombre de d’autorisation de travail est une atteinte indéniable aux valeurs de notre République », dénonce Alexandre LEROY, le président de la F2A, dans une lettre adressée ce jour au Préfet de Maine et Loire. « Cette circulaire ferme systématiquement la possibilité aux entreprises de recruter un étudiant international, lui permettant d’acquérir une expérience professionnelle, profitable son pays d’origine comme à la France ».

En adressant cette lettre ouverte au Préfet de Maine et Loire, la Fé2A qui est aussi membre de la FAGE (Fédération des Associations Générales Étudiantes) demande purement et simplement le retrait de cette circulaire qu’elle juge inopportune.

Si la circulaire concernée permet aux entreprises de pouvoir embaucher du personnel étranger, avec son diplôme français, dès lors qu’elle n’arrive pas à pourvoir le poste avec des candidats français, il semble, selon les étudiants que certaines préfectures, aient une interprétation zélée du texte. « C’est inacceptable. Il ne faut pas en minimiser les conséquences », appuie la fédération étudiante.

Selon les statistiques, cette circulaire, concernerait plusieurs milliers d’étudiants en France, dont plusieurs centaines en Maine et Loire.

Outre le fait que ce texte qui ne permet pas aux étudiants étrangers de se forger une première expérience, est inutile, il compromet sérieusement leur admission dans les universités françaises.

La Fé2A demande donc une réelle évaluation du parcours académique et la situation sociale de l’étudiant par une équipe pédagogique qualifiée, l’arrêt des expulsions express d’étudiants et surtout le respect d’un principe fondamental : « Une carte d’étudiant = un titre de séjour ».

Parallèlement à la lettre adressée au Préfet, une motion a été portée par les élus de la Fé2A, ce jeudi 8 décembre, au Conseil d’Administration de l’Université d’Angers afin de demander le soutien des responsables universitaires dans la demande de retrait de cette circulaire.

A noter que le Conseiller général Grégory BLANC (PS), membre de la commission du Développement économique et de l’enseignement supérieur – recherche, a récemment attiré l’attention de l’opinion à ce sujet, dénonçant une offense à l’histoire, la France mettant depuis toujours l’accent sur l’épanouissement de l’homme et un non-sens économique, les universités anglo-saxonnes, accueillant malgré leurs tarifs élevés, des étudiants étrangers.

« L’accueil d’étudiants étrangers développe des liens économiques entre les pays et consolide financièrement nos écoles, donc l’emploi local », affirmait l’élu dans un communiqué. « Angers, avec ses 32 000 étudiants, a les atouts pour se faire une place dans la compétition internationale. En posant des freins aux étudiants étrangers le gouvernement nous tire une balle dans le pied, chez nous, plus qu’ailleurs ».






Jacques FINOT
Web journaliste aux grandes oreilles, dont l'essentiel du travail consiste à écouter et relever les... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag













Instagram



cookieassistant.com