Commerce, quand Savennières montre le Chenin...


Rédigé par Sébastien ROCHARD - Angers, le 18/03/2014 - 16:22 / modifié le 18/03/2014 - 16:22


Désireux de redynamiser le centre-bourg, la mairie a réhabilité l’un des commerces du village. Depuis la mi-janvier, « Le Chenin », un resto-bistro, cartonne, sous la férule de Guillaume et Frédéric.



Guillaume et Frédéric ont ouvert le Chenin mi-janvier.
Guillaume et Frédéric ont ouvert le Chenin mi-janvier.
la rédaction vous conseille
Quoi de mieux pour célébrer le premier tour des élections municipales qu’un bon déjeuner à l’anguille de Loire ? Si vous n’habitez pas Savennières, il faudra passer derrière les fourneaux : pour les heureux administrés de la commune ligérienne, il suffira de présenter sa carte d’électeur dûment tamponnée pour profiter, avec réduction, de la cuisine de Guillaume Pellier, le chef cuisinier du « Chenin ».

Une initiative réjouissante et citoyenne, comme un symbole pour le resto-bistro du village qui a ouvert ses portes à la mi-janvier. Une simple voie piétonne sépare l’établissement tenu par Guillaume et Frédéric – le premier derrière les fourneaux, le second en salle – de la vénérable église Saint-Pierre, en plein cœur du bourg de Savennières.

Pour les deux hommes, l’histoire commence à l’automne 2013, « par une annonce lue sur Internet indiquant que la municipalité recherchait des candidats à la location-gérance d’un établissement de restauration », se rappelle Guillaume.

Restaurant, bar-tabac, dépôt de pain…

Lui et son compère ont roulé leur bosse depuis bientôt 30 ans dans les étoilés de France et d’Europe. « C’était une opportunité de devenir nos propres patrons, de vivre autre chose », reprend Guillaume, qui a passé une partie de son enfance à Savennières. Leur volonté croise celle des élus de la commune, désireux de « reconquérir le centre-ville », explique le premier adjoint pour quelques jours encore, Richard Marais.

« Nous avons toujours eu à l’esprit de relancer ce commerce-là ». En 2011, la municipalité acquiert les bâtiments puis réalise une première adaptation, avant de mettre en place un premier gérant. « La personne en question, qui ne faisait de la restauration qu’à la marge, a souhaité cesser son activité à l’été 2013. Nous sommes bien conscients que c’est difficile dans un petit village, mais nous restons convaincus qu’en professionnalisant les choses, il y a une carte à jouer », insiste Richard Marais.

Plusieurs annonces passent dans les journaux et les sites spécialisés, pendant qu’une réhabilitation – avec de nombreuses aides des collectivités – redonne du cachet au lieu. Aujourd’hui, « Le Chenin », du nom du cépage local, choisi par le conseil municipal, s’affiche en lettres rouges sur le fronton en pierres apparentes de l’établissement. A l’intérieur, la salle de restaurant affiche complet chaque week-end depuis l’ouverture.

« Pour le moment, on ne compte pas nos heures de travail », relaie Guillaume, qui offre une cuisine simple, naturelle et conviviale. L’homme a aussi le sens du commerce et s’est appuyé sur le site Internet Groupon pour faire connaître son établissement. « Plus de 500 clients se sont inscrits, qui paient moins cher lorsqu’ils viennent ici. Après, à nous de bien faire notre travail pour qu’ils reviennent ».

Restaurant pour son activité principale, « Le Chenin » est aussi bar-tabac, dépôt de pain le lundi, poste et comptoir de jeux. Bref, un lieu central dans le village, « dans le même esprit que “Saveurs”, l’épicerie coopérative ouverte en 2007 », rappelle Richard Marais. En s’appuyant sur la réputation mondiale de l’appellation savennières et sur « de belles initiatives pour l’été », Guillaume et Frédéric entendent bien transformer l’essai de ces premiers mois. Et faire de ce tout nouveau « Chenin » un beau chemin.

Contact : ici. Tél. : 02 41 73 91 96









1.Posté par LCH le 24/03/2014 20:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très belle idée que redonner vie à un village à travers un commerce, puis un autre peut-être, toute la vitalité qui lui faisait défaut.
Combien d'anciens notamment ont du mal à continuer d'exister loin des lieux de vie mais dans des logis qui ont fait toute leur vie ?

Ôtez-moi l'idée que ce restaurant au nom évocateur de voyages en pays de Loire inférieure ne serait pas accessible aux fauteuils roulants ? Je sais c'est casse pieds mais c'est obligé, même si l'on évoque une fréquentation hyper ...

2.Posté par Selva le 02/04/2014 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous avions déjà eu l'occasion de tourner un reportage sur l'épicerie.
Grâce à Angers Mag, nous tenterons très prochainement un tournage dans cet accueillant Chenin!
En effet, nous préparons une émission à Savennières en compagnie de l'Académicienne Danièle Sallenave. A bientôt donc?
Vues sur Loire, tous les dimanches à 11h30 sur France 3








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com