Conseil municipal : chahuté par l'opposition, le budget 2016 est adopté


Rédigé par - Angers, le 30/03/2016 - 07:22 / modifié le 30/03/2016 - 11:53


Le conseil municipal d'Angers a adopté son budget primitif, mardi soir, non sans un long et sévère échange entre majorité et opposition. Où il s'est autant s'agi de fond que de forme...



Le budget primitif de la Ville d'Angers a été adopté mardi soir, après sa présentation par Emmanuel Capus. Mais ce ne fut pas sans heurts...
Le budget primitif de la Ville d'Angers a été adopté mardi soir, après sa présentation par Emmanuel Capus. Mais ce ne fut pas sans heurts...
la rédaction vous conseille
Une interview offensive du leader de l'oppositon dans la presse locale (Ouest-France de mercredi dernier), une conférence de presse en amont du conseil, des désaccords profonds sur les sujets structurants... la minorité municipale a fait du vote du budget primitif de l'année 2016 un rendez-vous majeur de l'ère Béchu à la mairie d'Angers, un mois après un Débat d'orientation budgétaire bien sage...
"Il acte des priorités politiques et il est d'autant plus significatif qu'il mène à mi-mandat", avance l'ancien titulaire du poste, Frédéric Béatse (PS). Raillant "l'excellente vision de l'avenir à 8 jours" de Christophe Béchu, l'opposition municipale est revenue en détail sur le budget proposé par l'actuelle majorité, mais également sur ses incidences, selon elle, en matière sociale et associative.
 
Antony Taillefait, conseiller d'opposition : "La baisse des dépenses de fonctionnement dont vous dites qu'elle est historique est-elle pour autant avantageuse ? Elle ne tient compte que du critère quantitatif, mais la qualité de l'offre de services publics est elle en baisse." Et Alain Pagano de renchérir : "Est il donc légitime de supprimer des emplois et des services rendus aux Angevins, au moment où la crise cogne fort, et ces emplois comme ces services sont autant de protections pour ceux qui souffrent de la crise ?"
"Nous assumons le fait d'arrêter l'augmentation des dépenses de fonctionnement",
réplique Emmanuel Capus, l'adjoint aux finances. "La politique menée par la majorité précédente a dégradé la situation financière de la ville. Elle a laissé filer les frais de fonctionnement pour des raisons électoralistes."
 
"Ce sont "ceux qui jusqu'alors bénéficiaient de justice sociale, de solidarité qui sont appelés à payer l'addition"
Autre point soulevé par Antony Taillefait : l'allongement de la capacité de désendettement de la Ville d'Angers. S"il est "ok sur le raisonnement" d'Emmanuel Capus, à savoir que le passage en Communauté urbaine (CU) augmente mécaniquement la durée de désendettement, "l'augmentation est bien plus importante que par le seul effet du passage en CU. De 0,7 année en 2012, la capacité de désendettement passerait donc à 5,2 en 2015, 9,3 en 2016 et... 13 ans en 2020 !"

L'autre noyau dur de la contestation se cristallise sur les dépenses d'investissement, "du saupoudrage", pour l'opposition, et surtout un signal clair : "Les dépenses sont orientées sur la voirie, la vidéosurveillance, la première heure gratuite de stationnement, le projet Cœur de Maine... et la pochette surprise de votre arrivée : trop souvent, notre ville se substitue au Conseil départemental en venant au secours d'une gestion bien trop dispendieuse par le passé : Terra Botanica, le festival d'Anjou, l'éducation spécialisée" (Frédéric Béatse) quand les économies sont ciblées sur l'associatif, le secteur de l'enfance et le Centre communal d'action sociale (CCAS). Pour ce dernier, la préservation annoncée équivaut à une baisse, "car le coût de la vie augmente, et la pauvreté aussi", argue Alain Pagano.
Bref, pour l'opposition, ce sont "ceux qui jusqu'alors bénéficiaient de justice sociale, de solidarité qui sont appelés à payer l'addition", conclut Frédéric Béatse.
 
Un déséquilibre qui se double de la baisse de subvention -déjà largement évoquée- de 10 % sur 3 ans, pour les Maisons de quartier. "Elles vont réussir à gérer le quotidien", note Rose-Marie Véron, "mais plein de postes ne seront pas renouvelés et elles vont être obligés d'appliquer une hausse de tarifs pour les habitants !" Bref, "une politique antisociale", pour Alain Pagano ; "une politique de droite dure qui s'attaque aux fonctionnaires, aux chômeurs et aux plus pauvres", enchaîne Rose-Marie Véron. 
"Vous accusez la majorité d'attaquer les chômeurs ? Vous vous croyez sans doute dans un local du PS en train de débattre sur la loi El Khomri ou sur la loi Macron...!"

"Vous accusez la majorité d'attaquer les chômeurs ? Vous vous croyez sans doute dans un local du PS en train de débattre sur la loi El Khomri ou sur la loi Macron...!", ironise Christophe Béchu, un brin échaudé par la teneur des propos tenus par son opposition. Après avoir fait joué ses adjoints, le maire contre-attaque : "Si je juge la violence de vos interventions sur la forme, c'est que sur le fond, vous n'avez rien à dire". Et Christophe Béchu de renvoyer sa minorité quelques années en arrière, quand elle était aux affaires : 
-Sur la dette. "Je vous rappelle qu'elle a augmenté de 100 M€ en 4 ans, de 2010 à 2014".
-Sur les associations. "La subvention moyenne a augmenté de 7,4 % de 2013 à 2014, à la veille des élections. Et vous essayez de m'expliquer qu'une baisse moyenne de 3,6 % aujourd'hui serait impossible. Enfin, la subvention par habitant est supérieure à Angers, à ce qu'elle est à Nantes ou Rennes, qui seraient ainsi des villes antisociales ?"
- Sur le manque de vision. "Nous avons présenté lors du DOB une programmation pluriannuelle d'investissement (PPI) sur 5 ans, ce que les précédentes majorités n'avaient jamais fait. Ne nous demandez plus jamais de renoncer à nos engagements de campagne."

Archives photos : Mikaël Combaud.
Archives photos : Mikaël Combaud.
100 000 € supplémentaires  : le hockey bien servi
Une patinoire flambant neuve dans deux ans, un comité mensuel de suivi du club mis en place depuis deux pour apurer sa dette (avec un apurement prévu fin 2016) et, depuis mardi soir, une subvention annuelle revue de 100 000 € à la hausse... Ça fait beaucoup pour un seul club -Les Ducs d'Angers, battus samedi par les Dragons de Rouen en finale de la Ligue Magnus de hockey- fut-ce-t-il professionnel, et l'un des meilleurs dans son sport ? C'est en tout cas l'avis de l'opposition, qui a voté contre, "en attendant d'être convaincu", évoquant un problème de calendrier. "Cette augmentation de subventions arrive au moment même où l'on constate une baisse pour le monde amateur", avise Antony Taillefait, prévenant la collectivité d'être "hypnotisée par la réussite du sport professionnel."

"C'est un débat que nous avons eu, et je suis d'accord avec vous pour dire qu'il ne peut y avoir de sport professionnel sans sport amateur", commente Roselyne Bienvenu. "Ce soir encore, nous pensons que c'est la bonne décision..." Pour Christophe Béchu, ce sont plus les instances dirigeantes que le club qu'il s'agit de blâmer : "C'est assez insupportable que des fédérations sportives, sans aucune légitimité démocratique, prennent des décisions normatives avec un impact sur les collectivités locales sans que l'on soit consulté". Référence à la décision prise par la fédération de hockey ne changer le format de la ligue Magnus, avec 50 % de match en plus... et donc des déplacements à l'extérieur en plus pour les Ducs, que la billetterie du Haras ne permet pas de financer.
Reste que le maire l'assure : "Il y a une totale étanchéité budgétaire entre sport professionnel et sport amateur." Autrement dit, c'est la baisse de subventions pour d'autres clubs professionnels qui compensera l'augmentation de crédits pour les Ducs.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46



cookieassistant.com