Conseil municipal : un bien sage débat d'orientations budgétaires


Rédigé par - Angers, le 01/03/2016 - 07:30 / modifié le 02/03/2016 - 20:07


Tributaires de l'effort national de redressement des finances publiques, les orientations du budget 2016 de la Ville d'Angers ont donné lieu à un débat particulièrement apaisé lundi soir. Dépenses de fonctionnement et d'investissement vont être contenues peu ou prou à leur niveau actuel pour compenser les pertes de dotations et limiter l'évolution de la dette. Mais l'avenir reste ponctué d'interrogations.



Christophe Béchu n'a pas eu à monter véritablement au créneau lundi soir pour défendre ses orientations budgétaires, celles de "la nécessaire rigueur".
Christophe Béchu n'a pas eu à monter véritablement au créneau lundi soir pour défendre ses orientations budgétaires, celles de "la nécessaire rigueur".
la rédaction vous conseille
Une estimation la situe à 42 millions d'euros en moins sur l'ensemble de son mandat. Christophe Béchu le sait très bien : si la baisse des dotations d'Etat pénalise ses marges de manoeuvre à la Ville, comme à la Communauté urbaine d'Angers, elle reste pour le moment un atout politique majeur à l'heure de soumettre ses choix budgétaires à ses opposants municipaux. D'abord parce que ces derniers, solidaires pour une bonne partie encore du gouvernement actuel, se retrouvent en position bien délicate pour contester la réalité et le "bien fondé" supposé des choix d'économie de la maison France. 

Ensuite parce que le maire d'Angers trouvera toujours matière dans les budgets précédant son arrivée à la Ville, à étayer l'idée que ses prédécesseurs ont fait preuve à tout le moins d'optimisme financier, pour ne pas dire de légèreté prévisionnelle. Lundi soir, il a ainsi laissé une large place à Emmanuel Capus, son adjoint aux finances, pour faire le boulot et rappeler ici le "volume d'investissement inadapté" qui a marqué la période 2008-2014 ou là, "l'augmentation non maîtrisée des charges de fonctionnement" et son accélération ("+12%") "sur les deux années qui ont précédé l'élection municipale".

Utile avant que de présenter les grandes orientations du budget 2016, lesquelles reposeront sur le double engagement de début de mandat de Christophe Béchu et de son équipe, à savoir la non augmentation des taux d'imposition et le maintien d' "un niveau d'investissement adapté"  aux ressources de la collectivité. Adapté ? Il se situera à 46,7 millions d'euros en 2016 sachant, transferts de compétence oblige, que 15,2M€ de dépenses de voiries et d'éclairage public seront assurées en sus par la Communauté urbaine.
Impasse budgétaire : "de nouveaux arbitrages vont s'avérer nécessaires pour s'approcher de notre objectif"
Pour connaître plus précisément le détail de ces 46,7 millions d'euros -quatre de moins que l'an passé-, il conviendra d'attendre le vote du budget le mois prochain. Mais on sait dores et déjà que plus du quart portera sur l'urbanisme et le logement. Adapté aussi, le volume des dépenses de fonctionnement dont l'augmentation sera ramenée à (presque) 0% en 2016, moyennant une baisse des subventions et participations d'environ 4%. Ces orientations tenues, selon les projections de la municipalité, la dette devrait malgré tout continuer de progresser pour se porter à 97,03M€ au 1er janvier 2016, "sans emprunt toxique ni à risque", à assuré Emmanuel Capus.

Adossé au débat d'orientation budgétaire, le Plan Pluriannuel d'Investissement (PPI) présenté lundi soir permet de visualiser les projections budgétaires à l'échelle du mandat.
Adossé au débat d'orientation budgétaire, le Plan Pluriannuel d'Investissement (PPI) présenté lundi soir permet de visualiser les projections budgétaires à l'échelle du mandat.
Une interrogation très simple s'impose alors à la vue du tableau prospectif pluri-annuel d'investissements (2016-2020) livré lundi avec la délibération (ci-à côté) : comment sera-t-il possible de financer ces investissements (on pense inévitablement à la patinoire dont les montants sont pris en compte pour 2017, 2018 et 2019) sans creuser inexorablement la dette de la Ville ?

Il "n'est pas en phase avec les objectifs fiscaux, financiers et budgétaires que nous nous sommes assignés" reconnait la délibération, précisant que"de nouveaux arbitrages vont s'avérer nécessaires pour s'approcher de notre objectif".  Lesquels, ont indirectement demandé Antony Taillefait et Alain Pagano pour la minorité ? Non remplacement de certains départs en retraite ? C'est une quasi certitude : 12 à 13 postes seront gelés cette année, à indiqué Benoit Pilet, l'adjoint aux ressources humaines. Suppressions d'emplois ? "Les suppressions d'emplois publiques ne sont pas tabous mais si nous pouvons les éviter, on les évitera" a fait savoir Christophe Béchu. Un discours franc mais bien évidemment pas très rassurant. 

Lire aussi "Démission, Tour de France et tennis : les autres dossiers du conseil municipal" (01/03/2016)

Alain Pagano en "demi-méchant
Il y a peu, c'est Antony Taillefait qui cristallisait, par ses critiques, les répliques les plus cinglantes du maire d'Angers. Un peu en retrait lundi soir, celui-ci a laissé sur les bancs de la minorité Alain Pagano (PCF) endosser "le rôle du demi-méchant" pour évoquer l'inspiration "sarkozyste" à son goût de la présentation des orientations budgétaires (comprendre : manquant de sincérité). Avant de dénoncer les conséquences de l'austérité du "gouvernement de gauche-droite Hollande-Valls" (et recevoir au passage quelques huées de ses propres camarades), pointer "le verbiage de la délibération" , railler le dogmatisme de son rapporteur, Emmanuel Capus pour finir par comparer Christophe Béchu à... Léonid Brejnev, l'ancien patron de l'URSS (1964-1982). De quoi faire (à demi) sourire la maire d'Angers. Paradoxalement, c'est à l'égard de Rose-Marie Véron que le maire s'est montré le plus ferme, dénonçant sa lecture trop caricaturale à son goût des baisses de subventions aux maisons de quartier et au CCAS.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Bruno Goua le 01/03/2016 07:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rose-Marie Véron a questionné sur le lien étonnant entre les aides à la licence (dispositif carte partenaires) et les baisses de subventions aux associations sportives : on peut effectivement s'étonner que certains clubs accueillant le plus de jeunes issus de familles à bas revenus soient aussi les plus touchés par la baisse de subventions. La seule réponse du Maire, qui de plus en plus ne supporte la contradiction que lorsqu'elle est sienne, n'apprécie l'ironie que lorsqu'il la pratique et q...

2.Posté par nonangevin le 01/03/2016 10:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vrai que les maires précédents supportaient la contradiction. il suffisait de voir comment le Maire Antonini "coupait" le micro à celui qui osait lui répondre. Il y en a qui ont la mémoire courte...

3.Posté par Bruno Goua le 01/03/2016 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les erreurs du passé n'excusent pas celles du présent sinon on n'avancera jamais.
Sur le point qui nous préoccupe, le Maire n'a pas répondu à la question posée, il ne l'a même pas bien comprise, pas plus que l'adjointe.
Le fond du problème était celui-ci : le nouveau calcul des subventions ne tient absolument pas compte du rôle social important de certains clubs sportifs, n'est-ce pas une erreur ? La question me semble pertinente.

4.Posté par CONTRADICTION le 03/03/2016 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"C'est vrai que les maires précédents supportaient la contradiction. il suffisait de voir comment le Maire Antonini "coupait" le micro à celui qui osait lui répondre. Il y en a qui ont la mémoire courte... ". Mr Béchu comme les hommes politiques en général sont tous coutumier du fait. Pour Mr Béchu, il avait dit en 2008 qu'il siegerait au conseil municipal malgré sa défaite : bilan, il a quitter le conseil au bout de ...6 mois pour faire une autre élection en plus. Niveau mépris c'est pas mal...















Angers Mag











Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01



cookieassistant.com