Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Samedi 25 Octobre 2014





Danièle Sallenave et Dominique Fernandez : Moscou-Vladivostok, une autre idée de la Russie


Rédigé par Catherine NEDELEC - Le Dimanche 3 Juin 2012 à 08:22


Invités de la librairie Richer d’Angers, Danièle Sallenave et Dominique Fernandez ont présenté leur nouveau livre, « Sibir » (Gallimard) et « Transsibérien » (Grasset), deux hommages à un pays méconnu et pour lequel ils ont voulu, l’un et l’autre, en montrer les beautés insoupçonnées.



Dominique Fernandez, Danièle Sallenave, Antoine Boussin et Ferranté Ferranti
Dominique Fernandez, Danièle Sallenave, Antoine Boussin et Ferranté Ferranti
Sous la houlette d’Antoine Boussin, Directeur commercial des éditions Grasset, les deux auteurs et académiciens se sont prêtés au jeu d’un débat sur le voyage d’exception qu’ils ont effectué en mai et juin 2010, et dont ils ont chacun tiré matière à la création de deux récits aux titres laconiques mais évocateurs : Sibir et Transsibérien. Mais que l’on ne s’y trompe pas. Même après un si long voisinage : sept jours et six nuits dans le train auxquels il faut ajouter les escales, portant la durée du voyage à trois semaines, les deux auteurs ont livré leur regard, certes convergeants parfois, mais pour l’essentiel, avec une approche différente.

Envoutés par cette immensité

Neuf mille kilomètres de chemin de fer et près de mille gares ponctuent cette ligne mythique : le Transsibérien. Bien sûr, il n’est pas question pour les voyageurs de s’arrêter à toutes ; seulement dans quelques unes d’entres elles, étapes d’autant plus importantes pour des écrivains en quête de rencontres avec les habitants d’un pays que l’on connaît peu et mal et qui, sans doute pour cette même raison, véhicule un certain d’idées générales, occultant des richesses inattendues.

Danièle Sallenave et Dominique Fernandez : Moscou-Vladivostok, une autre idée de la Russie
Sibir, Sibérie en russe, du nom d'un petit royaume mongol défait par les Russes après la victoire d'Ivan le Terrible en 1552 sur les Tatares de Kazan. Symbole et départ d'une conquête et d'une colonisation de la Sibérie qui durera des siècles. Située en Asie par la géographie, la Sibérie appartient à l'Europe par l'histoire et par la civilisation. Pour en parler, Danièle Sallenave a choisi de la replacer dans son contexte historique, en parallèle avec un regard observateur sur la vie aujourd’hui, sur ses paysages de forêts, ses campagnes désertées, ses grands fleuves, mais aussi ses belles maisons aux rideaux blancs et ses fenêtres décorées de petits objets de couleur. « Ici, le printemps explose sur la trace enfouie des anciens goulags. Et le Transsibérien pousse l'Europe devant lui à travers dix mille kilomètres et onze fuseaux horaires. 'Sibir ! sibir ! 'chuchotent les roues".

La perte des repères

Transsibérien. De découvertes en réflexions, s’appuyant sur de nombreuses références littéraires et historiques, Dominique Fernandez raconte les paysages qui se succèdent, constate, observe, s'interroge. Pour l’aider dans cette migration à la fois physique et spirituelle, il a demandé au photographe Ferranté Ferranti d’appuyer son propos avec de remarquables clichés, pris non sans difficultés, mais qui illustrent parfaitement l’idée de cette Russie là : « On se perd avec délectation. On se noie. Pourtant, ce n’est pas tant le paysage qui est immuable ; c’est notre distance par rapport à nous ».

Danièle Sallenave et Dominique Fernandez : Moscou-Vladivostok, une autre idée de la Russie
Analyse pour Danièle Sallenave et méditation pour Dominique Fernandez, ces deux récits sont complémentaires pour qui veut faire ce même bond dans l’inconnu et faire ressurgir une histoire dont tous les trois sont unanimes : elle est compliquée et l’on ne peut la réduire à son gouvernement. « Il faut desserrer l’étau » souligne Dominique Fernandez, afin de donner une image nouvelle de la Russie car, conforte Danièle Sallenave : « s’il y a une tristesse russe, une mémoire historique du despotisme séculaire que l’on constate dans la littérature, on ressent un bouleversement, une voix qui semble dire : un jour peut-être ? ».

Editions Gallimard

Editions Grasset











Angers Mag




















cookieassistant.com