Dégradation de la Fac de Droit : les étudiants s’insurgent


Rédigé par - Angers, le 01/10/2013 - 18:46 / modifié le 01/10/2013 - 18:48




La faculté de droit Angers Saint Serge
La faculté de droit Angers Saint Serge
Une fois de plus les murs de la Faculté de Droit d’Angers Saint Serge ont fait l’objet, dans la nuit de dimanche à lundi dernier, d’une importante campagne de graffitis « comportant des messages de haine et des slogans néo-nazis », selon les étudiants qui ont découvert avec stupéfaction l’étendue des dégradations en arrivant à l’université.

Murs et poteaux ont été recouverts de nombreux symboles et sigles ne laissant aucun doute sur l'origine des signataires (*). Si la plupart des graffitis ont été effacés ou recouverts dans la journée par le personnel de l'université, les murs portent encore les stigmates de ces importantes dégradations.

« La Fé2A, première organisation représentative des étudiants angevins, dénonce avec fermeté les messages de haine véhiculés ainsi que la dégradation volontaire des locaux d’une institution d’enseignement supérieur publique », déclare ce matin dans un communiqué Julie Gastineau, première vice-présidente de la Fédération étudiante des Associations Angevines (Fé2A).

Les étudiants inscrits dans les universités d’Angers et qui souhaitent poursuivre leur cursus sereinement constatent « avec inquiétude la montée en puissance de groupes isolés prônant la haine au sein des campus universitaires » poursuit la porte-parole de la Fé2A. « Ils choisissent de faire passer leurs idées par la détérioration des bâtiments de l’université ».

N’acceptant ce passage en force, les étudiants s’insurgent contre cette dégradation volontaire, en précisant que « les messages véhiculés tout comme l’acte de détérioration, ne sauraient en aucun cas refléter l’avis de l’ensemble des étudiants angevins »

Le B.D.E. Droit association qui anime habituellement le campus Saint Serge se range aux cotés de la Fé2A pour dénoncer publiquement cet acte de vandalisme.

(*) Afin de ne pas faire la promotion des auteurs de ces dégradations, la rédaction a choisi de ne pas publier les photos des graffitis, fournies par les étudiants.



Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag