Démission du gouvernement : "Le choix de la clarification" pour Luc Belot


Rédigé par - Angers, le 26/08/2014 - 08:38 / modifié le 11/09/2014 - 09:01


Soutien inconditionnel de Manuel Valls et de François Hollande, le député de Maine-et-Loire approuve sans surprise leur décision de recomposer un gouvernement. "L'occasion d’un rassemblement, d’un élargissement et d’une cohésion pour la deuxième phase du quinquennat qui doit être celui de l’investissement, de l’emploi et du redressement de notre pays et de l’Europe" explique t-il.



Démission du gouvernement : "Le choix de la clarification" pour Luc Belot
la rédaction vous conseille
En avril dernier, en réponse à "l'appel des 100" députés socialistes hostiles au plan d'économies du gouvernement, il avait co-signé avec 20 autres collègues de l'Assemblée Nationale, une tribune soutenant l'action de Manuel Valls. Quatre mois après, alors que l'exécutif français affronte une tempête sans précédent, pas vraiment étonnant de retrouver le député de la première circonscription de Maine-et-Loire au soutien du même Manuel Valls.

"On ne peut pas être dans un gouvernement et expliquer dans des tribunes politiques organisées qu'on n'est pas complètement d'accord et qu'on voudrait autre chose" explique Luc Belot. La choix du Premier ministre de remettre la démission de son gouvernement pour écarter les ministres frondeurs ? Une pure logique donc selon lui.

"Un gouvernement, c'est une équipe solidaire. On peut avoir à un moment donné des différences, des subtilités, mais Manuel Valls n'a trompé personne, appuie Luc Belot, Dès son premier discours, il a été très clair sur la politique qu'il allait mener et Arnaud Montebourg a accepté d'être son ministre de l'Economie dans ce cadre là. A un moment donné, on ne peut pas rejouer en permanence le congrès ou la primaire du Parti Socialiste."

Soit mais quelle place, dès lors, pour la critique ? Qui plus est quand une politique ne récolte pas les fruits et les résultats escomptés ? "Il y a des débats, ils sont internes et à un moment la politique est tranchée par la président de la République et le Premier Ministre. Une fois qu'elle est tranchée, si on n'est pas d'accord, comme le disait si bien Jean-Pierre Chevènement, "soit on ferme sa gueule, soit on démissionne"" ajoute le député angevin, pas vraiment chaud pour en dire plus sur ses pensées et prolonger l'échange avant l'annonce du prochain gouvernement.





Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06



cookieassistant.com