"Départementales 2015 : une nouvelle donne politique à Angers"

La Tribune du lundi - #TribuneduLundi


Rédigé par Chadia ARAB, conseillère municipale - Angers, le 06/04/2015 - 08:10 / modifié le 25/05/2015 - 23:30


Contribuer au débat public et, à notre niveau, participer à l'indispensable vie des idées, c'est l'objet de [La Tribune du Lundi], carte blanche proposée à des acteurs économiques, politiques, sociaux ou culturels du territoire angevin. Au lendemain des élections départementales, Chadia Arab, chercheuse en géographe sociale, conseillère municipale et communautaire du groupe Aimer Angers, nous livre ses réflexions.



"Départementales 2015 : une nouvelle donne politique à Angers"
la rédaction vous conseille
Sur Angers, les élections départementales ont mis en évidence une gauche en progrès par rapport au scrutin municipal de 2014. En effet, l'avantage électoral de l'actuel maire sur le précédent a fondu comme neige au soleil passant, en moins d'un an, de 4489 à 101 voix. Trois adjoints sur les 4 de sa nouvelle municipalité en lice, sont battus. La défaite événement est celle de la première adjointe au maire, plus ancienne membre du conseil municipal, qui en perdant avec plus de 10 points d'écart à Angers signe le cinglant désaveu de la nouvelle politique municipale.

Caroline Fel, autre poids lourd de la nouvelle majorité, dépasse de peu les 50% seulement dans 5 des 20 bureaux de son canton à Angers, et perd sur le score sans appel de 42,98%, malgré sa présence sur le quartier Monplaisir, et le soutien de David Douillet. Gilles Groussard, ne gagne que péniblement grâce à l'électorat extra-angevin. 40 voix le séparent des candidats de gauche et à Angers il est  en tête  dans 4 bureaux seulement sur 19. Malgré sa victoire sur le canton 2, l’adjoint perd à Angers de 47,72%.

Dans un contexte national très largement favorable à la droite, cette première élection post-municipale 2014 serait-elle déjà un désaveu de la  population angevine, signant sa déception d’une politique hasardeuse et sans vision ? Des mini-actions comme la « première heure gratuite » sont susceptibles d’accroître les inégalités sociales et écologiques en favorisant la voiture. Dans le même temps, les tarifs des transports en commun ont augmenté.

N’oublions pas que les contribuables devront payer l’ardoise de Terra Botanica, projet emblématique de Christophe Béchu, et le million de la vidéosurveillance d’une politique sécuritaire. L’abandon de Rives Nouvelles, ramené en micro-projet rabougri « Cœur de Maine », laisse les Angevins sans perspective d’un développement fondé sur l’attractivité et la créativité.

"L'abstention est le phénomène le plus inquiétant"

Autres signaux préoccupants, une forte abstention (53,05%) et une augmentation du vote Front National qui touche plus fortement les quartiers populaires. Au niveau local, la montée du FN est récente et lente, son électoral est resté marginal (moins de 10%) jusqu’en 2010, comme l’a souligné le géographe Christian Pihet. Jusque là, le substrat catholique de l’ouest de la France a créé une sorte de glacis protecteur préservant la ville. Mais la dynamique forte de la Manif pour Tous à Angers a contribué à une libération d’un vote plus extrême vers la droite.

Le vote FN avant tout visible dans le milieu rural atteint des taux élevés (entre 25 et 30%) dans six bureaux de vote de quartiers populaires : à Monplaisir (Voltaire et P. Valéry), à Belle Beille (Montesquieu), à Grand Pigeon (Fratellini) et à la Roseraie (J. Verne, JJ Rousseau). Cette influence renforcée se corrèle avec l’abstention. Ainsi, sur JJ Rousseau, le FN obtient 29 % avec une abstention de 67%. Cela signifie, que moins du quart des électeurs a choisi les partis républicains. Au second tour, les électeurs du FN se redéploient entre la gauche et la droite, JJ Rousseau (204) obtenant l’un de ses meilleurs scores pour la gauche 60%.
 
Le vote FN est avant tout celui de la peur. Peur de la crise, de l’insécurité économique, de l’insécurité sociale, peur de l’autre qui est souvent l’étranger et plus majoritairement le musulman, devenu progressivement bouc émissaire ainsi que le signalent d’autres sociologues tels Marwan Mohammed, Abdelalli Hajjat, Nicolas Bancel ou Matthieu Rigouste. Mais l’abstention est le phénomène le plus inquiétant.

La sociologue Céline Braconnier explique que l’abstention est aujourd’hui le premier parti de France. Selon elle, les électeurs FN se déplacent alors que ce sont les plus démunis socialement qui s’abstiennent. Pour elle, les explications de l’abstention sont également multiples : facteurs sociaux, environnementaux, le désenchantement de la politique, les désillusions conjoncturelles. Cette abstention est un véritable cri d’alarme appelant à renouer avec les populations des quartiers populaires.

"Qu’en est-il des héritiers de l’immigration et de leurs parents étrangers qui n’ont toujours pas le droit de vote ?"

La parité a été un des grands progrès de cette campagne, permettant enfin de voir l’autre moitié de la société représentée. Ces petits pas vers l’égalité politique Femmes-Hommes sont encore limités, car il y a encore trop peu de présidentes d'exécutifs. Mais des lois font avancer ce processus de démocratisation et de citoyenneté. Mais qu’en est-il des héritiers de l’immigration et de leurs parents étrangers qui n’ont toujours pas le droit de vote ? Les jeunes des quartiers populaires ne sont pas ou peu allés voter. Qui les représente ? Qui parle de leurs difficultés  quotidiennes ? Du chômage ? Des discriminations de toutes sortes qui les frappent, discrimination au travail, au logement… Laurent Muchielli explique qu'en 2015, les quartiers populaires ne sont toujours pas assis à la table de la démocratie française.

Les habitant-e-s angevin-e-s qui ne sont pas allé-e-s voter sont-ils alors privé-e-s du droit à la démocratie parce que de facto exclu-e-s des rouages de la société et des dispositifs conçus pour eux mais sans eux ? Il est plus que nécessaire de renouer avec tout un pan de la population française qui s’est senti abandonné, muselé, invisibilisé. Il est plus qu’urgent de redonner de l’espoir, de l’ambition, du rêve, de l’accès au monde des possibles à une population qui n’a pour issue que l’échec, le chômage et la désillusion. Il est plus qu’indispensable de redonner la voix à des populations réduites au silence, et d’accepter non seulement qu’elles s’expriment mais qu’elles soient représentées et qu’elles participent aux décisions. Il est temps de travailler à la mise en place d’une démocratie et d’une citoyenneté pour toutes et tous et faire de la politique autrement.
 









1.Posté par tonton flingueur le 06/04/2015 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quand on vient d'une équipe qui a traîné autant de casseroles, on se la joue modeste chère Madame... Faire une tribune avec de telles médiocrités, voilà qui n'élève pas le débat. Quand on comprendra que c'est la société civile qui sauvera notre pays et non ces politicards de tout bords qui nous ont plongés dans le marasme et ne sont jamais étouffés par la honte et les remords...A quoi sert cette tribune du lundi si ce n'est qu'à dégouter un peu plus les citoyens ?

2.Posté par le voyageur le 07/04/2015 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
en tant que habitant de cette ville je voudrai dire a cette dame que son article n'est pas objectif ! aujourd'hui elle critique la nouvelle équipe municipale au bout d'un an......c'est un peu simple comme raisonnement.
les Angevins voulaient du changement au bout de 37 ans d'exercice politique, et surtout démagogique!!!!!
et quand cette dame parle de l'immigration y a pas besoin d'être chercheur pour comprendre l'utilisation politique de l'immigration dont je fais parti et cette dame aussi !!!!...

3.Posté par observateur le 08/04/2015 23:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est triste la politique et c'est ce qui fait le lit du FN. Des casseroles Mr tonton fligueur ? vous voulez parler de du vaisselier que traine la droite comme la gauche ? Entre les prêts toxiques de l'agglo et ceux du CG alors que Mr Bechu siégait chez Dexia, je ne vois pas la différence si ce n'est que c'est toujours les mêmes qui remboursent (et on chiffre en millions d'€). L'agglo est endetté, le CG emprunte pour payer ses employés creuseant un peu plus sa dette tout en demandant à la vil...















Angers Mag











Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46



cookieassistant.com