Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Vendredi 24 Octobre 2014



Des pierres au violon : la résistance d’un musicien palestinien sur Arte


Rédigé par - Le 23/07/2012 - 21:23 / modifié le 24/07/2012 - 07:22


Les Angevins qui participent à l’événement « Musiciens pour la Palestine », au Chabada, ont eu l’occasion de le croiser. Ramzi Aburedwan, enfant du camp de réfugiés d’Al Amari à Ramallah, médaille d'or au Conservatoire d'Angers, est le président de l’association humanitaire Al Kamandjâti dont le siège est situé St Barthelemy d'Anjou. Arte lui a consacré un reportage. Il sera diffusé sur la chaine franco-allemande le 28 juillet à 18h50.



Ramzi Aburedwan avec des enfants palestiniens ( Photo Dal’Ouna)
Ramzi Aburedwan avec des enfants palestiniens ( Photo Dal’Ouna)
Lanceur de pierre à Ramallah en Cisjordanie contre les soldats, comme les gamins de son âge, pendant la première Intifada de 1987, Ramzi Aburedwan a été fortement marqué par la violence de l’occupation israélienne. Âgé aujourd’hui de 33 ans, ce résistant de la première heure que rien ne prédestinait à la musique a vécu de nombreuses années dans le camp de réfugiés d’Al Amari à Ramallah, où sa famille a été obligée d’émigrer en 1948.

En 1993, alors âgé de 16 ans, il assiste à un cours de musique donné par un Palestinien de Jordanie, Mohammad Fadel. Il participe par la suite à un atelier musical qui changera complètement le cours de sa vie. Admis en 1996 au Conservatoire National de Musique Edward Saïd à Ramallah, il obtient en 1998 une bourse du Consulat général de France à Jérusalem pour venir étudier l’alto, en France, au Conservatoire de Musique d’Angers.

Il apprend la musique classique et notamment la musique de chambre. Il obtient son diplôme en 2005 et obtient même la médaille d’or, faisant de lui un musicien hors pair, bien loin de ce qu’il aurait pu imaginer dans le camp de Ramallah.

En 2000 il lance, avec des étudiants rencontrés à Angers, l’Ensemble Dal’Ouna, dédié à la musique et à la cause palestiniennes. Profondément engagé dans la résistance pacifique à l’occupant israélien et dans la défense du territoire des ses parents, il retourne en Palestine en 2005, après avoir créé un projet qui « lui tenait à cœur » : l’association Al Kamandjâti (le violoniste, en arabe) dont le siège est installé, rue du Hanipet à Saint Barthélémy d’Anjou (Angers).

Cette structure très active s’est fixée pour objectif de créer des écoles de musique, dans divers lieux de Palestine, pour les enfants les plus vulnérables et notamment ceux qui sont issus des camps de réfugiés. « Il est primordial de pouvoir donner aux enfants palestiniens l’opportunité d’apprendre la musique pour qu’ils puissent vivre normalement comme n’importe quel enfant », explique Ramzi Aburedwan.

Ramzi Aburedwan et les musiciens de son association interviennent et enseignent principalement dans la bande de Gaza, en Cisjordanie et au Liban, directement dans les camps de réfugiés. L’association a ainsi formé à la culture musicale, plus de 500 enfants. L’association travaille avec des professeurs venus du monde entier. Elle collecte aussi des instruments et des partitions grâce aux dons de particuliers.

Face à l’oppression israélienne, Ramzi Aburedwan oppose une armée de musiciens pacifistes qui remplacent désormais les cailloux par des notes de musiques. « C’est une lutte qui ne fait de mal à personne », déclare-t-il dans le reportage qui lui est consacré. Son action permet d’aider les Palestiniens de retrouver leurs racines et de les conserver.

Ce film réalisé par William Irigoyen, Solène Doerflinger et Isabelle Nommay, retrace le parcours de ce musicien exceptionnel qui se présente comme l’un des défenseurs de la culture palestinienne partout dans le monde. Conscient des risques, il n’hésite pas à forcer les barrages pour donner des cours à de jeunes Arabes israéliens dans la ville de Nazareth, entre autres.

Membre et fondateur de l’Ensemble Dal’Ouna, directeur artistique de l’Ensemble National de Musiques Arabes de Palestine (ENMAP), chef d'orchestre, compositeur et arrangeur, aujourd’hui Ramzi Aburedwan à d’autres projets au bout de son archet pour défendre la cause palestinienne.

Pour en savoir plus sur Al Kamandjâti

Partition(s) en Palestine

Reportage photo illustrant le travail de l’association Al Kamandjâti en Palestine, réalisé par le photographe angevin Jean-Michel Delage, lors d’un séjour de trois semaines en Palestine. (Avec son aimable autorisation).




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur







Angers Mag



















Instagram


cookieassistant.com