Disparition de Raymond Aubrac : le Maire d’Angers lui rend hommage


Rédigé par - Angers, le 11/04/2012 - 18:09 / modifié le 11/04/2012 - 18:30


Tous ceux pour lesquels la justice et le respect des droits de l’homme sont des valeurs fondamentales, sont émus de la disparition de Raymond AUBRAC, l’une des plus grandes figures la résistance française et surtout un exemple pour les citoyens français. Le Maire d’Angers, Frédéric BEATSE, comme bon nombre de personnalités politiques, a tenu à lui rendre hommage.



Ryamond Aubrac  en février 2008 (photo Marie Lan-Nguyan)
Ryamond Aubrac en février 2008 (photo Marie Lan-Nguyan)
la rédaction vous conseille
Mort ce mardi 11 avril à l’âge de 97 ans, Raymond AUBRAC fut avec sa femme Lucie, décédée en 2007, une grande figure de la résistance française pendant la dernière guerre mondiale. Le 14 juillet 2011 , à la Bastille à Paris, indigné par la situation en France et dans le monde, il avait appelé à la mobilisation pour le retour à la République de 1789.

« Depuis bientôt un an, les plus hautes autorités de l’Etat s’acharnent à dresser les citoyens les uns contre les autres. Elles ont successivement jeté à la vindicte publique les Roms et les gens du voyage, les Français d’origine étrangère, les habitants des quartiers populaires, les chômeurs et précaires qualifiés d’« assistés »… Elles ont ressorti le vieux mensonge d’une immigration délinquante, elles pratiquent la politique de la peur et de la stigmatisation », avait lancé l’ancien résistant, appelant le gouvernement à plus respect de l’homme, de tous les hommes, sans distinction. Et en la matière le vieil homme qui avait connu les malheurs de la guerre, savait de quoi il parlait.

Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel est né le 31 juillet 1914 à Vesoul. Il fut résistant français à l'Occupation allemande et au régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale, avec sa femme Lucie. Ils se sont engagés tous les deux sous le pseudonyme « Aubrac », dès 1940, dans la région lyonnaise, dans le mouvement Libération Sud, dont ils furent, aux cotés d’Emmanuel d'Astier de La Vigerie, les initiateurs.

«Sa vie fut celle d’un engagement total contre les injustices et pour les droits de l’Homme », salue Frédéric BEATSE, qui ajoute : « Raymond AUBRAC, c’est à la fois une grande figure morale et une référence historique commune pour nos concitoyens. Comme eux, comme tous les Angevins, je suis sensible au parcours exemplaire de l’homme sous l’Occupation, son courage, son sens de l’honneur et du devoir… alors que tant de compromissions et de lâchetés avaient cours entre 1940 et 1944 ».

En saluant l’homme, le maire d’Angers voulu démontrer son attachement aux valeurs de la France combattante et résistante à l’injustice. « A Angers, de nombreuses écoles portent le nom d’instituteurs et d’enseignants dénoncés, arrêtés, déportés, suppliciés. Après Marie TALET, puis René BROSSARD, c’est à l’école Victor-Hugo que le 27 avril nous dévoilerons la plaque commémorative en l’honneur de Marius BRIANT, autre instituteur angevin assassiné par les nazis », a ajouté le Maire, tout en rappelant qu’une rue porte le nom de Lucie AUBRAC dans le quartier des hauts-de-Saint Aubin. « Je vais proposer à mes collègues d’ajouter très rapidement sur cette plaque de rue, le nom de Raymond AUBRAC ».

Le Maire d’Angers souhaite que la notion de résistance et la capacité d’indignation dont faisait preuve Raymond AUBRAC, reste intacte comme c’est le cas également d’un autre grand résistant et combattant de la France libre : Stéphane HESSEL.

C’est dans la droite ligne de ces notions que la ville d’Angers a donné le nom de Nelson MANDELA, un autre grand résistant au régime d’Apartheid de son pays, à la cité éducative qui ouvrira ses portes en septembre prochain sur les Hauts de Saint Aubin.

La rédaction de notre journal, également très attachée à ces valeurs de justice, de solidarité et de respect des êtres humains, s’associe à l’hommage rendu par le premier magistrat de notre ville, en espérant que celles-ci continueront à être enseignées aux nouvelles générations afin qu’elles puissent se perpétrer aux cours des siècles à venir.





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com